Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

L'UE veut interdire l'import des peaux de phoques

Dernière modification : 24/07/2008

Désireuse de mettre un terme à des pratiques qu'elle juge "répugnantes", l'Union européenne souhaite interdire les importations des peaux de phoques. Une proposition qui suscite l'agacement du Canada, grand exportateur de ces peaux.

Bruxelles a demandé mercredi aux pays européens d'interdire l'importation des peaux de phoques pour protester contre les "pratiques répugnantes" constatées au Canada et dans les autre pays pratiquant cette chasse.

"L'objectif principal de cette proposition est d'interdire les méthodes de chasse cruelles et ce dès la prochaine campagne de chasse", a expliqué le commissaire européen à l'Environnement Stavros Dimas.

La mesure vise essentiellement le Canada, où les chasseurs ont été autorisés ce printemps à tuer 275.000 phoques sur la façade atlantique du pays, soit près du tiers des jeunes phoques abattus chaque année.

Le gouvernement canadien a averti qu'il ne resterait pas "les bras croisés" si la Commission européenne demandait cette interdiction.

Les autres pays où cette chasse est pratiquée sont le Groenland, la Namibie, l'Islande, la Norvège, la Russie, les Etats-Unis, et au sein de l'UE, la Suède, la Finlande et le Royaume-Uni, souligne la Commission.

Cette interdiction, si elle est approuvée par les pays européens, "aura un impact considérable", a assuré M. Dimas. "Un tiers des peaux de phoques arrivent ou transitent par l'Union européenne", a-t-il souligné.

"Je suis convaincu que nous avons pris la bonne décision", a affirmé le commissaire.

Stavros Dimas espère une approbation rapide de cette proposition par le Parlement européen et les Etats membres. Il compte sur le soutien du président français Nicolas Sarkozy, président en exercice de l'UE jusqu'au 31 décembre, et des pays désireux de mettre un terme à ces pratiques de chasse.

Première publication : 23/07/2008

COMMENTAIRE(S)