Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

François Hollande achève sa tournée africaine au Cameroun

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : Les touristes algériens très attendus

En savoir plus

REPORTERS

La Libye en quête d'unité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

La Grèce en défaut de paiement, dette, déficit, faillite...et "grexit" ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Attaque de Boko Haram au Nigeria : 150 morts dans 2 nouvelles attaques

En savoir plus

TECH 24

Les nouveaux innovateurs

En savoir plus

#ActuElles

Maroc : la jupe de la discorde

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Les profs 2" : les cancres sont de retour

En savoir plus

BILLET RETOUR

Billet retour à Gaza, un an après l’opération "Bordure protectrice"

En savoir plus

Tyson Gay est serein à 4 jours du 100 m

Dernière modification : 17/08/2008

Le sprinteur américain Tyson Gay s'est dit "prêt" à défier les Jamaïcains Asafa Powell et Usain Bolt sur l'épreuve du 100 mètres, dont la finale aura lieu samedi, malgré la blessure qui l'a éloigné des pistes pendant un mois.

 

Le champion du monde du 100 m Tyson Gay, tout juste remis d'une blessure à l'ischio-jambier, a mis lundi la pression sur ses deux grands rivaux jamaïcains, Usain Bolt et Asafa Powell, à quatre jours des séries de la ligne droite aux jeux Olympiques de Pékin.
  
"Je ne sais pas comment il (Usain) le prend, mais d'après ce que j'entends, il a beaucoup de pression", a déclaré Gay lors d'une conférence de presse.
  
"Dans son pays et même ailleurs, les gens s'attendent à ce qu'il remporte l'or. Hier, j'ai parlé avec un Jamaïcain à la cafétéria. Il m'a dit +j'espère que tu ne vas pas nous empêcher de faire le doublé+. Je suis sûr qu'ils ont entendu les mêmes choses. Leur entraîneur (national) veut qu'ils fassent le doublé. Et Asafa attend cette médaille d'or depuis longtemps."
  
L'an dernier, Gay avait eu les nerfs les plus solides en finale des Mondiaux. Powell, arrivé en favori en tant que détenteur du record du monde, avait "craqué sous la pression" et terminé seulement 3e.
  
Depuis, les cartes ont été rebattues avec l'éclosion de Bolt, qui s'est emparé du record du monde du 100 m (9.72) le 31 mai à New York dès sa 5e sortie sur 100 m. Mais la résistance à la pression du jeune Jamaïcain (21 ans) reste une inconnue.
  
"C'est la première fois qu'il court le 100 m en grand championnat, a rappelé Gay. Mais il est différent des précédents détenteurs du record. Il sera peut-être un peu plus détendu car il aime sortir et s'amuser."
  
Powell, lui, s'est presque félicité que Bolt lui ait ravi son record estimant que cela lui avait retiré une certaine pression.
  
"Je n'y crois pas trop", a cependant estimé Gay. "Asafa Powell était le détenteur du record du monde et Usain Bolt l'en a dépossédé. Or, c'est quelque chose auquel Asafa Powell tenait beaucoup. Donc je pense qu'il a une petite pression, celle de récupérer le record du monde pour lui-même, son pays, sa famille et ses amis. Et il a une grosse pression, celle de remporter la médaille d'or."
  

"Ni douleurs, ni tiraillements"
  
Gay, qui a fêté ses 26 ans au terme de la cérémonie d'ouverture dans la nuit de vendredi à samedi, a concédé qu'il était lui-même "plus nerveux" qu'avant les Mondiaux de l'an dernier à cause de sa blessure en quart de finale du 200 m des sélections américaines, le 5 juillet .
  
"Un petit vent de panique a traversé mon esprit quand je me suis blessé, car j'avais vraiment mal", concède-t-il. "Mais, quand je me suis allongé sur le sol, la douleur s'est un peu apaisée. J'étais vraiment contrarié, car il m'était arrivé la même chose en 2004 et même si à l'époque j'étais encore à l'université, je pensais pouvoir me qualifier pour les Jeux. Ces souvenirs me sont revenus à l'esprit."
  
Gay se dit aujourd'hui totalement rétabli. "J'ai confiance en mon muscle", a-t-il indiqué, au lendemain d'une séance de sprint concluante. "Je ne ressens ni douleurs, ni tiraillements."
  
Or, quand il est à 100%, l'Américain n'a pas grand-chose à envier aux deux Jamaïcains sur le plan chronométrique, puisqu'il a couru en 9 sec 77 aux sélections américaines, à cinq centièmes du record de Bolt (9.72) et trois de l'ancienne marque mondiale établie par Powell (9.74) en septembre dernier.
  
Des temps qui n'auront pas forcément d'importance à l'heure de la finale regardée par plusieurs centaines de millions de téléspectateurs samedi à 22h30 (14h30 GMT), estime Gay.
  
"Normalement l'homme le plus rapide du monde, le détenteur du record du monde, devrait être le favori, mais je me soucie guère d'être le favori ou un outsider, car la clé, c'est de gérer la pression", a-t-il souligné.
  
 

Première publication : 12/08/2008

COMMENTAIRE(S)