Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

  • En direct : "aucune hypothèse exclue" après la disparition du vol d'Air Algérie

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

  • Les députés adoptent la nouvelle carte des régions françaises

    En savoir plus

L'AKP présente sa défense devant la justice turque

Dernière modification : 04/07/2008

Le parti au pouvoir en Turquie, l'AKP, accusé par la Cour constitutionnelle d'activités anti-laïques et menacé d'interdiction, présente sa défense. Le vice-Premier ministre est notamment appelé à témoigner en faveur de l'AKP.

Les responsables du Parti de la justice et du développement (AKP), au pouvoir en Turquie, se défendaient jeudi devant la Cour constitutionnelle d'accusations d'activités anti-laïquse qui pourraient mener à l'interdiction de leur formation issue de la mouvance islamiste.
   
L'audience à huis clos a débuté à 07H00 GMT.
   
Ce sont le vice-Premier ministre et porte-parole du gouvernement, Cemil Cicek, et un autre dirigeant du Parti de la justice et du développement (AKP, issu de la mouvance islamiste), Bekir Bozdag, qui détaillaient oralement les arguments de la défense écrite remise au préalable aux 11 juges du tribunal.
   
Les deux hommes devaient rejeter les accusations du procureur de la Cour de cassation, Abdurrahman Yalçinkaya, qui a lancé en mars une procédure d'interdiction, accusant l'AKP d'être un "foyer d'activités allant à l'encontre de la laïcité".
   
Mardi, le procureur a en effet présenté son réquisitoire oral devant les mêmes juges, lors d'une session également à huis clos, réitérant ses accusations concernant l'AKP au pouvoir depuis 2002. Il a répété, selon les journaux, vouloir la dissolution de cette formation, issue de la mouvance islamique, au motif qu'elle vise à "instaurer un ordre basé sur la charia", la loi islamique.
   
Le procureur Yalçinkaya demande aussi que 71 membres de l'AKP, dont le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan et le président Abdullah Gül, ex-membre de ce parti, soient interdits d'appartenance à un parti politique pendant cinq ans.
   
Après l'audition de jeudi, le rapporteur du tribunal rédigera ses recommandations, avant la mise en place d'un calendrier pour les délibérations et l'annonce du verdict, à une date encore indéterminée.
   
L'AKP rejette les accusations dont il fait l'objet se disant respectueux de la laïcité, mais dans les coulisses politiques d'Ankara, on parle d'ores et déjà de la création imminente d'un nouveau parti politique qu'intègreraient les députés de l'AKP en cas de dissolution.
   
La Cour constitutionnelle a statué en juin contre l'AKP au sujet du port du foulard islamique à l'université. Elle a annulé une réforme constitutionnelle du gouvernement autorisant le voile, qu'elle a jugée contraire au principe de laïcité. Cette décision a été perçue comme le signe avant-coureur d'une dissolution de l'AKP.
   
Pour les partisans du gouvernement, cette procédure de dissolution est un "coup d'Etat judiciaire" contre un parti qui a été réélu il y a moins d'un an avec 47% des suffrages.
   
Et le bras de fer entre l'AKP et ses opposants, notamment l'armée et l'administration judiciaire, ne semble pas terminé.
   
Mardi, un spectaculaire coup de filet qui a coïncidé avec le plaidoyer du procureur à l'origine du recours contre l'AKP, a été réalisé par la police dans les milieux pro-laïcs, farouchement opposés au gouvernement.
   
Une vingtaine de personnes ont été interpellées dans plusieurs grandes villes. Elles seraient soupçonnées de liens avec un réseau qui fomenterait un coup d'Etat.
   
Parmi les personnes interpellées se trouvent deux généraux d'armée à la retraite, fait sans précédent dans les annales de l'histoire de la Turquie, et un journaliste connu, très critique de l'AKP.
   
Pour nombre d'analystes, ces interpellations qui ont provoqué une onde de choc dans le pays et qui interviennent dans le cadre de cette enquête dont le début remonte à l'an dernier, constituent un règlement de comptes orchestré par le pouvoir.
   
Le journal pro-gouvernemental Sabah a affirmé jeudi que ce réseau baptisé Ergenekon planifiait de déstabiliser graduellement la Turquie par une série d'attentats spectaculaires afin de justifier une intervention de l'armée.
 

Première publication : 03/07/2008

COMMENTAIRE(S)