Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza: des morts trop télégéniques

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique - forum pour la paix : comment relever le défi de la réconciliation nationale ?

En savoir plus

DÉBAT

Ukraine - l'UE contre la Russie : les "mistral" plus forts que les sanctions ?

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

Best of (Partie 2)

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

Best of (Partie 1)

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le Festival de Carthage souffle ses 50 bougies !

En savoir plus

FOCUS

Angela Merkel au sommet de son pouvoir?

En savoir plus

MODE

Les collections de l'été 2015 déjà au salon Who's Next à Paris

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Xavier Bettel, Premier ministre luxembourgeois

En savoir plus

  • Vidéo : à Khan Younès, les cortèges funéraires se succèdent

    En savoir plus

  • Gaza : "Nous devons aller jusqu'au bout de la mission", prévient Israël

    En savoir plus

  • Tour de France : Thibaut Pinot, une dose de "combativité", une dose de "déconne"

    En savoir plus

  • Plusieurs compagnies aériennes annulent leurs vols vers Israël

    En savoir plus

  • Violences à Sarcelles : quatre personnes condamnées à de la prison ferme

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les boîtes noires vont être analysées au Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Les négociations de paix en Centrafrique tournent court à Brazzaville

    En savoir plus

  • Londres relance l'enquête sur la mort de l'ex-espion russe Litvinenko

    En savoir plus

  • Les télévisions libanaises unissent leur voix pour soutenir Gaza

    En savoir plus

  • Le FBI accusé de transformer des citoyens musulmans en terroristes

    En savoir plus

  • Présidentielle indonésienne : victoire du réformateur Joko Widodo

    En savoir plus

  • Paris confirme la livraison du premier Mistral à Moscou, le second en suspens

    En savoir plus

  • Transferts : le Colombien James Rodriguez quitte Monaco pour le Real Madrid

    En savoir plus

  • Gaza : l'armée israélienne annonce la disparition d'un de ses soldats

    En savoir plus

  • Dunga sélectionneur : le manque d’imagination du football brésilien

    En savoir plus

  • À Sarcelles, des dignitaires juifs et musulmans ont prié pour la paix

    En savoir plus

  • Transferts : Patrice Evra quitte Manchester United pour la Juventus Turin

    En savoir plus

  • Gaza : au Caire, Ban Ki-moon et Kerry veulent arracher un cessez-le-feu

    En savoir plus

Netanyahu réclame des élections anticipées

Dernière modification : 31/07/2008

Suite à l'annonce du départ d'Ehud Olmert en septembre, Benjamin Netanyahu, chef de l'opposition, réclame la tenue d'élections législatives anticipées. Il apparaît comme la seule figure pouvant succéder à l'ancien maire de Jérusalem.

Regardez aussi le Face à Face de France24, "Olmert s'en va : et la paix ?"


Faucon convaincu, ultra-libéral sur le plan économique, Benjamin Netanyahu rêve de remettre en selle la droite nationaliste israélienne et se présente comme la seule alternative pour succéder à Ehud Olmert au poste de Premier ministre.
   
Dans la foulée de l'annonce mercredi par Ehud Olmert de sa démission prochaine, "Bibi", ancien Premier ministre âgé de 58 ans, s'est immédiatement positionné, affichant sa volonté d'envoyer aux oubliettes l'actuel gouvernement en prônant des élections anticipées.
   
L'opinion publique l'en juge tout à fait capable.
   
Ainsi, dans l'hypothèse d'élections anticipées, M. Netanyahu est crédité du soutien de 36% des personnes interrogées contre 24,6% pour l'actuelle ministre des Affaires étrangères Tzipi Livni et 14,9% pour le ministre de la Défense et chef du parti travailliste Ehud Barak, selon un sondage publié mercredi.
   
Selon ce même sondage, rendu public par la chaîne "10" (privée), il obtiendrait 36,6% des suffrages s'il était opposé à un autre faucon, Shaoul Mofaz, du Kadima, (12,4%) et à Barak (14,8%).
   
Celui que l'on surnommait le "magicien", expert ex-médias, espère récolter les fruits d'un travail acharné pour faire oublier l'échec cuisant des dernières législatives de mars 2006.
   
Accusé par ses troupes d'être responsable de cette défaite, la pire enregistrée par son parti, il a fini de panser les plaies de la scission initiée par Ariel Sharon, en novembre 2005, pour fonder le parti centriste Kadima.
   
Attendant habillement son heure, il a exploité les ratages de la dernière guerre du Liban (juillet 2006) et une série de scandales politico-financiers qui ont miné Ehud Olmert avant de le mettre à terre.
   
Celui qui fut en 1996 le plus jeune Premier ministre de son pays et le premier chef de gouvernement né après la création d'Israël en 1948 espère ainsi constituer une majorité parlementaire à partir des 12 sièges de son parti, sur les 120 sièges que compte la Knesset.
   
"Si je suis élu, je constituerai un gouvernement d'union, et non pas un gouvernement issu de combines", a-t-il promis jeudi.
   
"Ce gouvernement est en bout de course. Peu importe qui sera à la tête du Kadima. Il faut laisser le peuple décider avec de nouvelles élections", a ajouté l'ancien Premier ministre.
   
Critiqué sur sa politique économique lorsqu'il était au pouvoir, c'est sur le volet palestinien qu'il apparaît le plus en phase avec la majorité de l'opinion.
   
Conscient que la plus grande partie des Israéliens rejette des concessions territoriales, "Bibi" souhaite soumettre à referendum tout éventuel retrait de Cisjordanie.
   
Il refuse par ailleurs une quelconque partition de Jérusalem, propose une politique économique ultra-libérale et rejette des concessions en faveur des Palestiniens qui pourraient selon lui mettre en danger la sécurité d'Israël.
   
Farouche opposant aux accords israélo-palestiniens d'Oslo (1993), il avait cependant été contraint de céder aux pressions américaines en concluant deux  accords avec Yasser Arafat lorsqu'il était Premier ministre.
   
Son échec électoral de 1999 face à Ehud Barak a été suivi par des problèmes avec la justice, pour lui et son épouse Sarah, une ancienne hôtesse de l'air. La justice avait renoncé à l'inculper dans une affaire de corruption faute de preuve.
   
Pur produit de l'élite ashkénaze, qui a fondé Israël, il a passé toute sa jeunesse aux Etats-Unis, d'où son anglais parfait.
   
Débatteur habile, il a fait carrière dans la diplomatie, avant d'être élu au Parlement en 1988. Son ascension a ensuite été météorique, puisqu'il est devenu peu après vice-ministre des Affaires étrangères, puis, en 1992, chef du Likoud et leader de l'opposition.

Première publication : 31/07/2008

COMMENTAIRE(S)