Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Splendeurs et fastes à Pékin pour l'ouverture des JO

Dernière modification : 17/08/2008

L'ex-gymnaste Li Ning a allumé le chaudron olympique, marquant officiellement l'ouverture des 26e Jeux olympiques. La cérémonie grandiose, qui a mobilisé près de 14 000 figurants, a enflammé le stade.



Des centaines de percussions antiques, des ballets de gymnastes, des jeux de lumière… La Chine a offert au monde un spectacle majestueux qui a mobilisé près de 14 000 figurants.

 

"Depuis le début de la cérémonie, on assiste à un véritable chef d’œuvre", s’enthousiasme Xavier Chemisseur, envoyé spécial de FRANCE 24 à Pékin.

 

Une cérémonie grandiose a marqué l’ouverture des 26e Jeux olympiques, à Pékin, dans la capitale chinoise.

 

Dans une synchronisation parfaite, une mer impressionnante de 2 008 caissons "fous", percussions antiques, a lancé le compte à rebours jusqu’à l’ouverture officielle de la cérémonie.

 

 


2 008 percussionnistes annoncent, avec leurs caissons "fous", le début de la cérémonie d’ouverture.

 

 

Zhang Yimon, le cinéaste chinois choisi pour orchestrer la cérémonie, a mis en scène des tableaux retraçant les 5 000 ans de civilisation chinoise, ponctués de nombreux feux d’artifices.

 

Symboles de la grandeur de cette civilisation : un grand parchemin mouvant, humain, puis une sphère, sur laquelle flottaient des dizaines de gymnastes, des opéras des cinq dynasties chinoises… Bref, la Chine a vu grand. Et elle a impressionné.

 

 


Des centaines de danseurs illustrent l’un des tableaux orchestrés par le cinéaste Zhang Yimou.

 

 

Les gymnastes, danseurs et figurants ont laissé place aux 204 délégations d’athlètes, qui ont défilé dans le "Nid d’oiseau", Grèce en tête. Après le discours du président chinois Hu Jintao, le dernier porteur de la flamme, l’ancien gymnaste chinois Li Ning a allumé la vasque olympique, marquant l’ouverture officielle des Jeux olympiques.

 

 


L'ancien gymnaste chinois Li Ning, dernier porteur de la torche olympique, fait le tour du stade olympique de Pékin tiré par un filin avant d'embraser la vasque.

 

 

La cérémonie d'ouverture couronne sept années de travail qui ont profondément remodelé le visage de la capitale chinoise et permet au gouvernement chinois de montrer au reste du monde la formidable expansion économique du pays.

 

Affichant sa réussite économique, la Chine a dépensé 43 milliards de dollars pour les Jeux. Sur ce total, quelque 100 millions de dollars, le double de la facture des Jeux d'Athènes en 2004, ont été consacrés aux cérémonies d'ouverture et de clôture qui s'annoncent spectaculaires.



Plus de 80 dirigeants et chefs d’Etat ont assisté à la cérémonie. Un record. "Le moment historique que nous avons attendu si longtemps est enfin arrivé", s’est réjoui le président Hu Jintao. Au moins un milliard de téléspectateurs ont regardé la cérémonie qui a duré quatre heures.

 


Après une démonstration de Tai Chi Chuan, une sphère symbolisant la terre apparaît.

 

 

 

Pollution et droits de l’Homme

 

Aucune manifestation pro-tibétaine n’est venue perturber l’événement. Pourtant, les préparatifs avaient été perturbés par les interrogations concernant la pollution et les droits de l’Homme dans le pays. Des petits groupes de défenseurs des droits de l'Homme ont mené quelques actions éclair cette semaine à Pékin, mais, à chaque fois, ils ont été rapidement évacués par les forces de l'ordre. Quelque 100 000 hommes ont été déployés dans la capitale.


La pollution reste un sujet préoccupant pour de nombreux athlètes. Les autorités ont fermé des usines, retiré des millions de voitures de la circulation mais un épais brouillard enveloppait la capitale vendredi matin, masquant certains sites olympiques. Ce que confirme Mark Owen, envoyé spécial de FRANCE 24 à Pékin : "Il y a en permanence un gros nuage au dessus de Pékin". Puis il précise : "Le CIO a toujours déclaré que la qualité de l’air serait convenable, mais très peu d’athlètes le croient".

Première publication : 08/08/2008

COMMENTAIRE(S)