Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un "Mister Nobody" au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • Gaza : des frappes israéliennes "sans précédent" depuis le début du conflit

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

Ouverture du procès de douze opposants

©

Dernière modification : 30/07/2008

Le procès de douze opposants syriens, signataires de la "Déclaration de Damas" appelant à plus de démocratie dans le pays, s'est ouvert dans la capitale syrienne. Les opposants rejettent toutes les accusations qui pèsent contre eux.

Douze opposants syriens ayant signé une déclaration appelant à instaurer la démocratie dans leur pays ont rejeté toutes les accusations à leur encontre à l'ouverture mercredi de leur procès à Damas, a indiqué une organisation de défense des droits de l'Homme.
  
Selon des ONG en Syrie, ces opposants ont accusés "d'avoir propagé des informations mensongères qui affaiblissent le sentiment national, adhéré à une organisation secrète pour modifier le statut politique et économique de la nation, incité à des dissensions confessionnelles et nui à l'Etat".
  
"Les douze opposants signataires de la Déclaration de Damas ont comparu devant la Cour pénale", a indiqué l'Organisation nationale des droits de l'Homme en Syrie (ONDHS) dans un communiqué.
  
"Ils ont rejeté les accusations portées contre eux et souligné que la Déclaration de Damas n'oeuvrait pas d'une manière secrète et que son objectif était de défendre la patrie", a-t-elle ajouté.
  
Plusieurs avocats et diplomates occidentaux ont assisté au procès devant la Cour pénale qui a fixé la prochaine audience au 26 août.
  
En 2005, les partis de l'opposition laïque syrienne et les Frères musulmans basés à Londres ont signé un texte fondateur intitulé "Déclaration de Damas", qui réclame "un changement démocratique et radical" en Syrie. En décembre 2007, un Conseil national (organe dirigeant) de la "Déclaration de Damas" a été créé en Syrie mais plusieurs de ses membres ont été arrêtés.
  
Les douze opposants sont l'écrivain Ali Abdallah, le médecin Walid Bounni, l'écrivain et secrétaire du Conseil national Akram Bounni, l'ex-député Riad Seif, Fidaa Horani, présidente du Conseil national, ainsi que Ahmad Tomeh, Jabr al-Choufi, Yasser al-Iti, Mohammad Haji Darwiche, Marwan al-Ich, Fayez Sara et Talal Abou-Dane.
  
L'ONDHS a demandé "la libération immédiate de tous les détenus" en Syrie et "l'arrêt des poursuites contre eux en vue de consolider l'unité nationale et préserver les droits des citoyens à la libre expression garantie par la Constitution syrienne et la Charte internationale des droits de l'Homme".
  
De son côté, la Ligue syrienne de défense des droits de l'homme (LSDDH) a dénoncé dans un communiqué ce procès y voyant "une volonté du gouvernement de mener une politique de sanction en vertu de la loi d'urgence" en vigueur en Syrie. Elle a aussi demandé leur libération immédiate.
  
L'ONDHS a annoncé, par ailleurs, l'arrestation d'un nouvel opposant signataire de la Déclaration de Damas, l'ingénieur Oussama Achour, 48 ans, mardi à Alep (nord).
  
"Il a été interpellé à son domicile par les services des renseignements militaires. C'est un ancien détenu politique qui a été emprisonné pendant 16 ans dans les années 1980, pour avoir adhéré à un parti communiste interdit, a indiqué l'organisation dans un communiqué.
  
Oussama Achour avait assisté en décembre 2007 en Syrie au congrès au cours duquel le Conseil national de la Déclaration de Damas avait été créé.
  
Avec l'arrestaion d'Achour, 14 membres de la "Déclaration de Damas" sont maintenant détenus.

Première publication : 30/07/2008

Comments

COMMENTAIRE(S)