Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : les juges français mettent fin à l'instruction sur la mort de l'ex-président Habyarimana

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 1)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Quel avenir pour la SNCM?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Résilience brésilienne"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Et à la fin, c'est l'Allemagne qui gagne"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Raids aériens, roquettes et propagande

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Le cauchemar de la Seleçao

En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU se réunit en urgence

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois juifs"

    En savoir plus

  • Tour de France : Chris Froome, vainqueur du Tour 2013, abandonne

    En savoir plus

  • Terrorisme : la France se protège contre "les loups solitaires"

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : la trahison des héros de l’indépendance

    En savoir plus

  • Tueur à gage et flèche empoisonnée : les mystères de la tuerie de Chevaline

    En savoir plus

  • Rwanda : clôture de l’enquête française sur l’attentat contre Habyarimana

    En savoir plus

  • Les Femen poursuivies pour avoir dégradé les cloches de Notre-Dame de Paris

    En savoir plus

  • Cinquante-trois cadavres découverts par l’armée dans le centre de l’Irak

    En savoir plus

  • Jean-Baptiste de Franssu, ce Français nommé à la tête de la banque du Vatican

    En savoir plus

  • Mondial-2014 : en Allemagne, une victoire jugée "inimaginable”

    En savoir plus

  • Présidentielle indonésienne : les deux candidats revendiquent la victoire

    En savoir plus

  • La Coalition nationale syrienne a élu un nouveau chef

    En savoir plus

L'armée du Hezbollah terroriste pour Londres

©

Dernière modification : 02/07/2008

La branche armée du Hezbollah va être inscrite sur la liste britannique des organisations terroristes interdites, sans "affecter le rôle légitime du parti dans les domaines politique, social et humanitaire", selon le ministère de l'Intérieur.

Le gouvernement britannique va ajouter la branche armée du mouvement chiite libanais Hezbollah à sa liste des organisations terroristes interdites, a annoncé mercredi le ministère de l'Intérieur.
   
Seule "l'organisation de la sécurité extérieure" de ce mouvement figurait jusqu'à présent sur cette liste, créée dans le cadre d'une législation antiterroriste renforcée votée en 2000. Elle va être remplacée par la totalité de la branche armée du Hezbollah lorsque le Parlement aura approuvé cette décision, a expliqué le ministère.
   
"La branche armée du Hezbollah apporte un soutien actif aux militants en Irak responsables d'attaques à la fois contre les forces de la coalition et contre des civils irakiens", a souligné le secrétaire d'Etat aux affaires intérieures Tony McNulty dans un communiqué.
   
Cette organisation "soutient également les groupes terroristes palestiniens dans les Territoires occupés, comme le Jihad islamique palestinien", a-t-il poursuivi.
   
Le ministère britannique souligne toutefois que cette interdiction "n'affecte pas le rôle légitime du (parti) Hezbollah dans les domaines politique, social et humanitaire".
   
Mais "c'est un message clair pour dire que nous condamnons la violence du Hezbollah et son soutien au terrorisme", a expliqué M. McNulty.
   
"Nous appelons le Hezbollah à mettre fin à ses activités terroristes et à son soutien au terrorisme en Irak et dans les Territoires occupés palestiniens, à abandonner son statut de groupe armé et à participer au processus démocratique au même titre que les autres partis politiques libanais", a ajouté le ministre.
   
Aux termes de la loi antiterroriste britannique, être membre d'une des 45 organisations inscrites sur cette liste -liées à l'extrémisme islamiste pour la plupart-, participer à son financement ou appeler à son soutien est un crime.
   
 

Première publication : 02/07/2008

Comments

COMMENTAIRE(S)