Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ioannis Kasoulides, ministre chypriote des Affaires étrangères

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève entre dans sa deuxième semaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La revanche de David Cameron"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

SUR LE NET

Le "Blood Bucket Challenge", nouvelle tendance en Ukraine

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates des combats

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Ebola : pourquoi les femmes sont-elles les premières victimes du virus ?

    En savoir plus

  • Foot européen : le Real cartonne, Manchester United sombre

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Ligue 1 : l’OM vire en tête, Paris cale encore

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

    En savoir plus

L'armée du Hezbollah terroriste pour Londres

Dernière modification : 02/07/2008

La branche armée du Hezbollah va être inscrite sur la liste britannique des organisations terroristes interdites, sans "affecter le rôle légitime du parti dans les domaines politique, social et humanitaire", selon le ministère de l'Intérieur.

Le gouvernement britannique va ajouter la branche armée du mouvement chiite libanais Hezbollah à sa liste des organisations terroristes interdites, a annoncé mercredi le ministère de l'Intérieur.
   
Seule "l'organisation de la sécurité extérieure" de ce mouvement figurait jusqu'à présent sur cette liste, créée dans le cadre d'une législation antiterroriste renforcée votée en 2000. Elle va être remplacée par la totalité de la branche armée du Hezbollah lorsque le Parlement aura approuvé cette décision, a expliqué le ministère.
   
"La branche armée du Hezbollah apporte un soutien actif aux militants en Irak responsables d'attaques à la fois contre les forces de la coalition et contre des civils irakiens", a souligné le secrétaire d'Etat aux affaires intérieures Tony McNulty dans un communiqué.
   
Cette organisation "soutient également les groupes terroristes palestiniens dans les Territoires occupés, comme le Jihad islamique palestinien", a-t-il poursuivi.
   
Le ministère britannique souligne toutefois que cette interdiction "n'affecte pas le rôle légitime du (parti) Hezbollah dans les domaines politique, social et humanitaire".
   
Mais "c'est un message clair pour dire que nous condamnons la violence du Hezbollah et son soutien au terrorisme", a expliqué M. McNulty.
   
"Nous appelons le Hezbollah à mettre fin à ses activités terroristes et à son soutien au terrorisme en Irak et dans les Territoires occupés palestiniens, à abandonner son statut de groupe armé et à participer au processus démocratique au même titre que les autres partis politiques libanais", a ajouté le ministre.
   
Aux termes de la loi antiterroriste britannique, être membre d'une des 45 organisations inscrites sur cette liste -liées à l'extrémisme islamiste pour la plupart-, participer à son financement ou appeler à son soutien est un crime.
   
 

Première publication : 02/07/2008

COMMENTAIRE(S)