Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Ukraine - Russie : les "Mistral" plus forts que les sanctions ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Apple mise sur la Chine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Nobel de la paix pour Tsahal"

En savoir plus

SUR LE NET

Des internautes juifs et arabes se mobilisent pour la paix

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Radical"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza: des morts trop télégéniques

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique - forum pour la paix : comment relever le défi de la réconciliation nationale ?

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

Best of (Partie 2)

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

Best of (Partie 1)

En savoir plus

  • Manifester, une liberté qui reste "la règle"... mais sous haute surveillance

    En savoir plus

  • Après le gel des vols vers Tel Aviv, Israël dénonce une mesure "injustifiée"

    En savoir plus

  • Vente du Mistral à la Russie : Fabius invite Cameron à balayer devant sa porte

    En savoir plus

  • Infographie : l'ultime voyage controversé du Costa Concordia

    En savoir plus

  • MH17 : jour de deuil aux Pays-Bas, Washington évoque une "erreur" de tir

    En savoir plus

  • Le Festival d'Avignon, une tradition politique ancrée dans l'actualité

    En savoir plus

  • Vidéo : à Khan Younès, les cortèges funéraires se succèdent

    En savoir plus

  • Tour de France : Thibaut Pinot, une dose de "combativité", une dose de "déconne"

    En savoir plus

  • Plusieurs compagnies aériennes annulent leurs vols vers Israël

    En savoir plus

  • Violences à Sarcelles : quatre personnes condamnées à de la prison ferme

    En savoir plus

  • Gaza : "Nous devons aller jusqu'au bout de la mission", prévient Israël

    En savoir plus

  • Les négociations de paix en Centrafrique tournent court à Brazzaville

    En savoir plus

  • Londres relance l'enquête sur la mort de l'ex-espion russe Litvinenko

    En savoir plus

  • Les télévisions libanaises unissent leur voix pour soutenir Gaza

    En savoir plus

  • Le FBI accusé de transformer des citoyens musulmans en terroristes

    En savoir plus

27 nouveaux-nés décédés dans un hôpital d'Ankara

Dernière modification : 04/08/2008

La direction du principal hôpital d'Ankara a révélé que 27 nouveaux-nés prématurés avaient trouvé la mort dans l'établissement au cours des 15 derniers jours. Les syndicats mettent en cause les mauvaises conditions d'hygiène.

Vingt-sept nouveaux nés sont décédés au cours des quinze derniers jours dans un hôpital public d'Ankara, a annoncé dimanche la direction de l'établissement, les médecins attribuant ces morts à diverses causes alors qu'un syndicat dénonce de mauvaises conditions d'hygiène.

Les responsables de l'hôpital, qui avaient auparavant annoncé qu'un tiers de ces décès était dû à des maladies infectieuses, ont annoncé à une conférence de presse que les résultats de tests ne montraient pas de signes d'infection.

Les nouveaux-nés, tous prématurés, sont morts pour d'autres raisons comme l'hypertension, l'insuffisance cardiaque ou des complications à la naissance, selon le chef du service de maternité, cité par l'agence Anatolie.

"Les tests n'indiquent rien d'anormal", a dit Ugur Dilmen, soulignant que 47 des 504 bébés traités à l'hôpital en juillet étaient décédés. Il a exclu que la négligence de médecins puisse être à l'origine des décès.

L'hôpital est un des plus fréquentés d'Ankara et traitent des cas difficiles avec des nouveaux-nés venant de tout le pays, a souligné M. Dilmen.

Le syndicat des travailleurs des professions médicales SES, qui dit avoir été informé par certains de ses membres employés de l'hôpital, a assuré que les décès avaient eu lieu en trois jours seulement, entre jeudi et samedi de la semaine écoulée.

La section d'Ankara du SES a estimé qu'une propagation d'infections due à de mauvaises conditions d'hygiène à l'intérieur de l'hôpital pouvait être à l'origine des décès.

"La salle d'accouchement a été déplacée dans un bâtiment qui ne satisfait pas aux conditions d'hygiène, ce qui favorise les contaminations", a affirmé à l'AFP un responsable du SES, Ibrahim Kara.

Le syndicat met aussi en cause un nombre trop élevé de patients dans l'établissement. "Il arrive que deux ou trois femmes attendent sur le même brancard avant d'accoucher et que trois nouveaux-nés soient placés dans le même incubateur", a assuré M. Kara.
 

Première publication : 03/08/2008

COMMENTAIRE(S)