Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Calais: la porte mortelle vers "l'Eldorado"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Faut-il copier la Silicon Valley ?

En savoir plus

FOCUS

Au Bangladesh, les assassinats de libres-penseurs se multiplient

En savoir plus

L'ENTRETIEN

François Morin : "28 banques ont la capacité de déstabiliser le système monétaire et financier mondial"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Gaza, Baalbeck, Tombouctou... La résistance par l’art

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : nouvelle controverse sur le port d'armes, après plusieurs tueries

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

#CecilTheLion : le chasseur devient la proie

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

EDF va prendre le contrôle des réacteurs nucléaires d’Areva

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Migrants : Gao, aux portes du désert, carrefour des routes qui mènent en Europe

En savoir plus

Pékin a vécu une journée inoubliable

Dernière modification : 17/08/2008

Des records, une première visite, des désillusions… La journée de samedi aura apporté des fortunes diverses mais surtout déversé un flot de records sur les JO de Pékin. Deux noms sortent du lot : Michael Phelps et Usain Bolt.

   

Le nageur américain Michael Phelps entre dans l'Histoire

     

Un petit tour, une défaite et puis s’en va : c’est ainsi que l’on pourrait résumer la visite au Jeux du président Hu Jintao, venu encourager en vain les volleyeuses chinoises contre leurs homologues européennes.

 

Mais ce samedi, ce n’étaient pas les présidents qui étaient à l’honneur, mais bel et bien les rois. Car la journée a vu le couronnement de deux géants : le sprinteur jamaïcain Usain Bolt a écrasé la course du 100 m en soirée, quelques heures après l'exploit historique du nageur américain Michael Phelps, qui a égalé le record de sept médailles d'or au cours des mêmes Jeux.

 

Le Jamaïcain a franchi la ligne d’arrivée avec une facilité déconcertante, reléguant ses adversaires, le Trinidadien Richard Thompson (9.89) et l'Américain Walter Dix (9.91), à plusieurs mètres derrière lui.

 

Quant à l’Américain Michael Phelps, sa performance lui permet d’égaler celle de son compatriote Mark Spitz, sept fois titré aux Jeux de Munich, en 1972. Un bémol néanmoins : le nageur n’a pas obtenu de record du monde lors de sa victoire au 100 m papillon.

 

En aviron, la Roumaine Georgeta Andrunache a égalé le record de médailles olympique de la discipline. Elle rejoint ainsi sa compatriote Elisabeta Lipa et le Britannique Steve Redgrave, tous deux détenteurs de cinq médailles. Dimanche, elle peut entrer dans la légende de la discipline, puisqu’elle sera en compétition avec le huit roumain pour devenir la rameuse la plus titrée de l’Histoire.

 
 

La Chinoise Zhang Ning a pour sa part conservé son titre olympique de badminton en simple dames. Elle a pour cela battu en finale sa compatriote Xie Xingfang.

 

L'Indonésienne Maria Kristin Yulianti a emporté la médaille de bronze.  

A noter aussi la performance du nageur brésilien Cesar Cielo Filho, au 50 m libre, qui  devance les Français Amaury Leveaux et Alain Bernard, médaille d’or du 100 m nage libre il y a deux jours.  

 

La Grande-Bretagne attendait ça depuis un siècle

 

Quatre médailles d’or, une en argent et quatre en bronze : s’il est une nation pour laquelle la journée de samedi a été particulièrement marquante, c’est bien la Grande-Bretagne. Effet, le pays a connu une journée tout simplement historique puisque une telle moisson de médailles ne lui était pas arrivée depuis un siècle et les Jeux de Londres, en 1908.

 

Avec la victoire en 800 m nage libre de Rebecca Adlington, celle du quatre de pointe en aviron et le véritable raz-de-marée opéré en cyclisme (avec deux médailles d’or, une d’argent et une de bronze), la Grande-Bretagne remonte à la septième place du classement des médailles. Simon Clegg, chef de la délégation britannique, se réjouissait d’ailleurs : « C’est la journée la plus réussie depuis 1908. »  

 

Enfin, comment ne pas revenir sur la déception du champion du monde en titre sur 100 mètres, l'Américain Tyson Gay ? Ce dernier  qui s’estimait  "en manque de temps" s’est montré  incapable de lutter avec ses grands rivaux jamaïcains. Son parcours olympique sur 100 m a pris fin en demi-finale, avec une modeste cinquième place. Il était pourtant le détenteur du troisième meilleur temps de la distance. Comme quoi un statut de favori, ce  n’est pas toujours suffisant… Mais c’est aussi ce qui fait tout le charme du sport.

Première publication : 16/08/2008

COMMENTAIRE(S)