Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

"Foxtrot" : Samuel Maoz dissèque la société israélienne

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Marchés financiers : les investisseurs craignent la remontée des taux américains

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Téhéran à Washington : "Quitter l'accord sur le nucléaire iranien n'est pas une option"

En savoir plus

FOCUS

Espagne : en Catalogne, certains redoutent une radicalisation du mouvement indépendantiste

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Donald Trump et Emmanuel Macron : "bromance", "pellicules"... et Iran

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Législatives au Liban : les femmes en campagne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Vincent Bolloré en garde à vue dans une enquête sur ses concessions portuaires en Afrique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Entre Donald Trump et Emmanuel Macron, des gestes de sympathie très remarqués

En savoir plus

LE DÉBAT

Macron aux États-Unis : Iran, Syrie, commerce, climat... les sujets qui fâchent

En savoir plus

Les favelas de Rio embourbées dans une bulle de misère

Dernière modification : 21/09/2008

Malgré une croissance soutenue et un recul de la pauvreté au Brésil, les favelas de Rio et leurs habitants vivent dans une bulle de misère. L'État veut se réapproprier ces territoires et réintégrer ses favelados.

Le Brésil vit un moment historique. La croissance est soutenue. Les programmes sociaux comme le Bolsa Familia du gouvernement Lula ont réduit la pauvreté.


Dans ce Brésil qui va bien, les favelas de Rio de Janeiro et leurs habitants vivent dans des bulles de misères et d’exclusion. Absence totale de services publics, d’infrastructures, les gouvernements successifs ont abandonné depuis des décennies ces ghettos. Le gouvernement Lula et l’Etat de Rio de Janeiro veulent se réapproprier ses territoires et réintégrer les 2 millions de favelados dans le tissu social. Un tiers de la population.


Pour maintenir la bonne santé économique, réduire les inégalités sociales et revitaliser les favelas, le pays a lancé un programme pluriannuel d’investissements. C’est le PAC : le Programme d’accélération de la croissance. Jusqu’en 2010, 200 milliards d’euros vont être investis dans toutes les régions du pays.


Les priorités du PAC sont :
-le secteur énergétique (enveloppe de 100 milliards d’euros) ;
-les infrastructures et transports (enveloppe de 23 milliards d’euros) ;
-les travaux d’urbanisation et les projets sociaux (enveloppe de 68 milliards d’euros).
La moitié du budget du PAC destiné à l’Etat de Rio de Janeiro, soit 700 millions d’euros, vont être injectés dans les favelas. Travaux d’urbanisation, construction d’égoûts, d’écoles, d’hôpitaux, de logements, ouvertures de rues… Trois des bidonvilles les plus peuplés de Rio de Janeiro (la ville compte plus de 700 favelas) sont prioritairement concernés et devraient recouvrer visage humain.


Le Complexe de l’Alemão et à ses 200 000 habitants vont bénéficier d’une enveloppe de 160 millions d’euros. Mais l’espérance qui devrait accompagner le PAC laisse place à l’inquiétude. Cette favela a fait la une de l’actualité l’année dernière. Le 27 juin 2007, une opération policière a fait 19 morts.


Les favelas sont des zones en guerre où le pouvoir est aux mains des jeunes dealers surarmés. La police est historiquement la seule institution à y pénétrer, toujours très violemment. En 2007, la police de Rio a tué 1 330 supposés criminels lors de ses conflits avec le narcotrafic. Les forces de l’ordre comptent bien profiter du PAC pour porter un coup dur au narcotrafic.


Les travaux viennent de commencer dans le Complexe de l’Alemao, et la promesse d’une nouvelle guerre maintient la population dans la terreur.
 

Regardez le reportage en cliquant sur "lancer la vidéo"

Première publication : 01/08/2008

COMMENTAIRE(S)