Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Université d'été du PS : militants désorientés recherchent parti unifié

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Nintendo renouvelle sa gamme de consoles portables

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

Trichet défend la politique de la Banque européenne

Dernière modification : 06/07/2008

Jean-Claude Trichet a répliqué à l'attaque de Nicolas Sarkozy sur la politique de la Banque centrale européenne. Le président de la BCE a déclaré lutter contre l'inflation et défendre la croissance.

Pour regarder l'émission de FRANCE 24 Face à Face "BCE : et la croissance ?", cliquez ici.



Répliquant à Nicolas Sarkozy, le président de la Banque centrale européenne Jean-Claude Trichet a déclaré dimanche que la lutte contre l'inflation par la hausse des taux d'intérêt correspondait au mandat de la BCE, à la volonté populaire et était "vitale" pour la croissance et l'emploi. 

 "J'ai dit que nous avions un mandat qui nous a été donné par les démocraties européennes, que ce mandat est la stabilité des prix", a-t-il dit aux journalistes après une intervention aux Rencontres économiques d'Aix-en-Provence. 

"La dernière enquête (publiée par la Commission européenne-NDLR) montrait que la stabilité des prix était le souci de l'ensemble de nos concitoyens", a-t-il ajouté. 

Il n'a pas nommé le président français Nicolas Sarkozy, qui a critiqué la hausse jeudi dernier de 4% à 4,25% du principal
taux directeur de la BCE, son niveau le plus élevé depuis septembre 2001.
 
Jean-Claude Trichet a préféré faire référence à l'approbation de cette mesure par le président de la Commission européenne José Manuel Barroso et par le chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi, un autre de ses détracteurs
habituels. "J'ai eu beaucoup de remarques positives", a dit Jean-Claude Trichet.
 
Le chef d'Etat français, qui n'a eu de cesse depuis son élection en 2007 de dénoncer les choix de la Banque centrale, s'était demandé publiquement samedi si cette politique de la BCE était "raisonnable", alors qu'aux Etats-Unis les taux sont à 2%. 

Il avait dénoncé un "dumping monétaire qui met à genoux les entreprises européennes qui veulent exporter".
 
La hausse des taux renforce l'euro et renchérit donc les exportations des entreprises de la zone euro. Elle est aussi susceptible de freiner la croissance en renchérissant le coût du crédit pour les entreprises.
 
Interrogé sur les divergences de stratégie entre la BCE et la Fed américaine, Jean-Claude Trichet a répondu que chaque banque centrale prenait les décisions en fonction de son contexte particulier. La Fed a baissé plusieurs fois ses taux en raison de la crise financière liée aux "subprimes". 

La stabilité des prix est définie par la BCE comme une inflation dans la zone euro maintenue en-dessous de 2%. Le rythme annuel de l'inflation dans la zone euro est actuellement de 4%, au plus haut depuis le lancement de la monnaie commune.
 
Pour Jean-Claude Trichet, lutter contre ce phénomène est prioritaire. "Il y a un consensus très large (...) que la stabilité des prix est une condition nécessaire de la croissance durable et de la création d'emploi durable", a-t-il conclu.
 
Jeudi, il avait déclaré qu'il n'avait pas d'a priori pour ses futures orientations de politique monétaire. Ces propos ont été interprétés par des analystes comme une annonce qu'il n'y aurait pas d'autres hausses de taux prochaines. 

Mais Jean-Claude Trichet a précisé à Aix qu'il n'avait "pas d'autre message" que celui où il a déclaré que la BCE aviserait lors des prochaines échéances.

Première publication : 06/07/2008

COMMENTAIRE(S)