Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Islamabad n'a aucune information sur Al-Zawahiri

Dernière modification : 02/08/2008

Selon la chaîne de télévision CBS, le numéro 2 d'Al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri, aurait été blessé - voire tué - lors d'une frappe perpétrée le 28 juillet en zone tribale pakistanaise. Islamabad affirme n'avoir aucune information à ce sujet.

L'armée pakistanaise a indiqué samedi ne disposer d'"aucune information" selon lesquelles le numéro deux d'Al-Qaïda, l'Egyptien Ayman al-Zawahiri, aurait été blessé voire tué lors d'une frappe perpétrée la semaine dernière en zone tribale pakistanaise.

"Il n'y a aucune preuve ou information à ce sujet. Nous ne disposons d'aucune information fiable", a déclaré à l'AFP le principal porte-parole de l'armée pakistanaise, le général Athar Abbas.

Un responsable des services secrets pakistanais a indiqué pour sa part avoir eu vent de telles rumeurs depuis quelques jours: "nous avons vérifié mais sans pouvoir obtenir confirmation", a-t-il dit.

La chaîne de télévision américaine CBS a affirmé disposer d'un courrier intercepté émanant d'un haut responsable taliban sollicitant d'urgence l'envoi d'un médecin pour soigner Ayman al-Zawahiri après le tir de missiles survenu le 28 juillet dans le district tribal du Waziristan du sud.

Six personnes ont été tuées par les trois missiles, ont rapporté des responsables pakistanais. Le spécialiste des armes chimiques d'Al-Qaïda, Midhat Mursi al-Sayid Umar, mais aussi trois jeunes garçons auraient été tués dans ces tirs, vraisemblablement effectués par les troupes américaines depuis l'Afghanistan.

L'armée pakistanaise s'est montrée toutefois prudente déclarant attendre de plus amples informations avant de confirmer la mort d'Umar. L'homme avait déjà été donné pour mort en janvier 2006 à la suite d'un tir de missile en zone tribale, information qui s'était révélée fausse.

Selon CBS, le courrier en question, daté du 29 juillet, porte le sceau et la signature de Baïtullah Mehsud, un important chef de guerre taliban pakistanais.

La lettre présumée faisait, toujours selon CBS, nommément référence à Zawahiri qui "souffre beaucoup" et dont les "blessures sont infectées".

IntelCenter, un groupe qui surveille les sites islamistes, a indiqué vendredi qu'il "suivait depuis quelques jours les informations selon lesquelles Ayman al-Zawahiri aurait été tué ou gravement blessé dans les frappes".

En cas de décès du lieutenant d'Oussama ben Laden, Al-Qaïda "publierait assez vite une vidéo ou un communiqué écrit", estime le groupe.

Ayman al-Zawahiri, chirurgien de formation, dont les Etats-Unis ont mis la tête à prix 25 millions de dollars, se manifeste régulièrement sur les chaînes satellitaires Al-Jazira et Al-Arabiya, via des enregistrements sonores, des cassettes vidéo ou des enregistrement audio mis en ligne sur l'internet.

Sa dernière intervention remonte au 5 juin avec la mise en ligne d'un message sur un site islamiste appelant les Palestiniens de la bande de Gaza à multiplier leurs attaques contre Israël.

Responsables afghans et occidentaux affirment depuis longtemps que les talibans et Al-Qaïda ont réussi à se regrouper dans les zones tribales semi-autonomes du Pakistan, après avoir été chassés d'Afghanistan en 2001 par la coalition menée par les Américains.
 

Première publication : 02/08/2008

COMMENTAIRE(S)