Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

"Le budget de l'armée a connu une érosion constante"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les expositions incontournables de l'été 2017

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le premier grand test pour Macron vient de sa propre armée"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Emmanuel Macron, "l'adjudant de la République"

En savoir plus

FOCUS

Afrique du Sud : les abandons de bébés en hausse, les adoptions en baisse

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Face à Macron, le général de Villiers rend les armes

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Remaniement ministériel en Côte d'Ivoire

En savoir plus

LE DÉBAT

Armée française : le premier accroc d'Emmanuel Macron ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Armée française : le premier accroc d'Emmanuel Macron ? (partie 1)

En savoir plus

Les déplacés du Nord-Kivu attendent toujours la paix

Dernière modification : 16/07/2008

Alors que le président de la République démocratique du Congo (RDC), Joseph Kabila, est en visite d'Etat en France, la guerre fait toujours rage dans l'est du Congo. Reportage d'Arnaud Zajtman et Marlène Rabaud dans le Nord-Kivu.

Le président de la République démocratique du Congo (RDC) Joseph Kabila a demandé mercredi à Paris à son homologue français Nicolas Sarkozy l'appui de la France auprès du Fonds monétaire international (FMI) pour obtenir un allègement de dette, selon une source à l'Elysée.

Lors de l'entretien entre les deux hommes, M. Sarkozy a promis à son homologue congolais "un effort", mais a tenu à lui "rappeler qu'on ne pouvait pas à la fois solliciter de nouveaux prêts, sans tenir compte de la nécessité de se désendetter par ailleurs", a indiqué une source élyséenne.

M. Sarkozy faisait allusion à un protocole signé en septembre 2007 par les autorités de Kinshasa avec la banque chinoise Exim Bank, portant sur un prêt de 8,5 milliards de dollars pour la réalisation de travaux d'infrastructures et la relance de l'exploitation minière, partiellement remboursable en titres miniers.

Comme la plupart des bailleurs de fonds occidentaux, le FMI s'est inquiété de l'impact de ce prêt géant et a suspendu, dans l'attente de son évaluation, sa décision d'engager un nouveau programme avec la RDC.

M. Kabila a également sollicité de M. Sarkozy, qu'il a invité à lui rendre visite l'année prochaine, un appui en matière de formation de l'armée et de la police congolaises, selon l'Elysée.

Le président français a pour sa félicité M. Kabila, qui a remporté en 2006 la première élection présidentielle au suffrage universel direct en RDC, pour le succès de la transition démocratique dans ce pays d'Afrique centrale, dont le sous-sol regorge de richesses minières.

Il lui a annoncé le versement d'une aide pour l'organisation des élections locales prévues dans les prochains mois.
 

Première publication : 16/07/2008

COMMENTAIRE(S)