Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Le Venezuela va vendre à l'Espagne du pétrole à 100 dollars le baril

Dernière modification : 26/07/2008

En visite à Madrid, le président vénézuélien Hugo Chavez a finalisé un accord selon lequel son pays vendrait du pétrole à 100 dollars le baril à l'Espagne en échange d'importations d'équipements médicaux et de biens technologiques.

Le Venezuela va vendre à l'Espagne jusqu'à 10.000 barils de pétrole par jour à 100 dollars chaque, en échange  d'importations d'équipements médicaux et de biens technologiques, a annoncé samedi le président vénézuélien Hugo Chavez, en visite à Madrid.
  
Cette initiative "va nous nous permettre d'importer de la nourriture, de l'équipement médical et des biens technologiques, qui sont d'un grand intérêt pour nous", a précisé le président vénézuélien dans un entretien à la télévision publique espagnole TVE.
  
Hugo Chavez, en voyage officiel en Espagne, a indiqué que l'accord avait été finalisé vendredi à Madrid lors d'une rencontre avec le Premier ministre espagnol Jose Luis Rodriguez Zapatero.
  
Selon les termes de l'accord, l'argent payé pour ce pétrole sera versé sur un compte bancaire à Madrid, puis utilisé par le Venezuela pour payer ses importations.
  
Cet accord "doit "nous permettre dans le futur de créer une nouvelle architecture financière internationale", a indiqué le président vénézuélien. "Je crois qu'il est temps d'inventer de nouveaux modes de coopération", a-t-il ajouté.

Première publication : 26/07/2008

COMMENTAIRE(S)