Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

JO-2016 : Les Français en route pour Rio

En savoir plus

LE DÉBAT

Theresa May en France : le Brexit au plus vite ?

En savoir plus

Planète @venir

L’incroyable phénomène de l’e-sport

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Fabien Archambault : "La France n'est pas un grand pays de football"

En savoir plus

FOCUS

Pakistan : la télémédecine, une initiative pour les femmes médecins

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur la route des festivals de musique

En savoir plus

TECH 24

Beauté connectée : parce que vous le valez bien...

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le monde décrit par Trump n’existe pas"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Attentat de Nice : "Cazeneuve face à l'été meurtrier"

En savoir plus

Estanguet perd son titre, Lefèvre en argent

Dernière modification : 17/08/2008

Fabien Lefèvre remporte la médaille d'argent en kayak aux JO de Pékin alors que Tony Estanguet (photo), le porte-drapeau français et double champion olympique sortant en canoë, a été éliminé dès les demi-finales.

 

Vice-champion olympique en kayak monoplace, Fabien Lefèvre a estimé mardi qu'il lui avait manqué "un peu de magie" pour décrocher l'or et il s'est d'ores et déjà fixé d'atteindre cet objectif aux Jeux de Londres, en 2012.

A l'image de Tony Estanguet, très digne malgré son élimination en demi-finale du slalom en canoë C-1, Lefèvre ne s'est pas voilé la face sur sa performance du jour.

"Aujourd'hui, il m'a certainement manqué un peu de magie, un peu d'excellence et un peu d'instinct dans ma navigation. Je les avais au fil de cette saison. Là, ils m'ont fait défaut", a-t-il déclaré.

"Mais je n'ai vraiment pas de regrets. Je descends toutes mes manches sans faute. Ma navigation est là. Je suis juste tombé sur plus fort que moi", en la personne de l'Allemand Alexander Grimm, jugé "très fort".

Fabien Lefèvre, dit "Fabulous Fab", a toutefois exprimé un petit regret: "J'aurais tant aimé offrir à la France sa première médaille d'or de Pékin."

Médaillé de bronze à Athènes il y a quatre ans, Lefèvre espère désormais compléter sa collection avec le métal le plus précieux, l'or.

"Pour décrocher un titre olympique, je vais finir par faire comme (l'athlète marocain Hicham) El Guerrouj, courir après tant que je ne l'aurai pas. L'objectif d'aller chercher l'or à Londres en 2012 me plaît bien. En général, il me faut toujours une bonne carotte pour me bouger", a-t-il reconnu.


"JE ME SUIS BATTU COMME UN LION"

Le Palois s'est par ailleurs dit heureux de partager le podium avec le Franco-Togolais Benjamin Boukpeti, son "ami depuis dix ans", qui a offert au Togo la première médaille olympique de son histoire.

Lefèvre a envisagé cette médaille d'argent comme une récompense après des mois de galère, entre l'automne 2006 et le printemps 2008.

A cause de ses mauvais résultats, il fut un temps écarté de l'équipe de France et, après avoir appris que seul un kayak par nation irait aux Jeux, il a craint de ne pas être présent à Pékin.

Face à lui, la concurrence était rude, avec des kayakistes comme Benoît Peschier, champion olymqique en titre, Julien Billaut, champion du monde en 2006, et Sébastien Combot, champion du monde 2007.

Un temps, l'idée de remiser sa pagaie l'a taraudé avant que sa femme, Audrey, ne le remotive.

Mais en février 2007, Fabien Lefèvre est freiné dans son élan à cause d'une fracture du poignet, retouche le fond puis, de manière inattendue, rebondit.

"Pour représenter la France, je me suis battu comme un lion", résume-t-il.

"J'ai été privé de naviguer pendant des semaines et, quand j'ai repris, j'ai eu les crocs même si techniquement, j'étais à plat. Même si mon matos était 'à la rue' (sic), j'avais envie de me battre, de ne pas laisser un autre aller aux Jeux à ma place."

Lors des sélections olympiques fin mars 2008, Fabien Lefèvre a battu tous les cadors. "Ces dernières années, ils étaient venus chasser sur mes terres. Cela ne pouvait pas continuer. Le dernier titre mondial de Combot en septembre 2007 m'avait mis dans une colère noire."

"Son titre m'a définitivement remis sur les rails du haut niveau, avec des crocs pas possibles", a-t-il conclu pour expliquer son retour, couronné de l'argent olympique.

 

Première publication : 12/08/2008

COMMENTAIRE(S)