Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Ould Abdel Aziz : "En six heures, j’ai convaincu Jammeh de quitter le pouvoir"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Vive les pizzas à l'ananas !"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le bénéfice net de PSA a quasi doublé en 2016

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Bayrou, Macron, l'empire du milieu"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

François Bayrou en marche avec Emmanuel Macron

En savoir plus

LE DÉBAT

Présidentielle en France : le soutien de Bayrou à Macron, un "tournant" ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Présidentielle en France : le soutien de Bayrou à Macron, un "tournant" ? (partie 1)

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Brésil : fêter le carnaval en période de crise

En savoir plus

FOCUS

#BringBackOurInternet : la bataille numérique au Cameroun anglophone

En savoir plus

Un grand paravent pour protéger un glacier suisse

Dernière modification : 14/08/2008

Un paravent de 15 mètres de large et de 3 de haut a été installé, sur une initiative allemande, pour ralentir la fonte du glacier du Rhône, dans le canton suisse du Valais, recréant un mur de froid naturel. Un dispositif testé en laboratoire.

Des chercheurs allemands vont tenter de freiner la fonte d'un glacier alpin en Suisse à l'aide d'un grand paravent, a annoncé jeudi dans un communiqué l'Université Johannes Gutenberg de Mayence.

Le dispositif a été monté par 27 étudiants de l'université allemande au milieu de la langue du glacier du Rhône (canton du Valais).

Large de 15 mètres et haut de trois mètres, le paravent est fixé à 2.300 mètres d'altitude par des barres d'acier enfoncées à plus d'un mètre dans le glacier. L'installation doit freiner, voire stopper les vents froids qui soufflent du glacier vers la vallée. Le but est de créer un bouchon de froid naturel.

Le procédé a été testé avec succès en laboratoire et son impact va être maintenant étudié "in vivo" jusqu'au 21 août.

"Nous espérons que notre installation entraînera un net rafraîchissement des lieux. Et si la fonte n'est pas stoppée, qu'elle soit au moins ralentie", a expliqué le chef du projet, le professeur de géographie Hans-Joachim Fuchs.

Première publication : 14/08/2008

COMMENTAIRE(S)