Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burundi: "tout va bien madame la marquise"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : début de l'exhumation de Sankara et 12 de ses compagnons d'armes tués en 1987

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Serge Klarsfeld : "Il faut combattre les démagogues, comme Marine le Pen"

En savoir plus

FOCUS

Le Liban, une année sans chef d'État

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

France - Maroc : fin de la discorde ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Fifa : qui succédera à Blatter ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jeannette Bougrab : "Ma mère a réussi à briser cette malédiction de naître femme"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'industrie du futur : le plan d'Emmanuel Macron pour moderniser la France

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Asie du sud-est : la tragédie des Rohingyas

En savoir plus

L'armée du Hezbollah terroriste pour Londres

Dernière modification : 02/07/2008

La branche armée du Hezbollah va être inscrite sur la liste britannique des organisations terroristes interdites, sans "affecter le rôle légitime du parti dans les domaines politique, social et humanitaire", selon le ministère de l'Intérieur.

Le gouvernement britannique va ajouter la branche armée du mouvement chiite libanais Hezbollah à sa liste des organisations terroristes interdites, a annoncé mercredi le ministère de l'Intérieur.
   
Seule "l'organisation de la sécurité extérieure" de ce mouvement figurait jusqu'à présent sur cette liste, créée dans le cadre d'une législation antiterroriste renforcée votée en 2000. Elle va être remplacée par la totalité de la branche armée du Hezbollah lorsque le Parlement aura approuvé cette décision, a expliqué le ministère.
   
"La branche armée du Hezbollah apporte un soutien actif aux militants en Irak responsables d'attaques à la fois contre les forces de la coalition et contre des civils irakiens", a souligné le secrétaire d'Etat aux affaires intérieures Tony McNulty dans un communiqué.
   
Cette organisation "soutient également les groupes terroristes palestiniens dans les Territoires occupés, comme le Jihad islamique palestinien", a-t-il poursuivi.
   
Le ministère britannique souligne toutefois que cette interdiction "n'affecte pas le rôle légitime du (parti) Hezbollah dans les domaines politique, social et humanitaire".
   
Mais "c'est un message clair pour dire que nous condamnons la violence du Hezbollah et son soutien au terrorisme", a expliqué M. McNulty.
   
"Nous appelons le Hezbollah à mettre fin à ses activités terroristes et à son soutien au terrorisme en Irak et dans les Territoires occupés palestiniens, à abandonner son statut de groupe armé et à participer au processus démocratique au même titre que les autres partis politiques libanais", a ajouté le ministre.
   
Aux termes de la loi antiterroriste britannique, être membre d'une des 45 organisations inscrites sur cette liste -liées à l'extrémisme islamiste pour la plupart-, participer à son financement ou appeler à son soutien est un crime.
   
 

Première publication : 02/07/2008

COMMENTAIRE(S)