Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Disparition de Shimon Peres : que reste-t-il des accords d'Oslo ? (partie 1)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Mondial de l'auto : place aux voitures électriques et autonomes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Alep : bombardements russes, coups de menton américains"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La réconciliation est une œuvre de persévérance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : le projet de nouvelle Constitution adopté en Conseil des ministres

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Guerre et paix" : l'épitaphe de la Toile pour Shimon Peres

En savoir plus

LE DÉBAT

Disparition de Shimon Peres : que reste-t-il des accords d'Oslo ? (partie 2)

En savoir plus

FOCUS

La France va-t-elle rendre à Alger les crânes d’Algériens du XIXème siècle ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Les 7 mercenaires", il était une deuxième fois dans l’Ouest

En savoir plus

Pékin accueille ses hôtes pour la cérémonie d'ouverture

Dernière modification : 17/08/2008

Nicolas Sarkozy est arrivé dans la capitale chinoise pour une brève visite : banquet des chefs d'État, rencontres avec les leaders chinois, et cérémonie d'ouverture, avant un retour en France.

Pékin 2008 vu par les Observateurs de FRANCE 24

 
 

A peine arrivé à Pékin, le président américain George W. Bush a plaidé pour la "liberté d'expression" à quelques heures de l'ouverture.

"Nous croyons fermement que les sociétés qui permettent la liberté d'expression des idées tendent à être les plus prospères et les plus pacifiques", a-t-il déclaré.

Plusieurs pays ont connu jeudi des protestations contre le régime chinois et de nouvelles manifestations étaient attendues vendredi.

Le président Hu Jintao et le Premier ministre Wen Jiabao avaient un programme chargé de réceptions et d'entretiens au Palais du Peuple, avec notamment M. Bush, le président français Nicolas Sarkozy, le premier ministre japonais Yasuo Fukuda ou le chef du gouvernement russe, Vladimir Poutine.

M. Sarkozy, président en exercice de l'Union européenne, a atterri vendredi matin à l'aéroport de la capitale chinoise, qui devait cesser ses activités de 19H00 à minuit (11H00 à 16H00 GMT).

Le président français Nicolas Sarkozy a estimé, vendredi à Pékin, qu'il fallait "accompagner la Chine vers le respect des  valeurs qui sont les nôtres".
  
"Il faut accompagner la Chine vers l'ouverture, la tolérance, vers le progrès, vers le respect des valeurs qui sont les nôtres", a déclaré M. Sarkozy devant les athlètes français au village olympique.
  
"On ne boycotte pas un quart de l'humanité", a-t-il ajouté, avant de rencontrer le président Hu Jintao et le Premier ministre Wen Jiabao.
  
"J'aurai l'occasion de parler de tous les sujets (...)", a-t-il dit, en référence à ces entretiens, ajoutant, à l'adresse des responsables politiques français et de certains défenseurs des droits de l'homme qui ont critiqué son voyage, qu'il y a "ceux qui donnent des leçons et ceux qui préfèrent dialoguer".


Malgré la sécurité renforcée, des militants de l'organisation Reporters sans frontières (RSF) sont parvenus à pirater une fréquence FM, vendredi matin à Pékin, où l'information est pourtant très contrôlée.

Douze heures pile avant le coup d'envoi des JO, cette radio a diffusé en mandarin des messages de dissidents réfugiés à l'étranger.

Un peu plus tôt, une vidéo attribuée à un groupe séparatiste musulman chinois avait lancé des menaces sur les Jeux, selon un centre américain de surveillance d'organisations extrémistes, renforçant les craintes d'attentats.

Première publication : 08/08/2008

COMMENTAIRE(S)