Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Nicolas Sarkozy dit respecter le "non" irlandais

Dernière modification : 23/07/2008

Nicolas Sarkozy, en visite à Dublin, a déclaré respecter le "non" exprimé par les Irlandais le 12 juin dernier lors du référendum sur le traité de Lisbonne. Il s'est entretenu avec le Premier ministre Brian Cowen.

Lisez notre dossier consacré à la présidence française de l'Union européenne

 

 

Le président français Nicolas Sarkozy a "confirmé" lundi qu'il "respectait" le "non" irlandais au traité de Lisbonne, lors d'une visite éclair à Dublin où il a été accueilli par plus d'un millier de manifestants, opposants ou partisans.
  
"Le président de la République a confirmé qu'il respectait le résultat du référendum irlandais mais s'est félicité de constater que le processus de ratification se poursuivait dans les autres Etats membres" de l'Union européenne, ont indiqué Paris et Dublin dans un communiqué commun publié à l'issue de l'entretien entre M. Sarkozy et le Premier ministre irlandais Brian Cowen.
  
"Les deux hommes se sont engagés à agir en étroite concertation afin de trouver le moyen de faire progresser l'Union", selon ce communiqué.
  
De son côté, Brian Cowen a indiqué que son gouvernement "se donnait pour but de mieux comprendre les préoccupations qui avaient influé sur l'issue de ce référendum, étape indispensable avant de décider comment y apporter la meilleure réponse", poursuit le texte.
  
M. Cowen a ajouté que "des consultations approfondies auraient lieu, tant sur le plan interne qu'avec les partenaires de l'UE, dans la perspective de la réunion du Conseil européen" d'octobre, selon la même source.
  
Au cours de ce bref déplacement, M. Sarkozy, qui assure la présidence de l'Union européenne (UE), devait également s'entretenir avec les responsables des principaux partis.
  
Une réunion séparée devait ensuite se tenir à la résidence de l'ambassadeur de France avec des représentants des camps du "oui" et du "non", notamment le dirigeant du parti Sinn Féin, Gerry Adams, seule formation représentée au Parlement à avoir appelé à voter non, ou le responsable de l'assocation Libertas Declan Ganley.
  
Des manifestations, réunissant entre 1.400 et 1.800 personnes selon la police, ont accompagné sa venue.
  
Des opposants au traité de Lisbonne brandissaient des pancartes demandant "Sarkozy, respectez le vote sur Lisbonne. Non c'est non", ou assurant "Le traité de Lisbonne est mort".
  
Plusieurs manifestants ont même brandi des pancartes affirmant "casse-toi pauvre con Sarkozy", en référence à l'invective lancée par le président français à un visiteur du salon de l'agriculture à Paris en février dernier.
  
Mais M. Sarkozy avait aussi ses partisans, qui représentaient à peu près la moitié des manifestants, avec les agriculteurs irlandais appréciant sa position de fermeté sur la question de la libéralisation du commerce mondial.
  
Le chef de la diplomatie française Bernard Kouchner, qui accompagne M. Sarkozy à Dublin, a assuré qu'il n'était pas dans les intentions françaises de bousculer l'Irlande.
  
"Nous allons là-bas (à Dublin) en tant que France présidente de l'Union européenne et non pas en tant que +France donneuse de leçons+. Nous écouterons chaque camp", a-t-il déclaré au quotidien britannique Times.
  
Se disant prêt à "écouter", le chef de l'Etat français avait pour sa part expliqué, dans une interview au quotidien Irish Times parue samedi, vouloir "comprendre" les raisons du "non" à 53% au référendum du 12 juin en Irlande.
  
M. Sarkozy avait auparavant suscité la colère en Irlande, en jugeant en début de semaine passée devant des députés de son parti que les "Irlandais devront revoter".
  
Aucune percée n'est attendue à l'occasion de cette visite, Dublin ayant besoin de temps pour réfléchir à une sortie de crise, selon des diplomates français et irlandais.
  
L'Irlande est le seul pays obligé, par sa Constitution, à soumettre le traité européen à référendum.
  
Les 26 autres pays de l'UE le soumettent à une ratification parlementaire.

Première publication : 21/07/2008

COMMENTAIRE(S)