Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Les "étudiants attardés" du PS"

En savoir plus

DÉBAT

France - migrants illégaux : l'impasse calaisienne

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : l'Iran réaffirme son soutien à l'Irak : à quel prix ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Entretien exclusif avec José Manuel Barroso, président de la Commission européenne

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Magic in the moonlight" : la magie opère dans le dernier Woody Allen

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Total, premier groupe pétrolier en Afrique, a perdu son PDG Christophe de Margerie

En savoir plus

FACE À FACE

Martine Aubry, la gauche et ses frondeurs

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Ces étrangers qui partent combattre avec les Kurdes en Irak et en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

La sentence de Pistorius est-elle "satisfaisante" ?

En savoir plus

Netanyahu réclame des élections anticipées

Dernière modification : 31/07/2008

Suite à l'annonce du départ d'Ehud Olmert en septembre, Benjamin Netanyahu, chef de l'opposition, réclame la tenue d'élections législatives anticipées. Il apparaît comme la seule figure pouvant succéder à l'ancien maire de Jérusalem.

Regardez aussi le Face à Face de France24, "Olmert s'en va : et la paix ?"


Faucon convaincu, ultra-libéral sur le plan économique, Benjamin Netanyahu rêve de remettre en selle la droite nationaliste israélienne et se présente comme la seule alternative pour succéder à Ehud Olmert au poste de Premier ministre.
   
Dans la foulée de l'annonce mercredi par Ehud Olmert de sa démission prochaine, "Bibi", ancien Premier ministre âgé de 58 ans, s'est immédiatement positionné, affichant sa volonté d'envoyer aux oubliettes l'actuel gouvernement en prônant des élections anticipées.
   
L'opinion publique l'en juge tout à fait capable.
   
Ainsi, dans l'hypothèse d'élections anticipées, M. Netanyahu est crédité du soutien de 36% des personnes interrogées contre 24,6% pour l'actuelle ministre des Affaires étrangères Tzipi Livni et 14,9% pour le ministre de la Défense et chef du parti travailliste Ehud Barak, selon un sondage publié mercredi.
   
Selon ce même sondage, rendu public par la chaîne "10" (privée), il obtiendrait 36,6% des suffrages s'il était opposé à un autre faucon, Shaoul Mofaz, du Kadima, (12,4%) et à Barak (14,8%).
   
Celui que l'on surnommait le "magicien", expert ex-médias, espère récolter les fruits d'un travail acharné pour faire oublier l'échec cuisant des dernières législatives de mars 2006.
   
Accusé par ses troupes d'être responsable de cette défaite, la pire enregistrée par son parti, il a fini de panser les plaies de la scission initiée par Ariel Sharon, en novembre 2005, pour fonder le parti centriste Kadima.
   
Attendant habillement son heure, il a exploité les ratages de la dernière guerre du Liban (juillet 2006) et une série de scandales politico-financiers qui ont miné Ehud Olmert avant de le mettre à terre.
   
Celui qui fut en 1996 le plus jeune Premier ministre de son pays et le premier chef de gouvernement né après la création d'Israël en 1948 espère ainsi constituer une majorité parlementaire à partir des 12 sièges de son parti, sur les 120 sièges que compte la Knesset.
   
"Si je suis élu, je constituerai un gouvernement d'union, et non pas un gouvernement issu de combines", a-t-il promis jeudi.
   
"Ce gouvernement est en bout de course. Peu importe qui sera à la tête du Kadima. Il faut laisser le peuple décider avec de nouvelles élections", a ajouté l'ancien Premier ministre.
   
Critiqué sur sa politique économique lorsqu'il était au pouvoir, c'est sur le volet palestinien qu'il apparaît le plus en phase avec la majorité de l'opinion.
   
Conscient que la plus grande partie des Israéliens rejette des concessions territoriales, "Bibi" souhaite soumettre à referendum tout éventuel retrait de Cisjordanie.
   
Il refuse par ailleurs une quelconque partition de Jérusalem, propose une politique économique ultra-libérale et rejette des concessions en faveur des Palestiniens qui pourraient selon lui mettre en danger la sécurité d'Israël.
   
Farouche opposant aux accords israélo-palestiniens d'Oslo (1993), il avait cependant été contraint de céder aux pressions américaines en concluant deux  accords avec Yasser Arafat lorsqu'il était Premier ministre.
   
Son échec électoral de 1999 face à Ehud Barak a été suivi par des problèmes avec la justice, pour lui et son épouse Sarah, une ancienne hôtesse de l'air. La justice avait renoncé à l'inculper dans une affaire de corruption faute de preuve.
   
Pur produit de l'élite ashkénaze, qui a fondé Israël, il a passé toute sa jeunesse aux Etats-Unis, d'où son anglais parfait.
   
Débatteur habile, il a fait carrière dans la diplomatie, avant d'être élu au Parlement en 1988. Son ascension a ensuite été météorique, puisqu'il est devenu peu après vice-ministre des Affaires étrangères, puis, en 1992, chef du Likoud et leader de l'opposition.

Première publication : 31/07/2008

COMMENTAIRE(S)