Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : pour Lambert Mende, les désaccords de l'opposition sont à l'origine du blocage politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

François Fillon impassible face à la détresse des aide-soignantes

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Guillaume Gomez, l’autre chef de l’Élysée

En savoir plus

TECH 24

Bienvenue à Netflixland! Dans le QG du roi du streaming, à Los Gatos, en Californie

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Élection présidentielle : le désarroi des électeurs

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Une économie "décarbonée" est-elle possible ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Une économie "décarbonée" est-elle possible ?

En savoir plus

FOCUS

France : rencontre avec ces catholiques de droite, fidèles coûte que coûte à Fillon

En savoir plus

#ActuElles

L’exploit de Zulala Hashemi, finaliste de "Nouvelle Star" en Afghanistan

En savoir plus

Les États-Unis protestent après le 200 mètres

Dernière modification : 20/08/2008

La délégation des États-Unis admet la disqualification de leur coureur Wallace Spearmon (à gauche sur la photo) à l'issue du 200 mètres hommes, mais dépose une protestation contre Churandy Martina, qui a remporté la médaille d'argent.

 

La délégation américaine a accepté mercredi la disqualification de Wallace Spearmon en finale du 200 mètres des Jeux olympiques et déposé une réclamation contre la médaille d'argent de Churandy Martina.
 

"La délégation américaine accepte la disqualification de Spearmon mais porte réclamation contre Martina car elle pense qu'il a lui aussi marché sur un couloir voisin", a dit une porte-parole de la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF). Le Jamaïcain Usain Bolt a gagné la course en 19"30, nouveau record du monde devant Martina, des Antilles Néerlandaises, et l'Américain Shawn Crawford, troisième après la disqualification de Spearmon.

 
Spearmon a marché au départ de la course sur un couloir voisin, le huit, de son compatriote Walterd Dix.

Première publication : 20/08/2008

COMMENTAIRE(S)