Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

Cyberattaque de Sony : quand les hackers deviennent des terroristes

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile indienne affiche sa solidarité avec le Pakistan

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

États-Unis - Cuba : "Somos todos americanos"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Cuba : la décision historique de Barack Obama

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Cuba - USA : un jour historique"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

De plus en plus de réfugiés affluent au Niger

En savoir plus

DÉBAT

États-Unis - Cuba : un tournant historique (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

États-Unis - Cuba : un tournant historique

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Le dalaï-lama vante le "réalisme" du président chinois Xi Jinping

En savoir plus

Des attaques de rebelles musulmans aux Philippines

Dernière modification : 18/08/2008

Des centaines de rebelles séparatistes musulmans du Front Moro islamique de libération (MILF) ont attaqué plusieurs villes à majorité chrétienne du sud des Philippines. Au moins 16 personnes ont été tuées.

Au moins seize civils ont été tués lors d'une série d'attaques lancées lundi par des rebelles séparatistes musulmans contre des villes à majorité chrétienne dans le sud des Philippines, selon des responsables locaux et des témoins.
   
Des centaines de rebelles du Front Moro islamique de libération (MILF) ont lancé des assauts coordonnés contres quatre localités dans les provinces de Lanao del Norte et de Sarangani situées sur la grande île méridionale de Mindanao à majorité musulmane.
   
Des journalistes de l'AFP ont vu neuf corps gisant en bordure de route   dans le village de Lapayan (province de Lanao del Norte) où de la fumée s'échappait de plusieurs habitations.
   
Cinq autres civils ont été tués dans un autre village par des rebelles, ont affirmé à l'AFP des habitants qui fuyaient les combats.
   
Une attaque concomitante survenue à Maasim (province de Sarangani) a coûté la vie à deux autres civils, selon un porte-parole militaire.
   
Mais les combats les plus nourris ont opposé l'armée et la police à quelque 200 séparatistes à Kolambugan, selon le maire de cette municipalité à majorité chrétienne, Beltran Lumaque.
   
"Les rebelles ont atteint le centre-ville, ils sont pris le contrôle du quartier d'affaires, des banques, des échoppes de prêteurs sur gages", a déclaré l'élu à la radio DZBB.
   
Le porte-parole de la province de Lanao del Norte, Lyndon Calica, a également affirmé que les insurgés avaient pris le dessus et incendié un poste de police.
   
"Kolambugan est quasiment contrôlé par les MILF", a-t-il dit.
   
A Manille, le chef des armées, le général Alexander Yano, a assimilé les attaques rebelles à "une déclaration de guerre "virtuelle".
   
"Les forces armées philippines (FAP) ne permettront pas la poursuite de ces agissements", a-t-il dit lors d'une conférence de presse.  
   
De son côté, la présidente des Philippines, Gloria Arroyo, a ordonné à l'armée de "défendre chaque pouce" du territoire.
   
"Nous ne tolérerons pas et nous réprimerons violemment toute tentative de perturber la paix et le développement à Mindanao", a-t-elle déclaré dans une adresse à la nation radiodiffusée.
   
Dimanche, quatre soldats philippins et trois membres de milices pro-gouvernementales avaient été tués dans une embuscade des rebelles dans la province de Lanao del Sur.
   
Les violences ont éclaté après la décision, le 4 août, de la Cour suprême de suspendre le projet d'établissement d'une région musulmane dans le sud des Philippines. Quelque 1.500 insurgés du MILF avaient alors pris le contrôle de la plupart des villes et villages chrétiens dans le nord de la province de Cotabato.
   
La population de Mindanao est en majorité musulmane, mais les Philippines sont très majoritairement catholiques.
   
Le MILF, fort de 12.000 hommes, mène une guérilla depuis 30 ans pour obtenir un Etat islamique indépendant dans le sud des Philippines.
   
Le MILF avait accepté d'établir une trêve et d'entamer des négociations avec le gouvernement de Mme Arroyo en 2003.
   
Les pourparlers se sont toutefois interrompus en décembre dernier à la suite d'un désaccord sur le contrôle de territoires réclamés par le MILF.
 

Première publication : 18/08/2008

COMMENTAIRE(S)