Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Groupe Renault : des résultats record, mais une rémunération en baisse pour son PDG

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nouvel an chinois : une émission de CCTV fait scandale avec un sketch raciste

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Le bitcoin, la monnaie 2.0

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Discours de Ramaphosa: le président sud-africain promet un "fantastique départ"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Abus Sexuels : des ONG dans la tempête

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

L'après Zuma : Cyril Ramaphosa présente son plan d'action pour le pays

En savoir plus

TECH 24

Corée du Sud : l'innovation en forme olympique

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Infrastructures : les grands travaux de Donald Trump

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Chômage en baisse : la France est-elle sortie de la crise ?

En savoir plus

Wilders ne sera pas poursuivi pour son film sur l'islam

Dernière modification : 30/06/2008

Le député néerlandais Geert Wilders ne sera pas poursuivi pour son film, sorti en mars sur Internet, et très controversé pour sa vive critique de l'islam. Le parquet a invoqué la liberté d'expression.

Le parquet, invoquant la liberté d'expression, a décidé lundi de ne pas poursuivre l'homme politique néerlandais Geert Wilders pour son film très critique envers le Coran.
 
Ce film sorti en mars sur internet a suscité de nombreuses protestations à travers le monde et des dizaines de demandes d'enquête avaient été déposées aux Pays-Bas, également à la suite de propos du député d'extrême droite comparant le livre saint des musulmans au "Mein Kampf" d'Adolf Hitler.
 
"Le fait que des déclarations soient blessantes et offensantes pour un grand nombre de musulmans ne signifie pas
qu'elles constituent un délit", ont estimé les procureurs néerlandais, pour lesquels il n'y a aucune raison de poursuivre
Wilders pour incitation à la haine ou à la discrimination.
 
"La liberté d'expression joue un rôle essentiel dans le débat public au sein d'une société démocratique. Cela signifie
que des propos offensants peuvent être tenus dans le cadre d'un débat politique", ajoutent-ils dans une lettre adressée aux personnes qui ont porté plainte contre le film de Wilders.
 
"Les hommes politiques doivent pouvoir exprimer leurs opinions", soulignent-ils.
 
Geert Wilders a salué la décision du parquet et a souligné qu'il avait pris soin de lancer ses critiques contre la religion
islamique et non contre les musulmans eux-mêmes.
 
"Que l'on soit insultant ou non, dans un débat politique il faut pouvoir dire la vérité. Je n'ai rien fait de répréhensible et je continuerai dans cette voie", a-t-il dit à la télévision publique NOS.
 
Un groupe antiraciste néerlandais, "The Netherlands Shows its Colours", a annoncé qu'il ferait appel de la décision des
procureurs.
 
Début avril, un tribunal néerlandais avait jugé que Wilders pouvait sans enfreindre la loi comparer islam et fascisme et
traiter le prophète Mahomet de "barbare".
 
Le Parti de la liberté (PVV) de Wilders détient neuf des 150 sièges au Parlement néerlandais.

Première publication : 30/06/2008

COMMENTAIRE(S)