Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le japonais SoftBank veut investir 50 milliards aux Etats-Unis

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La France, championne des inégalités scolaires"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Cazeneuve ce "frère"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Rebsamen : "Un président sortant ne doit pas se soumettre à une primaire"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François Rebsamen : "La clé, c'est avoir un seul candidat de la gauche"

En savoir plus

FOCUS

Corée du Sud : la rue en passe de faire chuter la présidente Park Geung-Hye

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jean-Michel Jarre : "L’électro européenne a envahi le monde"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Corée du Sud : les "chaebols" sous le feu des questions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Leçon de diplomatie chinoise pour le néophyte Donald Trump"

En savoir plus

Le spectre de la récession hante le Japon

Dernière modification : 14/08/2008

Victime d'un déclin de la consommation et des investissements, la croissance japonaise s'est contractée pour la première fois cette année. De nombreux économistes pensent que le pays s'achemine vers une récession temporaire.

Le produit intérieur brut (PIB) du Japon a baissé de 0,6% au deuxième trimestre 2008 par rapport au précédent, soit une contraction de 2,4% en rythme annuel, victime d'un déclin des exportations et de la consommation intérieure, a annoncé mercredi le gouvernement.

Ces chiffres sont parfaitement conformes aux prévisions moyennes des économistes. La fourchette de leurs estimations était toutefois large, qui allait de -0,9% à -0,2% sur un trimestre (de -3,4% à -1% en rythme annuel), selon un sondage réalisé par le quotidien Nikkei auprès de vingt-trois d'entre eux.

Ce coup de frein à la croissance est dû à un déclin des exportations, notamment vers les Etats-Unis, conjugué à des investissements plus faibles de la part des secteurs privé et public, et à une moindre consommation intérieure, sur fond de perte de confiance, d'inflation des prix et de stagnation des salaires.

Il s'agit du premier trimestre de recul du PIB en un an pour la deuxième économie mondiale.

Au premier trimestre 2008 (janvier à mars), le PIB japonais avait crû de 0,8% par rapport aux trois mois précédents, selon les données à nouveau révisées également publiées mercredi, lesquelles reviennent à l'estimation initiale. Entre-temps, le taux de croissance avait été réévalué à 1% sur un trimestre (soit 4% en rythme annuel).

Au cours de la période d'avril à juin derniers, le Japon a subi les effets d'un déclin des exportations vers les Etats-Unis et l'Europe, en proie à un ralentissement économique. Globalement, la valeur des biens et services expédiés à l'étranger a fléchi de 2,3% au deuxième trimestre par rapport au premier.

La consommation des ménages nippons a dans le même temps décliné de 0,5%, les citoyens japonais se montrant plus précautionneux, alors que leurs émoluments ne suivent pas la même progression que les prix des marchandises de première nécessité, lesquels ont tendance à grimper du fait de l'envolée des cours de l'énergie et des matières premières.

Les entreprises, notamment les plus petites d'entre elles, dont les marges sont rétrécies par la hausse des coûts d'approvisionnement, se sont aussi montrées moins enclines à investir, alors que la conjoncture mondiale est maussade et l'avenir incertain. Leurs investissements ont dans l'ensemble diminué de 0,2% sur un trimestre, selon les statistiques annoncées mercredi.

La contraction des commandes publiques, du fait de contraintes budgétaires, a aussi pesé négativement.

 

Première publication : 13/08/2008

COMMENTAIRE(S)