Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Faut-il céder à la rue ?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

2016-05-02 21:47 LE JOURNAL DE L'AFRIQUE

En savoir plus

FOCUS

Le Liban, victime collatérale du conflit entre l’Arabie Saoudite et le Hezbollah

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

Finlande : un modèle social et migratoire ébranlé (partie 1)

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

Finlande : un modèle social et migratoire ébranlé (partie 2)

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

"Fusacs" : le grand Monopoly des fusions-acquisitions

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

La mode, seconde industrie la plus polluante au monde

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Les yeux d'la tête" : les rois de la fête sortent un nouvel album

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Alissa J. Rubin : "Les femmes afghanes n'existent pas en dehors du foyer"

En savoir plus

Liu Xiang présente ses excuses à la Chine

Dernière modification : 19/08/2008

Le héros de l'athlétisme chinois Liu Xiang a présenté ses excuses dans une interview diffusée par la télévision nationale, au lendemain de son forfait sur 110 mètres haies aux Jeux olympiques de Pékin.

 

Au lendemain de son forfait dramatique au 110 m haies, le héros blessé chinois Liu Xiang a présenté ses excuses, mais son retrait provoquait polémiques et railleries sur l'internet en Chine.
   
"Je souhaite remercier tous les gens pour leur soutien, je voudrais dire à tout le monde +excusez-moi+, dire +pardon+", a-t-il dit au Quotidien des sports de la Chine, organe officiel de l'Administration des sports.
   
Dans une interview enregistrée lundi soir et diffusée mardi par la télévision nationale CCTV, Liu Xiang, 25 ans, a expliqué que la douleur était trop forte.
   
"Je ne savais pas que les choses se passeraient comme cela, je voulais m'accrocher, mais je n'ai pas pu, c'était intolérable", a-t-il indiqué.
   
Le champion olympique du 110 m haies et meilleure chance de médaille d'or de son pays en athlétisme aux Jeux de Pékin a renoncé lundi, au "Nid d'oiseau", à prendre le départ de sa série, blessé au pied droit.
   
"Il y avait tellement de gens pour regarder la course, je suis désolé, je me suis dit je dois courir, mais j'ai finalement abandonné. Quand je suis entré dans le stade, j'ai vu tous ces gens qui me soutenaient et m'acclamaient. Ils sont venus spécialement pour moi, mon sang n'a fait qu'un tour, je me suis dit que je devais courir, que je ne pouvais pas abandonner", a expliqué le champion olympique à Athènes.
   
"Mais la douleur au pied était trop forte et j'ai dû abandonner les jeux Olympiques, je n'arrivais pas à croire que c'était vrai", a poursuivi l'athlète.
   
"Quand les jeux Olympiques ont été attribués à la Chine, j'avais 18 ans. Depuis, je n'ai cessé de penser à ma participation à la compétition pour les JO de Pékin, je n'aurais jamais pensé que j'abandonnerais sans avoir participé aux qualifications, mais c'est comme ça", a dit Liu Xiang, qui a promis de revenir.
   
Si la presse officielle, étroitement contrôlée par le régime, a choisi le registre affectif, faisant front derrière lui et évitant les controverses sur son retrait, l'internet lui se lâche.
   
"Pourquoi n'ont-ils pas révélé la blessure de Liu Xiang avant?", se demande un internaute du Hunan (centre de la Chine).
   
"Nous ne disons pas que +Liu le fuyeur+ aurait dû avoir une médaille d'or, tout ce que nous voulions c'est qu'il salue la nation après avoir quitté la course, alors nous aurions pu accepter, voire le soutenir. Mais +Liu le fuyeur+ s'est montré arrogant, lorsqu'il a quitté le stade, il s'est fichu des sentiments du peuple, il n'a même pas tourné la tête et cela a vraiment blessé les sentiments du pays", ajoute le blogueur.
   
"Liu n'a pas couru, en tant que Chinois je me sens trompé, je ne suis pas prêt à pardonner", assure Gaoo123, un autre internaute.   
   
Sur un forum de baidu.com, quelqu'un prend la défense du héros blessé et critique ceux qui l'"insultent". "Vous êtes Chinois, Liu Xiang, comment des Chinois peuvent-ils insulter un Chinois?", dit-il.
   
Mais la censure veille pour protéger l'icône national et les commentaires les plus acides sont vite retirés.

Première publication : 19/08/2008

COMMENTAIRE(S)