Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Médaille d'or historique pour Alain Bernard

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 23/10/2008

Alain Bernard est devenu champion olympique du 100 mètres nage libre après avoir battu l'Australien Eamon Sullivan. C’est un exploit puisque c’est la première fois qu'un Français décroche la médaille d’or sur cette distance.

 

Malmené depuis l’échec de la France dans le relai 4 x 100 m, Alain Bernard a réussi à évacuer sa déception pour remporter le titre olympique de l’épreuve reine, le 100 m nage libre et entrer dans la légende. Dans un Water Cube de Pékin où déferlent les records et les exploits depuis le début des JO, le Français a devancé de onze centièmes l'Australien Eamon Sullivan. L'Américain Jason Lezak et le Brésilien Cesar Cielo Filho sont troisièmes ex aequo. Le Néerlandais Pieter Van den Hoogenband, double champion olympique en titre, a terminé cinquième de la finale la plus relevée de tous les temps, où six des prétendants au titre ont nagé sous les 48 secondes en séries.

Bernard a conclu sa course en 47 sec 21, à 1/100 de son record d'Europe établi la veille en demi-finale. "Je ne voulais pas la médaille d'argent, ni le record du monde. Juste toucher le premier."

Bernard règle ses comptes avec ses rivaux


Déterminé avant la course, le Français a profité de cette finale pour remettre les pendules à l’heure en devançant l’Australien Eamon Sullivan, qui l’a dépossédé par deux fois de record du monde et l'Américain Jason Lezak qui l’avait battu dans le dernier relais du 4 x 100 pour offrir la médaille d’or aux Etats-Unis. "M'être fait taper, m'être fait doubler m'a vraiment secoué, a reconnu le Français. J'aurais pu très bien sombrer derrière et ne pas être capable de réagir. Mais après tout le travail que j'ai fait pendant des années, je n'allais pas me laisser abattre. Je devais aller jusqu'au bout."

A 25 ans, l’Antibois réalise un authentique exploit puisque c’est la première fois qu'un Français décroche la médaille d’or sur la distance phare des épreuves de natation, et le troisième de l'histoire des JO à faire retentir une Marseillaise après Jean Boiteux en 1952 à Helsinki et plus récemment Laure Manaudou en 2004 à Athènes.
 

Première publication : 14/08/2008

COMMENTAIRE(S)