Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Éléments de langage

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Virus Ebola : l'OMS doit annoncer un plan de lutte de 100 millions de dollars

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 1er aout (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 1er aout (Partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Grande Guerre : au cœur de l’enfer

En savoir plus

#ActuElles

Les "Patronas" au secours des migrants mexicains

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Coup d'envoi de la transition énergétique en France

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centenaire de la Grande Guerre : retour sur la bataille de Verdun

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza : les larmes d'un responsable de l'ONU

En savoir plus

  • Le Hamas affirme qu’il n’a pas d’informations sur le soldat israélien porté disparu

    En savoir plus

  • Des dizaines de morts après une explosion dans une usine chinoise

    En savoir plus

  • Vidéo : la pauvreté pousse les femmes malgaches vers la contraception

    En savoir plus

  • Vidéo : "Le monde devrait admirer Israël", selon son ambassadeur aux États-Unis

    En savoir plus

  • Ouganda : la justice annule une loi anti-gay particulièrement répressive

    En savoir plus

  • Extensions Internet : l'Icann à la rescousse de l'Iran, la Syrie et la Corée du Nord

    En savoir plus

  • Grande Guerre : au cœur de l’enfer

    En savoir plus

  • Un séisme secoue la région d'Alger et fait six morts et 420 blessés

    En savoir plus

  • Ebola : sommet régional à Conakry pour tenter d'enrayer l'épidémie

    En savoir plus

  • Free convoite T-mobile : "What the hell is Iliad ?" se demandent les Américains

    En savoir plus

  • Plus de 50 kilos de cocaïne volatilisés au "36, quai des Orfèvres"

    En savoir plus

  • Centenaire de 14-18 : les clochers de France sonnent la “mobilisation générale”

    En savoir plus

  • Vidéo : les réfugiés libyens affluent en masse à la frontière tunisienne

    En savoir plus

  • Kerviel : la justice accorde une peine aménagée, appel du parquet

    En savoir plus

  • Une dizaine de soldats ukrainiens tués par des séparatistes dans l'Est

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Lourd bilan après une série d’explosions dues au gaz à Taïwan

    En savoir plus

L'armée se déploie à Tripoli après des combats

Dernière modification : 26/07/2008

Neuf personnes ont été tuées depuis jeudi à Tripoli, dans le nord du Liban, au cours de violents affrontements entre membres des communautés sunnite et alaouite. L'armée libanaise s'est déployée pour rétablir le calme.

Des blindés de l'armée se sont déployés samedi à Tripoli, la métropole du nord du Liban, pour rétablir le calme après des affrontements entre communautés musulmanes qui ont fait neuf morts en deux jours.
  
Un homme a été tué et un autre a succombé samedi à ses blessures, portant à neuf morts le bilan des victimes des violences qui ont éclaté la veille entre combattants des communautés sunnite et alaouite, une branche du chiisme, a déclaré à l'AFP un responsable des services de sécurité sous couvert de l'anonymat.
  
Des dizaines de chars et véhicules blindés ont commencé à patrouiller les zones des affrontements les quartiers sunnite de Bab al-Tebbaneh, un fief de la majorité antisyrienne, et alaouite de Jabal Mohsen, dont les habitants soutiennent majoritairement l'opposition dirigée par le Hezbollah chiite, a ajouté le responsable.
  
"L'armée a envoyé des renforts dans les zones d'affrontement pour faire appliquer le cessez-le-feu et son commandement a promis de répondre fermement à toute violation", a dit un député sunnite, Mohammed Abdel Latif Kabbara.
  
Un certain calme est revenu mais des membres de la communauté sunnite ont bloqué une autoroute menant en Syrie pour protester contre l'arrestation de deux des leurs lors des violences, selon un correspondant de l'AFP.
  
De violents affrontements marqués par des tirs intensifs et continus de fusils automatiques et de roquettes avaient opposé sunnites et alaouites durant la nuit de vendredi à samedi.
  
Les combats s'étaient intensifiés en dépit de deux cessez-le-feu annoncés vendredi, dont le second devait entrer en vigueur à 18H00 (15H00 GMT) vendredi.
  
Sept personnes, dont un garçon de dix ans et deux femmes, avaient été tuées vendredi. Une cinquantaine de personnes ont également été blessées, selon le responsable de la sécurité.
  
"L'armée travaille à ramener un vrai calme dans le nord ", a dit un responsable militaire mais il a souligné que cela dépendait de la conclusion d'un accord entre dirigeants politiques et religieux locaux.
  
"L'armée agira avec fermeté à l'égard de ceux qui violeront l'accord", a-t-il ajouté.
  
Le ministre de l'Intérieur, Ziad Baroud et le directeur général des Forces de sécurité intérieure (FSI), le colonel Achraf Rifi, se sont rendus à Tripoli vendredi soir.
  
Les commerces étaient fermés samedi et de nombreuses familles se sont réfugiées dans des écoles.
  
Ces nouveaux décès portent à au moins 23 le nombre de personnes tuées depuis le début des violences entre les deux communautés en juin à Tripoli.
  
La situation s'était calmée à la suite de la formation d'un gouvernement d'union nationale le 11 juillet, où l'opposition menée par le Hezbollah et appuyée par la Syrie et l'Iran, a obtenu une minorité de blocage.
  
Les nouveaux combats interviennent alors que le gouvernement doit présenter prochainement sa déclaration de politique générale et que les discussions achoppent sur la question des armes du Hezbollah soutenu par Damas et Téhéran.
  
La "Déclaration gouvernementale" doit tracer les grandes lignes de la  politique du cabinet et être adoptée par un vote du Parlement.
  
"A chaque fois qu'un conflit interconfessionnel éclate dans le nord, il est utilisé comme moyen de pression politique", a commenté un député de la majorité, l'ancien ministre des Sports Ahmed Fatfat.
  
L'antagonisme entre les deux communautés à Tripoli remonte à l'époque de la guerre civile (1975-1990), où Bab al-Tebbaneh était devenue un refuge pour des habitants de la ville syrienne de Homa, rasée en 1982 par le régime de l'ancien président Hafez al-Assad à la suite d'une insurrection islamiste.
  
En 1986, les forces syriennes, qui occupaient le Liban, pénétraient à Bab al-Tebbaneh y tuant 300 personnes avec l'aide des alaouites de Tripoli.
 

Première publication : 26/07/2008

COMMENTAIRE(S)