Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

4 morts dans des heurts au Nord-Ouest du Cameroun

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Alep-est, à feu et à sang

En savoir plus

POLITIQUE

Primaire de la gauche : quelle est la stratégie de Manuel Valls ?

En savoir plus

POLITIQUE

Présidentielle-2017 : quelle gauche après Hollande ? (partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : avec "La Division d'or", à la conquête de Mossoul

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Demain tout commence" : Omar Sy, allô papa bobo !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Juan Manuel Santos : "Le processus de paix avec les Farc est irréversible"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Bain de sang à Alep"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La BCE toujours au chevet des marchés?

En savoir plus

Jeannie Longo frôle l'exploit

Dernière modification : 17/08/2008

À 49 ans, l’infatigable Jeannie Longo est passée tout près d’une médaille olympique, dans le contre-la-montre. À deux secondes près, la Française échoue au pied du podium.

Jeannie Longo est passée à deux secondes du podium dans le contre-la-montre dames des épreuves de cyclisme des JO de Pékin, remporté par l'Américaine Kristin Armstrong, mercredi, sur le circuit de la Grande Muraille à Juyongguan.

 

La championne française, âgée de 49 ans, a payé au prix fort un petit incident mécanique à 400 mètres de l'arrivée, où son élan a été coupé net au moment où elle changeait de plateau sur son vélo.

 

La Grenobloise a expliqué à l'arrivée avoir souffert d'une sciatique qui s'est réveillée depuis deux jours, suite à la course en ligne disputée dimanche sous des trombes d'eau.

 

"J'avais bien reconnu le parcours, je suis passée impeccable", a déclaré la légende du cyclisme féminin, championne olympique à Atlanta voici douze ans. "Dans le dernier virage, j'ai passé le petit plateau sur l'élan. C'est là que j'ai perdu deux secondes. Je peux vraiment regretter".

 

Pour la victoire, Armstrong a battu de 24 secondes la Britannique Emma Pooley et de 59 secondes la Suissesse Karen Thürig sur le parcours de 23,5 kilomètres, par un temps chaud et humide.

 

L'Américaine, qui a fêté lundi son 35e anniversaire, est passée en deuxième position au temps intermédiaire pris au sommet de la côte (Km 10,8), à 3 secondes de Pooley.

 

Armstrong, sans lien de parenté avec son homonyme Lance (septuple vainqueur du Tour de France), a imposé dans la seconde partie de course, en descente, sa puissance pour boucler le parcours à 40,4 km/h de moyenne.

 

Championne du monde 2006 du contre-la-montre et médaillée d'argent l'année passée, la native de Memphis (Tennessee) dispute à Pékin ses deuxièmes JO (8e de la course en ligne à Athènes).

 
La Britannique Nicole Cooke, sacrée dimanche dans la course en ligne, a terminé son parcours à 2 min 22 sec de la lauréate.
 

Elle a été suppléée par sa compatriote Emma Pooley (25 ans), une Londonienne qui vit à Zürich (Suisse) et poursuit des études de haut niveau pour l'université de Cambridge.

 
Thürig (36 ans) a enlevé comme à Athènes la médaille de bronze.
 
La seconde représentante française, Maryline Salvetat, a pris la 20e place, à plus de trois minutes.
 
Chez les messieurs, le Suisse Fabian Cancellara vise l'or, tandis que l'équipe de France n'aura aucun représentant.
 

"Je serai dans mon élément" jeudi, a annoncé le double champion du monde en titre de la discipline, en forme optimale après le Tour de France et son stage suivi à quelque 120 kilomètres de Pékin.

 

Impressionnant samedi dans la course en ligne, celui qui est surnommé Spartacus a imposé son énorme puissance pour revenir décrocher la médaille de bronze.

 

Assidûment contrôlé - huit fois pendant le Tour, deux fois aux JO selon les médias suisses -, Cancellara sait se préparer pour répondre présent à l'heure H.

 

L'Américain Levi Leipheimer, les Australiens Cadel Evans et Michael Rogers, qui ont choisi eux aussi de se livrer sans retenue samedi, ainsi que le Luxembourgeois Kim Kirchen, ont dû apprécier la démonstration. Tout comme ceux qui se sont arrêtés en cours de route, l'Allemand Stefan Schumacher et l'Espagnol Alberto Contador, deux autres candidats sérieux au podium avec... l'étonnant Santiago Botero, absent des courses européennes mais septième samedi.

 

Le Colombien, dont le nom a été cité dans l'affaire de dopage Puerto, a été blanchi par sa fédération nationale. Au grand dam de l'Union cycliste internationale (UCI) qui a demandé en vain voici quelques mois qu'il ne soit pas retenu pour les JO.

Première publication : 13/08/2008

COMMENTAIRE(S)