Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco s'impose, le Real cartonne

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Un obus tiré de Gaza vers Israël, le premier depuis la trêve

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Didier Guillaume : "Le Medef se comporte très mal"

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

Nicolas Sarkozy part "comprendre" le non des Irlandais

Dernière modification : 21/07/2008

Nicolas Sarkozy, qui assure la présidence de l'Union européenne, a effectué une visite de six heures à Dublin pour comprendre le message des Irlandais après leur rejet, le 12 juin dernier, du traité de Lisbonne.

Lisez notre dossier consacré à la présidence française de l'Union européenne


 
Nicolas Sarkozy se rend à Dublin pour tenter de sortir l’Europe de l’impasse institutionnelle dans laquelle elle est plongée depuis le 12 juin. Ce jour là, 53 % des Irlandais avaient dit "no" au traité de Lisbonne.

 

Lors de sa visite, qui doit durer six heures, le président en exercice de l’Union européenne doit rencontrer le Premier ministre irlandais, Brian Cowen, ainsi que plusieurs ministres. Le président français a également prévu de s’entretenir avec des groupes de pression favorables ou opposés au traité.

 

L’objectif est d’écouter" et de "comprendre" les raisons de ce vote et de trouver les moyens "d'apporter les véritables réponses aux inquiétudes des Irlandais".

 

"Non, c'est non"

 

Ce premier déplacement en tant que président en exercice du Conseil européen s’annonce délicat pour le chef de l’Etat français. Le gouvernement irlandais a déjà indiqué qu’il avait besoin de temps pour trouver une issue à la crise, alors que les partisans du non sont restés mobilisés et n’entendent pas se faire dicter la marche à suivre par le chef de l’Etat français.

 

Celui-ci a provoqué un tollé la semaine dernière après avoir annoncé lors d’une réunion informelle devant des députés français qu’il était nécessaire de faire "revoter" Irlandais. "Un manque de diplomatie" selon Pascale Joannin, directrice de la fondation Robert Schumann, qui déclare sur FRANCE 24 : "cela va mal se passer si Nicolas Sarkozy arrive avec sa propre solution."

 

Un groupe de pression opposé au traité de Lisbonne annonce sa volonté de manifester devant le gouvernement avec comme slogan "Non, c’est non."

 

Caroline de Camaret, spécialiste Europe à FRANCE 24 résume le dilemme face auquel se retrouve Nicolas Sarkozy : "d’un côté, il ne veut surtout pas abandonner le traité, mais il ne veut pas non plus exclure les Irlandais de l’Europe."

 

Quelle solution alors pour sortir de la crise institutionnelle ? Pour Pascale Joannin, la seule issue possible passe par un nouveau vote irlandais "après avoir légèrement modifié le texte…"

 

Première publication : 21/07/2008

COMMENTAIRE(S)