Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

Amériques

Hamdan "connaissait" la 4e cible du 11 septembre

Texte par AFP

Dernière modification : 25/02/2009

Le parquet accuse Salim Hamdan, ancien chauffeur de Ben Laden et premier suspect jugé à Guantanamo, de connaître la cible du quatrième avion détourné le 11 septembre 2001. Son avocat le présente comme dénué de toute intention djihadiste.

Le deuxième jour du procès de l’ancien chauffeur d’Oussama Ben Laden, Salim Hamdan, a été consacré à l’examen des preuves présentées par l’accusation. Selon elle, "il savait ".

 

Selon Emmanuel Saint-Martin, envoyé spécial de FRANCE 24 à Guantanamo, "l’accusation a passé beaucoup de temps à essayer de montrer que Salim Hamdane était un proche de Ben Laden".

 

Le procureur Timothy Stone a affirmé que le Yéménite connaissait bel et bien la cible du quatrième avion détourné le 11 septembre 2001. "S'il n'avait pas été abattu, il aurait frappé le dôme", a-t-il déclaré, citant Hamdane, sans préciser si le dôme en question était ou non celui du Capitole. En face, la défense explique que "Hamdan était simplement un père de deux enfants à la recherche d’un travail (…). En aucun cas, un haut responsable du réseau terroriste", rapporte Emmanuel Saint-Martin.

 

Le tribunal militaire d’exception à Guantanamo a également entendu deux soldats des forces spéciales américaines qui ont raconté les circonstances de l’arrestation de Salim Hamdan, en novembre 2001 en Afghanistan.

 

Mais d’après l’envoyé spécial de FRANCE 24, "ce qui frappe le plus, c’est la disproportion entre le caractère historique de ce procès - c’est le premier pour crimes de guerre organisé aux Etats-Unis, après celui de Nuremberg à la fin de la Deuxième Guerre mondiale en Allemagne - et les faits qui ne ressemblent pas vraiment à des crimes de guerre". Il poursuit : "Jusque-là, ce qu’on reproche à Hamdan, c’est d’avoir transporté deux roquettes dans sa voiture au moment de son arrestation".

 

Lundi, à l’ouverture des travaux, le président du tribunal avait refusé de prendre en compte les déclarations que Salim Hamdan avait faites à la prison de Bagram, en Afghanistan, estimant qu’elles avaient été obtenues "sous une forte contrainte". Cette décision augure des difficultés lors des prochains procès des autres détenus de Guantanamo, dont certains ont subi des contraintes autrement plus sévères, comme la simulation de noyade.

 

Poursuivi pour "complot" et pour "soutien matériel au terrorisme", Salim Hamdan encourt la prison à vie. Il a plaidé non coupable à l’ouverture de son procès qui devrait durer au moins deux semaines. 

Première publication : 23/07/2008

COMMENTAIRE(S)