Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Agriculteurs, une colère sans mots"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Regain de tension au Burundi entre 2 et 4 morts depuis mardi soir

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le corps d'un enfant syrien mort noyé, terrible symbole de la crise des réfugiés

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Joseph Stiglitz : "Les politiques qui ont mené à la crise dominent toujours"

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

Un rappeur et un entrepreneur en quête d’identité européenne (partie 1)

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

Un rappeur et un entrepreneur en quête d’identité européenne (partie 2)

En savoir plus

FOCUS

Inde - Pakistan : une nouvelle génération prend les armes au Cachemire

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

De la Syrie à la Hongrie : une famille sur la route de l'exil

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Humour belge garanti dans "Le tout nouveau testament"

En savoir plus

L'Argentine rencontre le Brésil en demi-finale

Dernière modification : 19/08/2008

L'Argentine s'est qualifiée pour la finale du tournoi olympique de football messieurs contre le Nigeria après sa victoire sur le Brésil 3 à 0 (mi-temps : 0-0), en demi-finale, au Stade des Travailleurs de Pékin.

 

La demi-finale de choc aux JO entre l'Argentine et le Brésil mardi à Pékin, finale avant la lettre, s'inscrit dans la rivalité séculaire des deux nations pour la suprématie en Amérique du Sud.
   
Ce match entre sélections olympiques, et non A, pourrait entrer dans la mythologie de cette rivalité du fait de la présence de nombreux joueurs internationaux (Ronaldinho, Messi, Agüero, Diego etc.) et des enjeux: l'Argentine veut à tout prix conserver son titre, et le Brésil enfin le conquérir - c'est le seul qui manque à son palmarès.
   
Que de joies, de larmes et de buts, depuis le premier match officiel de ces "superclasicos", remporté par l'Argentine 3-0, le 21 juillet 1914 à Exeter City (Angleterre).
   
Il y eut par exemple ce jour noir pour l'Albiceleste lors du 2e tour du Mondial 1982: le Brésil la bat 3-1 et un certain Diego Maradona se fait exclure pour avoir donné un coup à Batista. Mais les deux nations échouent à se qualifier pour les demi-finales.
   
Tout le Brésil garde encore en travers de la gorge le 8e de finale de la Coupe du monde 1990. Les Auriverde dominent toute la rencontre, tirent plusieurs fois sur le poteau, butent sur un gardien, Sergio Goycochea, en état de grâce, et finalement s'inclinent sur un but marqué à dix minutes de la fin par Claudio Caniggia, lancé en profondeur par une passe magique de Maradona.
   

Avantage Brésil depuis dix ans
   
Beaucoup de supporteurs brésiliens sont toujours persuadés que le sélectionneur argentin, Carlos Bilardo, a mis un somnifère dans une gourde et en a fait boire à Branco, solide gaillard de la défense lusophone...
   
Les Blanc et Ciel récidivaient un an après dans la Copa America en s'imposant sur les Vert et Jaune (3-2) dans la poule finale, s'ouvrant ainsi la voie vers le titre.
   
Mais depuis, l'avantage est nettement brésilien. En 1995, toujours dans le tournoi continental, le Brésil fête dans l'allégresse générale la victoire en quart de finale contre son grand rival, aux tirs au but (2-2 a.p., 4-2 t.a.b.). Le but égalisateur du Brésilien Tulio, à dix minutes de la fin du temps réglementaire, avait pourtant été marqué du bras...
   
En 1999, le Brésil l'emporte à nouveau en quart de la Copa (2-1, buts de Rivaldo et Ronaldo, et Sorin pour les Gauchos).
   
Rebelote lors des deux dernières éditions en date, en finale: la Seleçao bat l'Albiceleste en 2004 aux tirs au but (2-2 a.p., 4-2 t.a.b.) après avoir égalisé in extremis par Adriano (90+3), puis largement en 2007 dans un match survolé (3-0, buts de Julio Baptista, d'Ayala contre son camp et de Daniel Alves).
   
Et dans l'édition 2005 de la Coupe des Confédérations, la victoire fut également lusophone, et large (4-1,) avec un doublé d'Adriano et des buts de Kaka et Ronaldinho, contre une réduction du score par Aimar.

Première publication : 19/08/2008

COMMENTAIRE(S)