Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Marine Le Pen et Emmanuel Macron ou le bras de fer de la communication politique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Marcus Miller sur la scène du festival de jazz de St Louis

En savoir plus

JOURNAL DE CAMPAGNE

Marine le Pen et Emmanuel Macron face aux salariés de Whirlpool

En savoir plus

FOCUS

Tchétchénie : des homosexuels persécutés se confient

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Django", "Aurore", "Après la tempête" : les sorties ciné de la semaine

En savoir plus

FACE À FACE

Présidentielle 2017 : deux France en duel

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump, le président du renoncement"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Donald Trump déclare une guerre commerciale au Canada

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Marine Le Pen, comme si de rien n'était"

En savoir plus

Négociations syro-israéliennes prévues en août

Dernière modification : 02/08/2008

La quatrième session des pourparlers indirects entre la Syrie et Israël s'est achevée mercredi à Istanbul, en Turquie. Un nouveau rendez-vous a été pris pour le mois d'août prochain.

Israël et la Syrie ont achevé mercredi à Istanbul un quatrième round de discussions indirectes sous l'égide de la Turquie et ont décidé de poursuivre leurs discussions afin de trouver un règlement à leurs différends, a indiqué à l'AFP un diplomate turc.
   
"Le parties sont convenues de poursuivre en août leur pourparlers sous le même format", c'est-à-dire par l'intermédiaire de responsables du ministère turc des Affaires étrangères qui font la navette entre les représentants des deux pays, a précisé cette source sous couvert d'anonymat.
   
Les discussions qui ont eu lieu de lundi à mercredi se sont déroulées "dans une atmosphère constructive", a souligné ce diplomate.
   
La reprise du dialogue indirect entre la Syrie et Israël, après un gel de huit ans, avait été annoncée simultanément le 21 mai par Israël, la Syrie et la Turquie.
   
Israël et la Syrie sont formellement en état de guerre depuis 1948 mais ont signé des accords d'armistice ou de cessez-le-feu.
   
Le 12 juillet, le président syrien Bachar al-Assad avait toutefois estimé que des négociations ne pourraient pas avoir lieu avant la prise de pouvoir du prochain président américain au début de l'an prochain.
   
"L'administration actuelle (du président George W. Bush, NDLR) ne s'intéresse pas au processus de paix. Nous ne passerons pas au stade (de négociations directes) avant six mois au moins, c'est-à-dire sous la prochaine administration américaine", avait affirmé le chef d'Etat syrien lors d'une visite à Paris.
   

Première publication : 30/07/2008

COMMENTAIRE(S)