Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

DÉBAT

La capitale française fait-elle le pari des arts ?

En savoir plus

DÉBAT

L'Allemagne à la rescousse du budget français ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Drame du "cercueil volant" en Côte d'Ivoire et un riche couple sauve des migrants en mer

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

  • Quand les virus mortels fascinent Hollywood

    En savoir plus

  • Justice : Oscar Pistorius condamné à cinq ans de prison

    En savoir plus

  • Confusion autour de la tenue du procès de Simone Gbagbo mercredi

    En savoir plus

  • Un présumé terroriste canadien abattu après avoir fauché deux militaires

    En savoir plus

  • Mort du PDG de Total Christophe de Margerie

    En savoir plus

  • Kobané résiste à l'EI, le Premier ministre irakien se rend à Téhéran

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 au Qatar se jouera en hiver, tranche Blatter

    En savoir plus

  • Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

    En savoir plus

  • Yémen : l’irrémédiable ascension des Houthis, nouveaux maîtres de Sanaa

    En savoir plus

  • Ligue des Champions : à Nicosie, le PSG veut consolider sa première place

    En savoir plus

  • Oscar de la Renta, le célèbre styliste des Premières dames, est mort

    En savoir plus

  • Ankara va faciliter le passage des peshmerga vers Kobané

    En savoir plus

  • Ebola : le transport aérien, dossier épineux de la gestion de l’épidémie

    En savoir plus

  • Procès des journalistes en Papouasie : "Ils n’ont pas commis de faute très grave"

    En savoir plus

  • Tout ce que vous pensez savoir sur Ebola... et qui est faux !

    En savoir plus

L'AKP présente sa défense devant la justice turque

Dernière modification : 04/07/2008

Le parti au pouvoir en Turquie, l'AKP, accusé par la Cour constitutionnelle d'activités anti-laïques et menacé d'interdiction, présente sa défense. Le vice-Premier ministre est notamment appelé à témoigner en faveur de l'AKP.

Les responsables du Parti de la justice et du développement (AKP), au pouvoir en Turquie, se défendaient jeudi devant la Cour constitutionnelle d'accusations d'activités anti-laïquse qui pourraient mener à l'interdiction de leur formation issue de la mouvance islamiste.
   
L'audience à huis clos a débuté à 07H00 GMT.
   
Ce sont le vice-Premier ministre et porte-parole du gouvernement, Cemil Cicek, et un autre dirigeant du Parti de la justice et du développement (AKP, issu de la mouvance islamiste), Bekir Bozdag, qui détaillaient oralement les arguments de la défense écrite remise au préalable aux 11 juges du tribunal.
   
Les deux hommes devaient rejeter les accusations du procureur de la Cour de cassation, Abdurrahman Yalçinkaya, qui a lancé en mars une procédure d'interdiction, accusant l'AKP d'être un "foyer d'activités allant à l'encontre de la laïcité".
   
Mardi, le procureur a en effet présenté son réquisitoire oral devant les mêmes juges, lors d'une session également à huis clos, réitérant ses accusations concernant l'AKP au pouvoir depuis 2002. Il a répété, selon les journaux, vouloir la dissolution de cette formation, issue de la mouvance islamique, au motif qu'elle vise à "instaurer un ordre basé sur la charia", la loi islamique.
   
Le procureur Yalçinkaya demande aussi que 71 membres de l'AKP, dont le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan et le président Abdullah Gül, ex-membre de ce parti, soient interdits d'appartenance à un parti politique pendant cinq ans.
   
Après l'audition de jeudi, le rapporteur du tribunal rédigera ses recommandations, avant la mise en place d'un calendrier pour les délibérations et l'annonce du verdict, à une date encore indéterminée.
   
L'AKP rejette les accusations dont il fait l'objet se disant respectueux de la laïcité, mais dans les coulisses politiques d'Ankara, on parle d'ores et déjà de la création imminente d'un nouveau parti politique qu'intègreraient les députés de l'AKP en cas de dissolution.
   
La Cour constitutionnelle a statué en juin contre l'AKP au sujet du port du foulard islamique à l'université. Elle a annulé une réforme constitutionnelle du gouvernement autorisant le voile, qu'elle a jugée contraire au principe de laïcité. Cette décision a été perçue comme le signe avant-coureur d'une dissolution de l'AKP.
   
Pour les partisans du gouvernement, cette procédure de dissolution est un "coup d'Etat judiciaire" contre un parti qui a été réélu il y a moins d'un an avec 47% des suffrages.
   
Et le bras de fer entre l'AKP et ses opposants, notamment l'armée et l'administration judiciaire, ne semble pas terminé.
   
Mardi, un spectaculaire coup de filet qui a coïncidé avec le plaidoyer du procureur à l'origine du recours contre l'AKP, a été réalisé par la police dans les milieux pro-laïcs, farouchement opposés au gouvernement.
   
Une vingtaine de personnes ont été interpellées dans plusieurs grandes villes. Elles seraient soupçonnées de liens avec un réseau qui fomenterait un coup d'Etat.
   
Parmi les personnes interpellées se trouvent deux généraux d'armée à la retraite, fait sans précédent dans les annales de l'histoire de la Turquie, et un journaliste connu, très critique de l'AKP.
   
Pour nombre d'analystes, ces interpellations qui ont provoqué une onde de choc dans le pays et qui interviennent dans le cadre de cette enquête dont le début remonte à l'an dernier, constituent un règlement de comptes orchestré par le pouvoir.
   
Le journal pro-gouvernemental Sabah a affirmé jeudi que ce réseau baptisé Ergenekon planifiait de déstabiliser graduellement la Turquie par une série d'attentats spectaculaires afin de justifier une intervention de l'armée.
 

Première publication : 03/07/2008

COMMENTAIRE(S)