Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"On ne revient jamais vraiment d'Auschwitz"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La victoire de Syriza fait rêver l'extrême gauche et le Front national

En savoir plus

FOCUS

Ukraine : la situation s'enlise à l'Est

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Spécial Grèce : Dimitris Kourkoulas et Yiorgos Tsipras

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Taux de croissance en Chine : "7,4%, c'est un taux de croissance dont on rêverait!"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ray Lema, musicien engagé

En savoir plus

DÉBAT

Sport féminin : comment améliorer la visibilité des sportives dans les médias ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Sport féminin : comment améliorer la visibilité des sportives dans les médias ? (partie 1)

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Terrorisme en Europe : comment concilier sécurité et libertés ?

En savoir plus

Un ancien dirigeant de Ioukos condamné

Dernière modification : 02/08/2008

Léonid Nevzline, un ancien associé de Mikhaïl Khodorkovski à la tête de l'ex-géant pétrolier russe Ioukos, accusé d'avoir "organisé" quatre assassinats et réfugié en Israël, a été condamné à Moscou à la prison à vie.

Léonid Nevzline, un ancien associé de Mikhaïl Khodorkovski à la tête de l'ex-géant pétrolier russe Ioukos, accusé d'avoir "organisé" quatre assassinats et réfugié en Israël, a été condamné vendredi à Moscou à la prison à perpétuité, un jugement aussitôt dénoncé par son avocat.
  
"Il a été condamné à la prison à vie dans une colonie (pénitentiaire) à régime spécial", c'est-à-dire avec des conditions d'emprisonnement particulièrement sévères, a annoncé à l'AFP une porte-parole du tribunal municipal de la capitale russe.
  
Un jugement qualifié de "sans fondement" par l'avocat de M. Nevzline, Dmitri Kharitonov, qui a fait savoir qu'il interjetterait appel.
  
"Ce procès est injuste depuis le tout début. Ses droits ont été violés. Mon client a toujours dit que ce procès avait des motivations politiques", a réagi Me Kharitonov, interrogé par l'AFP.
  
Léonid Nevzline a été condamné par contumace puisqu'il s'est réfugié en 2003 en Israël, dont il a obtenu la même année la citoyenneté, et qui a refusé de donner suite à la demande d'extradition présentée par les autorités russes.
  
Un procureur présent à la lecture du verdict a toutefois affirmé aux agences russes que l'accusé pourrait, en vertu d'un accord passé entre la Russie et Israël, purger sa peine dans ce dernier pays.
  
"Le tribunal a établi que l'accusé Nevzline avait organisé une série de crimes très graves", a déclaré le juge Valéri Novikov avant d'énumérer quatre assassinats dont celui en juin 1998 du maire de Nefteïougansk, ville de Sibérie occidentale et fief de la compagnie Iouganskneftegaz, ancienne principale filiale productrice de Ioukos et joyau du groupe.
  
Le jugement intervient à quelques jours d'une audience de libération conditionnelle dans un tribunal de Sibérie concernant M. Khodorkovski, qui purge sa peine dans cette région.
  
L'ex-patron de Ioukos et un autre de ses associés, Platon Lebedev, ont été arrêtés en 2003 et condamnés à huit ans de prison chacun en 2005 pour fraude fiscale. Tous deux ont été transférés dans l'agglomération sibérienne de Tchita en décembre 2006.
  
Le Parquet russe avait requis le 23 juillet la perpétuité à l'encontre de Léonid Nevzline, qui fut un des plus proches collaborateurs de M. Khodorkovski, lui-même devenu le prisonnier le plus célèbre de Russie au terme d'une affaire largement considérée comme inspirée par le Kremlin.
  
Actionnaire du holding russe Menatep, premier actionnaire de Ioukos, aujourd'hui liquidé, M. Nevzline, qui était à la tête d'une fortune évaluée en 2004 par le magazine Forbes à 1,3 milliard d'euros, avait transféré des activités de Menatep en Israël et en Europe de l'Est.
  
Le Parquet général russe avait en outre annoncé en décembre 2006 avoir obtenu de "nouveaux éléments" dans l'affaire de l'empoisonnement en Grande-Bretagne de l'ex-agent secret russe Alexandre Litvinenko impliquant Léonid Nevzline.

Première publication : 02/08/2008

COMMENTAIRE(S)