Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Fin de règne au Burkina Faso

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Coup d'état au Burkina Faso

En savoir plus

DÉBAT

Violences au Burkina Faso : vers un nouveau coup d'état ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Crise au Burkina Faso : l’état de siège déclaré (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Tibéhirine : "Nous voudrions expertiser" les prélèvements, dit Trévidic

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Inès Boujbel, PDG de Deyma

En savoir plus

POLITIQUE

Drame de Sivens : Placé dénonce "l’absence absolue d’empathie" du gouvernement

En savoir plus

POLITIQUE

Bruno Le Roux : il est "indigne" de servir du drame de Sivens

En savoir plus

DÉBAT

Législatives en Tunisie, la désillusion? (partie 2)

En savoir plus

Bush "préoccupé" par les droits de l'Homme en Chine

Dernière modification : 07/08/2008

Avant de partir pour Pékin, le président américain George W. Bush s'est dit être "profondément préoccupé", lors de l'étape thaïlandaise de sa tournée asiatique, par la situation des droits de l'Homme en Chine.

BANGKOK, 7 août (Reuters) - A quelques heures de son arrivée
à Pékin, le président américain George Bush a dit jeudi être
"profondément préoccupé" par la situation des droits de l'homme
en Chine.
 

"Les Etats-Unis croient que le peuple chinois mérite la
liberté fondamentale qui est un droit naturel de l'être humain",
a-t-il dit depuis Bangkok.
 

Il faisait étape en Thaïlande avant de s'envoler pour la
capitale chinoise, où il assistera vendredi à la cérémonie
d'ouverture des Jeux olympiques et rencontrera son homologue Hu
Jintao.
 

"L'Amérique est fermement opposée à la détention d'opposants
politiques, défenseurs des droits de l'homme et leaders
religieux", a-t-il ajouté, prononçant un des ses discours
publics les plus francs à l'égard des autorités chinoises.
 

"Nous plaidons pour la liberté de la presse, la liberté de
réunion et les droits des travailleurs, non pour contrarier les
dirigeants chinois, mais parce que faire confiance à son peuple
en (lui offrant) une plus grande liberté est la seule façon pour
la Chine de développer pleinement son potentiel."
 

Le discours de Bush, souvent critiqué par les défenseurs des
droits de l'homme pour son manque de fermeté vis-à-vis de Pékin,
pourrait irriter les dirigeants chinois, bien qu'il ait dit,
mercredi à Séoul, ne pas vouloir exploiter les Jeux pour faire
la leçon à ses interlocuteurs.
 

Le président américain avait déjà dénoncé les atteintes aux
droits de l'homme en Chine mais s'était essentiellement
concentré sur la liberté de culte. Il a aussi suscité la colère
de Pékin en recevant des dissidents à la Maison blanche avant
d'entamer sa tournée d'une semaine en Extrême-Orient.
 

Bush a néanmois tempéré son discours en affirmant que les
changements ne pourraient intervenir que "dans les termes (de la
Chine) et en tenant compte de son histoire et de ses
traditions".
 

Il a aussi salué les prouesses économiques de la Chine et
répété qu'aucune décision unilatérale ne devrait modifier la
situation à Taïwan, île auto-administrée mais considérée par
Pékin comme une partie de son territoire.
 

Les collaborateurs de Bush ont assuré qu'il ne ferait rien
d'embarrassant pour le pouvoir chinois à Pékin, où il a dit se
rendre en amateur de sports.
 

A son programme figurent cependant un entretien avec Hu
Jintao, la participation à un office religieux et une
déclaration sur la liberté de culte.

Première publication : 07/08/2008

COMMENTAIRE(S)