Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Éléments de langage

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Virus Ebola : l'OMS doit annoncer un plan de lutte de 100 millions de dollars

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 1er aout (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 1er aout (Partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Grande Guerre : au cœur de l’enfer

En savoir plus

#ActuElles

Les "Patronas" au secours des migrants mexicains

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Coup d'envoi de la transition énergétique en France

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centenaire de la Grande Guerre : retour sur la bataille de Verdun

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza : les larmes d'un responsable de l'ONU

En savoir plus

  • Le Hamas affirme qu’il n’a pas d’informations sur le soldat israélien porté disparu

    En savoir plus

  • Des dizaines de morts après une explosion dans une usine chinoise

    En savoir plus

  • Vidéo : la pauvreté pousse les femmes malgaches vers la contraception

    En savoir plus

  • Vidéo : "Le monde devrait admirer Israël", selon son ambassadeur aux États-Unis

    En savoir plus

  • Ouganda : la justice annule une loi anti-gay particulièrement répressive

    En savoir plus

  • Extensions Internet : l'Icann à la rescousse de l'Iran, la Syrie et la Corée du Nord

    En savoir plus

  • Grande Guerre : au cœur de l’enfer

    En savoir plus

  • Un séisme secoue la région d'Alger et fait six morts et 420 blessés

    En savoir plus

  • Ebola : sommet régional à Conakry pour tenter d'enrayer l'épidémie

    En savoir plus

  • Free convoite T-mobile : "What the hell is Iliad ?" se demandent les Américains

    En savoir plus

  • Plus de 50 kilos de cocaïne volatilisés au "36, quai des Orfèvres"

    En savoir plus

  • Centenaire de 14-18 : les clochers de France sonnent la “mobilisation générale”

    En savoir plus

  • Vidéo : les réfugiés libyens affluent en masse à la frontière tunisienne

    En savoir plus

  • Kerviel : la justice accorde une peine aménagée, appel du parquet

    En savoir plus

  • Une dizaine de soldats ukrainiens tués par des séparatistes dans l'Est

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Lourd bilan après une série d’explosions dues au gaz à Taïwan

    En savoir plus

La justice américaine estime l'affaire de l'anthrax résolue

Dernière modification : 07/08/2008

Désigné par la justice comme le seul responsable de l'envoi des lettres à l'anthrax qui avaient fait cinq morts en 2001 aux États-Unis, le Dr Ivins travaillait dans un laboratoire militaire américain. Il s'est suicidé il y a une semaine.

Sept ans après l'envoi de lettres empoisonnées à l'anthrax qui ont fait 5 morts en 2001 aux Etats-Unis et une semaine après le suicide du principal suspect, la justice américaine a affirmé mercredi avoir résolu l'affaire, désignant ce biologiste comme seul responsable.
   
Ces envois, notamment destinés à deux sénateurs mais aussi à des médias, avaient terrorisé l'Amérique dans le sillage des attentats du 11-Septembre 2001.
   
En plus des cinq décès, 17 personnes avaient été contaminées par la poudre blanche contenant le bacille du charbon, une bactérie qui engendre une maladie rapidement mortelle, se manifestant par de sévères infections cutanées et une détresse respiratoire.
   
Mercredi, la justice a annoncé que le cas était considéré comme résolu, même s'il n'est pas immédiatement clos dans l'attente de procédures administratives.
   
"En nous fondant sur la totalité des preuves que nous avons réunies contre lui, nous sommes sûrs que le Dr (Bruce) Ivins était la seule personne responsable de ces attaques", a déclaré le procureur fédéral du District de Columbia, Jeffrey Taylor au cours d'une conférence de presse.
   
Bruce Ivins, 62 ans, un scientifique travaillant dans le laboratoire militaire de Fort Detrick (Maryland, est), d'où s'est avéré provenir l'anthrax, s'est suicidé le 29 juillet. Il souffrait de multiples problèmes psychologiques, a indiqué le procureur.
   
"Au terme d'une enquête méticuleuse, nous sommes arrivés à la conclusion que le Dr Bruce E. Ivins est responsable de la mort, de la maladie et de la peur causées dans notre pays par les envois de lettres empoisonnées à l'anthrax en 2001 et qu'au vu des preuves, il a agi seul", a précisé Joseph Persichini, responsable d'enquête au FBI.
   
Les autorités judiciaires américaines ont rendu publics mercredi les documents sur l'enquête, baptisée du nom de code d'Amerithrax, compilant des dizaines de documents de perquisitions, de témoignages et de dépositions.
   
L'enquête a été critiquée, accusée de reposer essentiellement sur des preuves indirectes.
   
"Des milliers de plaignants et des milliers de tribunaux dans ce pays (...) se basent sur des preuves indirectes", a rétorqué le procureur mercredi.
   
Il a cité un "flacon" qui aurait contenu "l'arme du meurtre", l'anthrax créé par le Dr Ivins, un comportement "étrange" lorsque le scientifique restait tard le soir au laboratoire au moment des envois de lettres empoisonnées et des défauts dans les enveloppes pré-imprimées qui n'auraient été vendues que dans le bureau de poste voisin du domicile de M. Ivins à Fredericks dans le Maryland.
   
Bruce Ivins a montré en outre "un comportement et fait un certain nombre de dépositions qui suggéraient une conscience de sa culpabilité", a encore affirmé le procureur, évoquant un échantillon erroné d'anthrax que le suspect avait fourni au FBI pour "mettre les enquêteurs sur une fausse piste".
   
Le biologiste, qui était sous surveillance 24 heures sur 24 ces derniers mois, s'était plaint d'être persécuté par l'enquête du FBI avant de se suicider par overdose de médicaments. "Cela est catégoriquement faux. Les agents du FBI sont des professionnels responsables", a démenti le procureur.
   
Mais les avocats de Bruce Ivins ont dénoncé les conclusions du département de la Justice: "la conférence de presse du gouvernement était une danse orchestrée de mots minutieusement choisis, un amas d'insinuations et un manque stupéfiant de preuves concrètes", ont-ils dit.
   
"Le gouvernement veut faire croire au peuple américain qu'après sept ans d'enquête et 15 millions de dollars des contribuables, il a trouvé le responsable des attaques haineuses de l'automne 2001. Rien n'est plus faux", conclut l'un des avocats du suspect disparu, Paul Kemp.
 

Première publication : 07/08/2008

COMMENTAIRE(S)