Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

"La liberté de la presse vous appartient"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Mille et un kebabs : à chaque pays ses secrets !

En savoir plus

DANS LA PRESSE

En Italie, l'effondrement du "pont malade"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Capitalisme addictif : l'empire du désir

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Tunisie, l'égalité entre hommes et femmes dans l'héritage ne fait pas l'unanimité"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Il faut empêcher Assad de se refaire une virginité sur la scène internationale"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Slimane Dazi : le livre "Indigène de la nation" est un acte politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Brésil sous le choc après la mort d'une femme battue

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Emmanuel Ramazani Shadary, le dauphin qui ne fait pas l'unanimité

En savoir plus

Ricardo Ricco avoue s'être dopé à l'EPO

Dernière modification : 31/07/2008

Riccardo Ricco, vainqueur de deux étapes du Tour de France 2008, a avoué devant le Comité olympique italien s'être dopé. Le "Cobra" avait été contrôlé positif à l'issue de la quatrième étape, et clamait son innocence depuis.

Le cycliste italien Riccardo Ricco a avoué mercredi s'être dopé à l'érythropoïétine (EPO) avant le départ du Tour de France.

 

Ricco, exclu du Tour après avoir été contrôlé positif à l'EPO lors de la quatrième étape, pourrait être suspendu deux ans à la suite de sa comparution devant le Comité olympique italien.

 

"Je suis venu ici et j'ai expliqué mon erreur. Je pense que vous savez tous dans quelle position j'étais il y a treize jours. Je pense que c'est un bon geste pour tout le monde que j'avoue mon erreur", a-t-il déclaré aux journalistes.

Ricco, 24 ans, a également déclaré que les méthodes de contrôle devaient être reconsidérées.

 

"Pendant le Tour, ils ont effectué beaucoup de contrôles. Ils ont fait dix contrôles en treize étapes, deux étaient positifs alors qu'en théorie, ils auraient tous dû être positifs. Donc les méthodes doivent être vérifiées."

 

Le grimpeur italien avait été exclu du Tour de France à l'annonce de son test positif, non sans avoir gagné deux étapes à Super-Besse et Bagnères-de-Bigorre entre la date de son contrôle et son éviction. Dans la foulée, son équipe, la Saunier Duval, l'avait licencié avant de quitter l'épreuve.

 

L'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD) avait ensuite affirmé que Ricco avait tenté de se soustraire au contrôle qui l'a confondu.

 

Selon les médias italiens, grâce à ses aveux, Ricco pourrait voir sa peine réduite.

Mais au-delà des sanctions sportives, Ricco devra répondre de ses actes devant la justice française, qui l'a mis en examen pour "usage et détention de substances vénéneuses". Il encourt une peine maximum de deux ans de prison et une amende de 3.750 euros.

Le compatriote et coéquipier de Ricco, Leonardo Piepoli, a également été licencié par la Saunier Duval sans avoir été contrôlé positif.

Il sera entendu par le parquet antidopage jeudi car la Saunier Duval l'accuse de "violation au code éthique de l'équipe". Piepoli n'a fait aucun commentaire.

 

Avant le Tour de France, Ricco s'était révélé sur le Tour d'Italie, où il avait terminé deuxième.

Première publication : 30/07/2008