Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

EXPRESS ORIENT

Attentat de Gaziantep : la communauté kurde de Turquie à nouveau meurtrie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Agents presque secrets" : gros bras, petits effets

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : le rêve d’Europe des jeunes footballeurs ivoiriens

En savoir plus

LE DÉBAT

Quelle est la stratégie du président turc vis-à-vis des Kurdes ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Quelle est la stratégie du président turc vis-à-vis des Kurdes ? (partie 1)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La DCNS a subi des fuites massives de documents

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le sexisme, c'est terminé (selon les hommes)"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Je rêvais d'un autre monde"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Ville morte en RDC" : une mobilisation inégale dans le pays

En savoir plus

Sarkozy s'en prend à la Banque européenne

Dernière modification : 07/07/2008

Le président français s'en est de nouveau pris à la Banque centrale européenne qu'il accuse de pénaliser l'économie du continent en choisissant d'élever ses taux d'intérêt très nettement au-dessus des taux américains.

Nicolas Sarkozy a critiqué samedi la décision de la Banque centrale européenne de relever ses taux directeurs et a dénoncé le "dumping monétaire" que subissent les entreprises européennes exportatrices. 

Lors d'un Conseil national de l'UMP consacré à l'Europe, le chef de l'Etat a dit respecter l'indépendance de la BCE mais s'est demandé s'il était raisonnable de porter les taux européens à 4,25%, comme la banque centrale l'a fait jeudi, "alors que les Américains ont des taux à 2%". 

"J'ai été de ceux qui ont voté l'indépendance de la Banque centrale européenne et je ne le regrette pas, j'ai été de ceux qui ont voté la création de l'euro et je ne le regrette pas (...). Les autorités monétaires ont fait un travail remarquable pour mettre en place l'euro", a-t-il dit. 

Déplorant le "dumping social" auquel l'Europe est confrontée, il s'est demandé si "on doit subir en plus un dumping monétaire qui met à genoux les entreprises européennes qui veulent continuer à exporter". 

"Cette question là doit être posée de "manière respectueuse et démocratique", a-t-il ajouté.

Première publication : 05/07/2008

COMMENTAIRE(S)