Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Ligue des champions : un Monaco diminué retrouve l'Europe dix ans après

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

    En savoir plus

  • Ebola : Obama envoyent 3 000 soldats en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

Wilders ne sera pas poursuivi pour son film sur l'islam

Dernière modification : 30/06/2008

Le député néerlandais Geert Wilders ne sera pas poursuivi pour son film, sorti en mars sur Internet, et très controversé pour sa vive critique de l'islam. Le parquet a invoqué la liberté d'expression.

Le parquet, invoquant la liberté d'expression, a décidé lundi de ne pas poursuivre l'homme politique néerlandais Geert Wilders pour son film très critique envers le Coran.
 
Ce film sorti en mars sur internet a suscité de nombreuses protestations à travers le monde et des dizaines de demandes d'enquête avaient été déposées aux Pays-Bas, également à la suite de propos du député d'extrême droite comparant le livre saint des musulmans au "Mein Kampf" d'Adolf Hitler.
 
"Le fait que des déclarations soient blessantes et offensantes pour un grand nombre de musulmans ne signifie pas
qu'elles constituent un délit", ont estimé les procureurs néerlandais, pour lesquels il n'y a aucune raison de poursuivre
Wilders pour incitation à la haine ou à la discrimination.
 
"La liberté d'expression joue un rôle essentiel dans le débat public au sein d'une société démocratique. Cela signifie
que des propos offensants peuvent être tenus dans le cadre d'un débat politique", ajoutent-ils dans une lettre adressée aux personnes qui ont porté plainte contre le film de Wilders.
 
"Les hommes politiques doivent pouvoir exprimer leurs opinions", soulignent-ils.
 
Geert Wilders a salué la décision du parquet et a souligné qu'il avait pris soin de lancer ses critiques contre la religion
islamique et non contre les musulmans eux-mêmes.
 
"Que l'on soit insultant ou non, dans un débat politique il faut pouvoir dire la vérité. Je n'ai rien fait de répréhensible et je continuerai dans cette voie", a-t-il dit à la télévision publique NOS.
 
Un groupe antiraciste néerlandais, "The Netherlands Shows its Colours", a annoncé qu'il ferait appel de la décision des
procureurs.
 
Début avril, un tribunal néerlandais avait jugé que Wilders pouvait sans enfreindre la loi comparer islam et fascisme et
traiter le prophète Mahomet de "barbare".
 
Le Parti de la liberté (PVV) de Wilders détient neuf des 150 sièges au Parlement néerlandais.

Première publication : 30/06/2008

COMMENTAIRE(S)