Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

François Bayrou en marche avec Emmanuel Macron

En savoir plus

FOCUS

#BringBackOurInternet : la bataille numérique au Cameroun anglophone

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Chez nous", le populisme en campagne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Cazeneuve en Chine : Pékin et Paris contre le protectionnisme

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump, les clandestins, et les valeurs de l'Amérique"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'illusion du Front national doit être démasquée"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Procès du Novotel d'Abidjan : 10 personnes accusés d'assassinat et séquestration

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Liban : le "coup de com" de Marine Le Pen sur le voile ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Yannick Jadot : "Des responsables du PS veulent piéger Benoît Hamon"

En savoir plus

Sarkozy s'en prend à la Banque européenne

Dernière modification : 07/07/2008

Le président français s'en est de nouveau pris à la Banque centrale européenne qu'il accuse de pénaliser l'économie du continent en choisissant d'élever ses taux d'intérêt très nettement au-dessus des taux américains.

Nicolas Sarkozy a critiqué samedi la décision de la Banque centrale européenne de relever ses taux directeurs et a dénoncé le "dumping monétaire" que subissent les entreprises européennes exportatrices. 

Lors d'un Conseil national de l'UMP consacré à l'Europe, le chef de l'Etat a dit respecter l'indépendance de la BCE mais s'est demandé s'il était raisonnable de porter les taux européens à 4,25%, comme la banque centrale l'a fait jeudi, "alors que les Américains ont des taux à 2%". 

"J'ai été de ceux qui ont voté l'indépendance de la Banque centrale européenne et je ne le regrette pas, j'ai été de ceux qui ont voté la création de l'euro et je ne le regrette pas (...). Les autorités monétaires ont fait un travail remarquable pour mettre en place l'euro", a-t-il dit. 

Déplorant le "dumping social" auquel l'Europe est confrontée, il s'est demandé si "on doit subir en plus un dumping monétaire qui met à genoux les entreprises européennes qui veulent continuer à exporter". 

"Cette question là doit être posée de "manière respectueuse et démocratique", a-t-il ajouté.

Première publication : 05/07/2008

COMMENTAIRE(S)