Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Al-Assad à Paris pour de nouvelles relations diplomatiques

Dernière modification : 12/07/2008

Le président syrien entame une visite historique et controversée en France, à la veille du sommet de l'Union pour la Méditerranée. Il fait au passage son retour sur la scène diplomatique. (Récit : France 3)

Le président syrien Bachar al-Assad est attendu samedi à Paris pour une visite historique qui lui permettra d'être reçu dans l'après-midi par Nicolas Sarkozy, à la veille du sommet de lancement de l'Union pour la Méditerranée (UPM) chère au président français.
  
Cette journée sera aussi l'occasion de la première rencontre, sous les auspices de M. Sarkozy, entre M. Assad et son homologue libanais Michel Sleimane depuis l'élection de ce dernier en mai.
  
M. Assad, qui n'avait pas été reçu en France depuis juin 2001, fait ainsi son retour par la grande porte sur la scène diplomatique après avoir été mis au ban des nations en raison de l'ingérence de Damas dans les affaires libanaises.
  
L'élection du général Sleimane, avec le soutien des alliés de la Syrie au Liban, a permis à M. Sarkozy de mettre un terme au gel des relations décidé en 2005 par son prédécesseur Jacques Chirac après l'assassinat à Beyrouth de l'ex-Premier ministre libanais Rafic Hariri.
  
Les opposants au régime syrien, considéré comme un des plus répressifs du monde arabe, ont commencé dès vendredi à manifester à Paris leur mécontentement.
  
La France leur a par avance répondu qu'on ne pouvait "pas travailler qu'avec des démocrates" si l'on voulait faire avancer le processus de paix au Proche Orient.
  
Le président syrien doit être reçu à l'Elysée à 17h00, où il aura été précédé par M. Sleimane. Les deux hommes se retrouveront ensuite, en présence de M. Sarkozy et de l'émir du Qatar, une rencontre qui pourrait leur permettre d'évoquer l'établissement de relations diplomatiques entre leurs pays.
  
Au cours de cette journée chargée, le président français déjeunera avec son homologue égyptien Hosni Moubarak qui coprésidera avec lui le sommet de l'UPM dimanche après-midi.
  
Ce jour-là, les yeux seront à nouveau braqués sur M. Assad, mais aussi sur le Premier ministre israélien Ehud Olmert, puisque les deux hommes se retrouveront pour la première fois autour d'une même table, même s'ils seront assis à bonne distance.
  
Le sommet se déroulera en présence de 43 chefs d'Etat et de gouvernement, avec le leader libyen Mouammar Kadhafi comme seul absent de marque.
  
Au-delà d'une déclaration de principe et malgré quelques dissensions persistantes, il ambitionne d'associer les pays de l'UE et du sud de la Méditerranée pour lancer des projets concrets de coopération comme la dépollution ou l'énergie solaire.
 

Première publication : 12/07/2008

COMMENTAIRE(S)