Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le Père Noël habite en Chine"

En savoir plus

Sept athlètes russes suspendues pour dopage

Dernière modification : 01/08/2008

Sept athlètes russes, dont cinq qualifiées pour les JO parmi lesquelles la détentrice du record du 1 500 m en salle Yelena Soboleva, ont été suspendues par leur Fédération nationale pour "convergence d'ADN" lors d'un contrôle antidopage.

L'équipe féminine russe a perdu plusieurs chances de médailles avec les suspensions provisoires de sept athlètes, dont cinq qualifiées pour les jeux Olympiques, prononcées jeudi par la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF) pour "substitution frauduleuse d'urine".
  
Dans un communiqué, l'IAAF précise qu'elles sont poursuivies au regard des articles 32.2 (b) et 32.2 (e) de ses règles antidopage, car il s'agit d'une "méthode interdite" et d'une manière "de fausser le contrôle antidopage".
  
"Ces violations des règles ont été établies grâce au stockage délibéré des échantillons par l'IAAF et de nouvelles analyses effectuées en utilisant des techniques de comparaison d'ADN, précise la Fédération internationale. Elles sont le résultat d'une enquête spécifique lancée et menée par l'IAAF depuis plus d'un an."
  
Les athlètes ont 14 jours pour demander une audition auprès de la Fédération russe. Celle-ci devra alors se tenir dans un délai de deux mois. Les jeunes femmes risquent une suspension d'au moins deux ans, si l'infraction est confirmée. Même si elles étaient blanchies, l'IAAF pourrait faire appel et leur imposer une nouvelle suspension provisoire, ce qui rend illusoire une participation aux Jeux pour les cinq athlètes concernées.
  
"Cette décision détruit les espoirs de nos athlètes de participer aux jeux Olympiques", a d'ailleurs déclaré le président de la fédération russe, Valentin Balakhnichev.
  
"Je pense qu'une telle sanction à l'encontre de nos athlètes est une décision politique due à nos excellents résultats, qui ont exaspéré certains de nos rivaux ainsi que des fédérations étrangères", a estimé l'entraîneur en chef de l'équipe russe d'athlétisme Valentin Maslakov au cours d'une interview à la radio Sport.
  
L'équipe olympique russe perd notamment ses trois représentantes sur 1500 m, Yelena Soboleva, Tatiana Tomashova et Yulia Fomenko.
  

Soboleva privée de doublé
  
Soboleva, 25 ans, était la grandissime favorite de l'épreuve. Vice-championne du monde en plein air l'an dernier et championne du monde en salle cet hiver, en battant en finale le record du monde, elle possédait une grosse marge chronométrique: sa meilleure performance mondiale est de 3 min 56 sec 59 contre 3 min 59 sec 42 pour Tomashova, 2e aux bilans mondiaux.
  
Soboleva pouvait même rêver d'un doublé en or, puisqu'elle détenait aussi  la MPM sur 800 m (1:54.85).
  
Les deux lanceuses suspendues étaient également de sérieuses candidates au podium à Pékin: Darya Pishchalnikova a établi la MPM au disque (67,28 m) et Gulfia Khanafeyeva est 5e aux bilans mondiaux au marteau (75,07 m).
  
En début d'année, cette dernière avait été blanchie dans une autre affaire de dopage. Un échantillon prélevé lors des Jeux mondiaux militaires en octobre dernier avait été déclaré à tort positif, selon l'IAAF.
  
Les deux autres demi-fondeuses suspendues à titre provisoire, Svetlana Cherkasova et Olga Yegorova, n'étaient de toute façon pas qualifiées pour les Jeux. La seconde avait fait parler d'elle en 2001 en remportant aisément le 5000 m aux Mondiaux d'Edmonton quelques semaines après avoir subi un contrôle positif à l'EPO, invalidé pour vice de forme.
  
L'an dernier, deux lanceuses de marteau russes, la détentrice du record du monde Tatyana Lysenko et la championne d'Europe juniors 2005 Yekaterina Khoroshikh, avaient été privées des Mondiaux-2007 après un contrôle positif qui leur a valu une suspension de deux ans.
  
La championne olympique du disque Natalia Sadova vient elle de se qualifier pour les Jeux après avoir purgé une suspension de deux ans.

Première publication : 01/08/2008

COMMENTAIRE(S)