Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Effrayer, semer la zizanie, recruter"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • Qui est Hervé Gourdel, l’otage français aux mains des jihadistes algériens ?

    En savoir plus

  • L'armée israélienne tue deux Palestiniens accusés de la mort de trois adolescents

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Le président chinois, principal absent du sommet sur le climat

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "L'EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

L'AKP présente sa défense devant la justice turque

Dernière modification : 04/07/2008

Le parti au pouvoir en Turquie, l'AKP, accusé par la Cour constitutionnelle d'activités anti-laïques et menacé d'interdiction, présente sa défense. Le vice-Premier ministre est notamment appelé à témoigner en faveur de l'AKP.

Les responsables du Parti de la justice et du développement (AKP), au pouvoir en Turquie, se défendaient jeudi devant la Cour constitutionnelle d'accusations d'activités anti-laïquse qui pourraient mener à l'interdiction de leur formation issue de la mouvance islamiste.
   
L'audience à huis clos a débuté à 07H00 GMT.
   
Ce sont le vice-Premier ministre et porte-parole du gouvernement, Cemil Cicek, et un autre dirigeant du Parti de la justice et du développement (AKP, issu de la mouvance islamiste), Bekir Bozdag, qui détaillaient oralement les arguments de la défense écrite remise au préalable aux 11 juges du tribunal.
   
Les deux hommes devaient rejeter les accusations du procureur de la Cour de cassation, Abdurrahman Yalçinkaya, qui a lancé en mars une procédure d'interdiction, accusant l'AKP d'être un "foyer d'activités allant à l'encontre de la laïcité".
   
Mardi, le procureur a en effet présenté son réquisitoire oral devant les mêmes juges, lors d'une session également à huis clos, réitérant ses accusations concernant l'AKP au pouvoir depuis 2002. Il a répété, selon les journaux, vouloir la dissolution de cette formation, issue de la mouvance islamique, au motif qu'elle vise à "instaurer un ordre basé sur la charia", la loi islamique.
   
Le procureur Yalçinkaya demande aussi que 71 membres de l'AKP, dont le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan et le président Abdullah Gül, ex-membre de ce parti, soient interdits d'appartenance à un parti politique pendant cinq ans.
   
Après l'audition de jeudi, le rapporteur du tribunal rédigera ses recommandations, avant la mise en place d'un calendrier pour les délibérations et l'annonce du verdict, à une date encore indéterminée.
   
L'AKP rejette les accusations dont il fait l'objet se disant respectueux de la laïcité, mais dans les coulisses politiques d'Ankara, on parle d'ores et déjà de la création imminente d'un nouveau parti politique qu'intègreraient les députés de l'AKP en cas de dissolution.
   
La Cour constitutionnelle a statué en juin contre l'AKP au sujet du port du foulard islamique à l'université. Elle a annulé une réforme constitutionnelle du gouvernement autorisant le voile, qu'elle a jugée contraire au principe de laïcité. Cette décision a été perçue comme le signe avant-coureur d'une dissolution de l'AKP.
   
Pour les partisans du gouvernement, cette procédure de dissolution est un "coup d'Etat judiciaire" contre un parti qui a été réélu il y a moins d'un an avec 47% des suffrages.
   
Et le bras de fer entre l'AKP et ses opposants, notamment l'armée et l'administration judiciaire, ne semble pas terminé.
   
Mardi, un spectaculaire coup de filet qui a coïncidé avec le plaidoyer du procureur à l'origine du recours contre l'AKP, a été réalisé par la police dans les milieux pro-laïcs, farouchement opposés au gouvernement.
   
Une vingtaine de personnes ont été interpellées dans plusieurs grandes villes. Elles seraient soupçonnées de liens avec un réseau qui fomenterait un coup d'Etat.
   
Parmi les personnes interpellées se trouvent deux généraux d'armée à la retraite, fait sans précédent dans les annales de l'histoire de la Turquie, et un journaliste connu, très critique de l'AKP.
   
Pour nombre d'analystes, ces interpellations qui ont provoqué une onde de choc dans le pays et qui interviennent dans le cadre de cette enquête dont le début remonte à l'an dernier, constituent un règlement de comptes orchestré par le pouvoir.
   
Le journal pro-gouvernemental Sabah a affirmé jeudi que ce réseau baptisé Ergenekon planifiait de déstabiliser graduellement la Turquie par une série d'attentats spectaculaires afin de justifier une intervention de l'armée.
 

Première publication : 03/07/2008

COMMENTAIRE(S)