Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls veut son "Islam de France"

En savoir plus

DÉBAT

"Islam de France" : comment réformer ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Le professeur Rollin se rebiffe"

En savoir plus

FOCUS

Danemark : comment lutter contre la radicalisation des jeunes ?

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Réformer la France : la recette Sarkozy

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Des enfants en cage pour frapper les esprits en Syrie et immersion avec les "fouilleurs" de Côte d'Ivoire

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Poutine veut affirmer la voie russe, quitte à se confronter à l’Occident"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali : Bamako espère que les groupes du Nord signeront l'accord de paix

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ebola : le pire est-il passé ?

En savoir plus

Violents combats entre des insurgés islamistes et l'armée éthiopienne

Dernière modification : 02/07/2008

Au moins 53 personnes sont mortes dans des affrontements à Mogadiscio et dans le centre de la Somalie. L'armée éthiopienne, venue soutenir le gouvernement de transition somalien, est prise pour cible par les forces des tribunaux islamiques.

MOGADISCIO, 2 juillet (Reuters) - Cinquante-trois personnes
au moins ont été tuées et des dizaines d'autres blessées au
cours d'accrochages qui ont opposé en Somalie des insurgés
islamistes à des soldats éthiopiens et ougandais, a rapporté
mercredi une organisation de défense des droits de l'homme.
 

Ces incidents, qui s'inscrivent dans une insurrection
déclenchée depuis un an et demi, interviennent une semaine avant
l'entrée en vigueur théorique d'un cessez-le-feu entre une
faction islamiste et le gouvernement intérimaire somalien.
 

Le gouvernement somalien et l'Ethiopie se sont refusés à
tout commentaire sur les derniers combats.
 

Des islamistes lancent quasiment chaque jour des attaques
contre les forces gouvernementales et leurs alliés éthiopiens
depuis qu'ils ont été évincés de Mogadiscio et de la plus grande
partie du sud de la Somalie en 2007.
 

Ahmed Sudan, président de l'organisation Elman Peace and
Human Rights, a déclaré à Reuters que 47 personnes avaient été
tuées mardi et durant la nuit dans le centre de la Somalie et à
Mogadiscio. Six autres ont succombé à leurs blessures depuis,
a-t-il ajouté.
 

Onze civils ont péri dans une embuscade tendue au cours de
la nuit dans la capitale par des islamistes à des soldats
éthiopiens et des membres du contingent de maintien de la paix
ougandais, a dit Sudan en faisant état de dizaines de blessés.
 

Trente-six autres personnes, parmi lesquelles figuraient des
civils et des insurgés, ont été tuées dans l'attaque d'un convoi
militaire éthiopien par des insurgés à Mataban, à 410 km au nord
de la capitale somalienne.
 

Moalim Farhan, commandant d'un groupe d'insurgés qui avait
attaqué le convoi, et Abdullahi Ali, alias Cheikh Aspro, sont au
nombre des morts, a dit à Reuters un porte-parole des insurgés.
 

Aspro était l'adjoint du chef islamiste Cheikh Hassan Dahir
Aweys, qui est inscrit sur des listes de collaborateurs d'Al
Qaïda établies par les Etats-Unis et les Nations unies.
 

"Nous avons enterré 27 Somaliens", a déclaré à Reuters un
commerçant de Mataban, Ismail Olad. "Nous ignorons le nombre des
soldats éthiopiens tués."
La Somalie se débat dans l'anarchie et vit sans gouvernement
central stable depuis la chute du président Siad Barre en 1991.
La piraterie est devenue chronique dans les eaux somaliennes.

Première publication : 02/07/2008

COMMENTAIRE(S)