Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Guerre en Syrie : les Kurdes, grands perdants du conflit ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Guerre en Syrie : les Kurdes, grands perdants du conflit ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Réfugiés syriens au Liban : la voie difficile, voire impossible, du retour au pays

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Seba, une voix gabonaise hors du temps

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

"Choose France" : Macron reçoit les patrons étrangers à Versailles pour une opération séduction

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Pendant le "shutdown", Donald Trump travaille "dur, dur, dur"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après Poutine, les patrons à Versailles"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Forum économique mondial : les États-Unis de retour à Davos

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Le vice-président américain Mike Pence en Israël

En savoir plus

Accord entre le Hezbollah et des courants salafistes

Dernière modification : 19/08/2008

Le Hezbollah chiite et des groupes sunnites salafistes libanais se sont engagés à prévenir les conflits entres leurs deux communautés en signant un "document d'entente". En mai 2008, des affrontements sanglants avaient déchiré ces communautés.

Le Hezbollah chiite et des courants salafistes sunnites ont signé lundi à Beyrouth un "document d'entente" qui engage les parties à prévenir les dissensions entre les deux communautés, après les affrontements sanglants qui les ont opposées en mai.
  
Le Hezbollah mène l'opposition au Liban tandis que les courants salafistes sunnites sont proches du Courant du futur, un pilier de la majorité.
  
Ce document vise "à combattre les dissensions et transposer les différends (de la rue) au dialogue entre dignitaires religieux", selon l'introduction du texte, dont une copie est parvenue à l'AFP.
  
Le chef du bureau politique du Hezbollah, Ibrahim Amine el Sayyed, et cheikh Hassan Chahhal, président de l'Association de la foi, de la justice et de la bienfaisance ont signé l'accord.
  
En revanche, le principal représentant du mouvement salafiste, Daii Islam al Chahal, considéré comme le fondateur de ce courant au Liban, n'a pas participé à la signature.
  
En mai, des affrontements ont opposé à Beyrouth le Hezbollah, chef de file de l'opposition proche de Damas et Téhéran, et le courant du Futur, présidé par le chef de la majorité parlementaire antisyrienne soutenue par l'Occident, le sunnite Saad Hariri, laissant de profondes blessures.
  
Le courant du Futur est considéré comme le poids lourd de la communauté sunnite libanaise.
  
"Les événements de Beyrouth se sont développés de manière dangereuse, et si cela avait continué, le Liban aurait été détruit par les dissensions confessionnelles", a affirmé Hassan Chahhal, lors de la cérémonie de signature.
  
Il a assuré que la vingtaine de groupuscules et de personnalités salafistes signataires restaient "loyales" au courant du Futur, contacté préalablement.
  
Joint par l'AFP, Daii Islam al Chahal a toutefois critiqué l'initiative, accusant le Hezbollah d'"exploiter un petit groupe sur la scène salafiste sunnite en vue de déstabiliser" la communauté.
  

Première publication : 18/08/2008

COMMENTAIRE(S)