Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : l'ONU va déployer 10 000 casques bleus

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre les jihadistes

En savoir plus

DÉBAT

Rentrée économique en France : tableau noir pour l'exécutif ?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : accord impossible ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile divisée à propos de Darren Wilson

En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

  • Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

    En savoir plus

  • Le chef de l'armée désigné Premier ministre à Bangkok

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

  • Netanyahou compare le Hamas aux jihadistes de l'État islamique

    En savoir plus

  • Fabius veut coordonner avec l'Iran la lutte contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Darius, ce jeune Rom lynché en juin et SDF en août

    En savoir plus

27 nouveaux-nés décédés dans un hôpital d'Ankara

Dernière modification : 04/08/2008

La direction du principal hôpital d'Ankara a révélé que 27 nouveaux-nés prématurés avaient trouvé la mort dans l'établissement au cours des 15 derniers jours. Les syndicats mettent en cause les mauvaises conditions d'hygiène.

Vingt-sept nouveaux nés sont décédés au cours des quinze derniers jours dans un hôpital public d'Ankara, a annoncé dimanche la direction de l'établissement, les médecins attribuant ces morts à diverses causes alors qu'un syndicat dénonce de mauvaises conditions d'hygiène.

Les responsables de l'hôpital, qui avaient auparavant annoncé qu'un tiers de ces décès était dû à des maladies infectieuses, ont annoncé à une conférence de presse que les résultats de tests ne montraient pas de signes d'infection.

Les nouveaux-nés, tous prématurés, sont morts pour d'autres raisons comme l'hypertension, l'insuffisance cardiaque ou des complications à la naissance, selon le chef du service de maternité, cité par l'agence Anatolie.

"Les tests n'indiquent rien d'anormal", a dit Ugur Dilmen, soulignant que 47 des 504 bébés traités à l'hôpital en juillet étaient décédés. Il a exclu que la négligence de médecins puisse être à l'origine des décès.

L'hôpital est un des plus fréquentés d'Ankara et traitent des cas difficiles avec des nouveaux-nés venant de tout le pays, a souligné M. Dilmen.

Le syndicat des travailleurs des professions médicales SES, qui dit avoir été informé par certains de ses membres employés de l'hôpital, a assuré que les décès avaient eu lieu en trois jours seulement, entre jeudi et samedi de la semaine écoulée.

La section d'Ankara du SES a estimé qu'une propagation d'infections due à de mauvaises conditions d'hygiène à l'intérieur de l'hôpital pouvait être à l'origine des décès.

"La salle d'accouchement a été déplacée dans un bâtiment qui ne satisfait pas aux conditions d'hygiène, ce qui favorise les contaminations", a affirmé à l'AFP un responsable du SES, Ibrahim Kara.

Le syndicat met aussi en cause un nombre trop élevé de patients dans l'établissement. "Il arrive que deux ou trois femmes attendent sur le même brancard avant d'accoucher et que trois nouveaux-nés soient placés dans le même incubateur", a assuré M. Kara.
 

Première publication : 03/08/2008

COMMENTAIRE(S)