Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Rentrée scolaire : le premier jour d'école se raconte sur Twitter

En savoir plus

FOCUS

De la Macédoine à la Hongrie : le périple des migrants vers l’Europe occidentale

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les milles et une vies d’Eric-Emmanuel Schmitt

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

Faut-il revenir sur les 35 heures en France ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Crise des migrants : l'Europe en quête de solutions (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Crise des migrants : l'Europe en quête de solutions (partie 1)

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Refugees Welcome" : des citoyens s'organisent pour aider les réfugiés

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le ralentissement de l'activité s'accentue en Chine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"À votre bon cœur ?"

En savoir plus

Réouverture du trafic fluvial sur le Mississippi

Dernière modification : 26/07/2008

Après avoir été interdit deux jours durant, le trafic fluvial a été rouvert sur le Mississippi, vendredi. La collision entre une barge et un pétrolier avait provoqué, mercredi, le déversement de 1,6 million de litres de fioul dans le fleuve.

Plus de 300 membres des services d'urgence tentaient vendredi de contenir une grave pollution au fioul à l'embouchure du Mississippi, dans le sud des Etats-Unis, près de La Nouvelle-Orléans, provoquée par une collision entre un pétrolier et une barge.

Près de 1.600 tonnes d'hydrocarbures ont été déversés dans le fleuve quand un pétrolier battant pavillon libérien, le "Tintomara", et une barge de la compagnie American Commercial Lines, tirée par un remorqueur, se sont heurtés mercredi, selon les garde-côtes américains.

L'accident n'a fait aucun blessé, selon la même source. Le pétrolier de 183 mètres n'a pas été endommagé, mais la barge a été quasiment brisée en deux et une épaisse nappe de fioul s'en est dégagée.

Après avoir été interdit sur 160 km, de La Nouvelle-Orléans (Louisiane, sud) au Golfe du Mexique, le trafic fluvial a été rouvert vendredi midi (16H00 GMT), mais au compte-gouttes, selon les garde-côtes. Des barrages flottants ont été installés afin de contenir la pollution.

"Les personnes à bord (du remorqueur) n'étaient pas tout à fait en règle (avec la législation) lorsque l'incident est survenu", avaient indiqué jeudi dans un communiqué les garde-côtes, après avoir ouvert une enquête. De même source, les opérateurs du bâtiment ne possédaient pas le bon type de permis pour naviguer sur le fleuve.

Le Bureau américain chargé de la sécurité du transport (NTSB) a également lancé une enquête.

De son côté, les responsables de La Nouvelle-Orléans, dont le maire Ray Nagin, ont indiqué aux habitants que l'eau du robinet restait potable, bien qu'une tenace odeur d'hydrocarbures flotte dans l'air de la métropole, déjà éprouvée à la fin de l'été 2005 par l'ouragan Katrina.

Mais selon les médias locaux, de nombreux habitants se sont précipités dans les magasins pour acheter de l'eau en bouteille.

La fermeture du port de La Nouvelle-Orléans a pour conséquences des pertes de quelque 100 millions de dollars par jour, et l'impact économique sur toute la zone touchée atteint 275 millions de dollars quotidiens, a affirmé le président du port, Gary LaGrange, cité par le journal local New Orleans Times-Picayune.

Vendredi matin, l'épave de la barge restait bloquée en plein milieu du fleuve, tandis que les services de secours s'efforçaient de circonscrire la pollution. Parallèlement, l'armateur de la barge tentait de mettre en place des opérations de renflouage.

"Des personnes supplémentaires vont arriver régulièrement toute la journée" pour participer à la lutte contre la pollution, a affirmé à l'AFP un porte-parole des garde-côtes, Thomas Blue. Selon lui, quelque 300 personnes ont déjà été dépêchées sur les lieux.

A chaque fois qu'il y a une fuite, il existe des inquiétudes pour l'environnement", a ajouté M. Blue. Plus de 20 km de barrages flottants ont été déployés sur le Mississippi, mais seuls 10.000 litres de fioul avaient pu être récupérés vendredi matin, selon le porte-parole.

Des opérations ont également été mises en place pour prendre en charge des oiseaux et animaux marins mazoutés.

Première publication : 26/07/2008

COMMENTAIRE(S)