Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Le Trésor au secours de Fannie Mae et Freddie Mac

Dernière modification : 15/07/2008

Le département américain du Trésor et la Réserve fédérale ont annoncé des mesures pour soutenir Fannie Mae et Freddie Mac, les deux géants du refinancement de crédit immobilier en pleine crise.

Retrouvez le blog de Stéphanie Antoine, "Les autorités américaines au chevet de Fannie Mae et Freddy Mac"

Le secrétaire au Trésor américain Henry Paulson a annoncé dimanche soir trois mesures de soutien aux organismes de refinancement hypothécaires Fannie Mae et Freddie Mac, en soulignant que leur survie était indispensable au maintien du système financier américain.
   
"Fannie Mae et Freddie Mac jouent un rôle central dans notre système de financement de l'immobilier et doivent continuer à le faire sous leur forme actuelle de compagnies détenues par leurs actionnaires", a indiqué M. Paulson, en rejetant une nouvelle fois la possibilité d'une nationalisation.
   
Le secrétaire au Trésor, dont les services sont par nature peu enclins à apporter leur soutien à des sociétés en difficulté, a justifié ces nouvelles mesures par la nécessité de "maintenir la confiance et la stabilité de notre système financier et de nos marchés financiers".
   
Pour éviter un risque de liquidité pour les deux sociétés, du fait de la vague de défiance boursière qui les entoure, le Trésor va augmenter "temporairement" la ligne de crédit qu'il leur consent, a-t-il dit.
   
Les conditions financières de cette aide n'ont pas été précisées. Le Trésor va déterminer "les termes et les conditions pour accéder à la ligne de crédit et le montant pouvant être tiré", selon le communiqué du ministère.
   
Pour être sûr que les deux entreprises puissent continuer à jouer leur rôle, le Trésor va recevoir le pouvoir "temporaire" d'acheter des actions des deux sociétés, "si cela devait être nécessaire".
   
Le communiqué ne précise pas si ces achats de titres seront effectués sur le marché, pour soutenir le cours boursier de Fannie Mae et Freddie Mac, ou s'il le seront lors d'une augmentation de capital --jusqu'ici impossible en raison du très faible cours boursier des deux sociétés.
   
M. Paulson a assuré que des dispositions seront prises pour que le contribuable américain n'ait pas à supporter le coût de ces mesures.
   
Le troisième volet du plan dévoilé par M. Paulson est l'attribution d'un pouvoir consultatif à la banque centrale, lorsque la nouvelle autorité de tutelle de Fannie et de Freddie devra déterminer leurs niveaux minima de capitalisation et les normes prudentielles qu'elles devront respecter.
   
Vendredi matin, dans une brutale accélération du mouvement de vente dont deux groupes sont la cible depuis lundi, le titre Fannie Mae a perdu jusqu'à 50% (à 6 dollars) et Freddie Mac 51% (à 3,89 dollars), avant de se reprendre en fin de journée.
   
Depuis le début de la crise du "subprime", les deux titres ont perdu quelque 80% de leur valeur en Bourse.

Première publication : 14/07/2008

COMMENTAIRE(S)