Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Malien Birama Sidibé candidat à la présidence de la Banque africaine de développement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Loi santé : ce qui va changer

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Serge Atlaoui condamné à mort : La France peut-elle faire pression ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Méditerranée, sans stratégie face au drame l'Europe mise en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Émission spéciale : Marseille, le renouveau ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : sur les traces du réalisateur Henri Verneuil, réfugié arménien

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Génocide arménien, cent ans après déni et mémoire continuent de se côtoyer

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Léa Drucker

En savoir plus

TECH 24

Numérique : tout pour la musique

En savoir plus

Wilders ne sera pas poursuivi pour son film sur l'islam

Dernière modification : 30/06/2008

Le député néerlandais Geert Wilders ne sera pas poursuivi pour son film, sorti en mars sur Internet, et très controversé pour sa vive critique de l'islam. Le parquet a invoqué la liberté d'expression.

Le parquet, invoquant la liberté d'expression, a décidé lundi de ne pas poursuivre l'homme politique néerlandais Geert Wilders pour son film très critique envers le Coran.
 
Ce film sorti en mars sur internet a suscité de nombreuses protestations à travers le monde et des dizaines de demandes d'enquête avaient été déposées aux Pays-Bas, également à la suite de propos du député d'extrême droite comparant le livre saint des musulmans au "Mein Kampf" d'Adolf Hitler.
 
"Le fait que des déclarations soient blessantes et offensantes pour un grand nombre de musulmans ne signifie pas
qu'elles constituent un délit", ont estimé les procureurs néerlandais, pour lesquels il n'y a aucune raison de poursuivre
Wilders pour incitation à la haine ou à la discrimination.
 
"La liberté d'expression joue un rôle essentiel dans le débat public au sein d'une société démocratique. Cela signifie
que des propos offensants peuvent être tenus dans le cadre d'un débat politique", ajoutent-ils dans une lettre adressée aux personnes qui ont porté plainte contre le film de Wilders.
 
"Les hommes politiques doivent pouvoir exprimer leurs opinions", soulignent-ils.
 
Geert Wilders a salué la décision du parquet et a souligné qu'il avait pris soin de lancer ses critiques contre la religion
islamique et non contre les musulmans eux-mêmes.
 
"Que l'on soit insultant ou non, dans un débat politique il faut pouvoir dire la vérité. Je n'ai rien fait de répréhensible et je continuerai dans cette voie", a-t-il dit à la télévision publique NOS.
 
Un groupe antiraciste néerlandais, "The Netherlands Shows its Colours", a annoncé qu'il ferait appel de la décision des
procureurs.
 
Début avril, un tribunal néerlandais avait jugé que Wilders pouvait sans enfreindre la loi comparer islam et fascisme et
traiter le prophète Mahomet de "barbare".
 
Le Parti de la liberté (PVV) de Wilders détient neuf des 150 sièges au Parlement néerlandais.

Première publication : 30/06/2008

COMMENTAIRE(S)