Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Migrants : l'Europe à l'épreuve

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Marine Le Pen : "Jean-Marie Le Pen va mieux"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Marine Le Pen : "Le parlement européen est dans une démarche d'agression, tous nos droits ont été violés"

En savoir plus

FOCUS

VIH en Chine : la jeunesse particulièrement exposée

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ingrid Chauvin et Jimmy Jean-Louis, stars du petit écran

En savoir plus

L’invité du jour

Chef Simon : "Ce n’est plus notre corps qui décide de ce que l’on va manger, mais notre cerveau"

En savoir plus

LE DÉBAT

Colombie : la paix avec les Farc en danger ?

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Budget de la zone euro : Paris espère un accord "substantiel" à Berlin

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Thaïlande, le crime de lèse-canidé"

En savoir plus

Les biocarburants n'ont plus la cote

Dernière modification : 08/07/2008

A l'heure où les pays du G8 abordent la question de l'impact des biocarburants sur la crise alimentaire et sur l'environnement, des députés européens appellent à revoir leur part obligatoire dans les transports.

Retrouvez le blog de Baptiste Fallevoz sur les agrocarburants : Trop beau pour être vrai. 

 

 

Les pays du G8 vont tenter de se mettre d'accord lors de leur réunion mardi et mercredi sur les biocarburants et leur impact sur la situation alimentaire, en dépit de leurs positions divergentes sur ce sujet, a-t-on indiqué de source proche de la présidence japonaise.

"Il est très difficile de parvenir à un consensus clair", a indiqué un responsable du ministre japonais des Affaires étrangères.

Précédemment perçus comme un moyen de lutter contre le réchauffement climatique en diminuant l'utilisation de carburants fossiles, les biocarburants sont maintenant dénoncés comme l'une des causes de l'augmentation des prix de la nourriture car ils détournent du marché de l'alimentation les produits agricoles utilisés pour leur fabrication.

Les dirigeants du G8 (Allemagne, Canada, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Japon, Italie, Russie) devaient publier dans la journée de mardi des déclarations sur la situation économique et le changement climatique.

Le gouvernement britannique a annoncé lundi qu'il allait ralentir l'adoption des biocarburants, après la publication de rapports dénonçant leur impact sur la hausse des prix alimentaires et le réchauffement climatique.

Le ministre français de l'énergie et de l'écologie Jean-Louis Borloo, dont le pays préside l'Union européenne, a admis samedi que les carburants verts suscitaient de "nouvelles inquiétudes", lors d'une réunion conjointe en France des ministres européens de l'Environnement et de l'Energie.

Le Parlement européen a de son côté appelé lundi à une révision à la baisse des objectifs européens de développement des biocarburants - 10% d'ici 2020 - en prônant un développement accéléré de nouvelles technologies comme les voitures électriques ou à hydrogène.
  

Première publication : 08/07/2008