Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un "Mister Nobody" au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • Gaza : des frappes israéliennes "sans précédent" depuis le début du conflit

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

La crise en Géorgie pourrait tirer d'affaire Khodorkovski

©

Dernière modification : 22/08/2008

La demande de libération anticipée de Mikhael Khodorkovski, ex-PDG de Ioukos emprisonné depuis 2003, pourrait être l'occasion pour le président Medvedev de redorer l'image de son pays à l'étranger, entachée par la crise en Géorgie.

Le prisonnier le plus célèbre de Russie va peut-être sortir de prison. Mikhael Khodorkovski, ex-patron du géant de l’énergie Ioukos, est entendu jeudi 21 août par un tribunal régional pour une demande de libération anticipée.
 
Celui qui est considéré comme le symbole des oligarques profite du droit, à partir de quatre années d’emprisonnement, de faire une telle requête. Derrière les barreaux depuis 2003 pour fraude, évasion fiscale et "crimes financiers", une première demande avait été rejeté fin 2007. Cette fois-ci elle a été acceptée.
 
"La crise en Géorgie a terni l’image de la Russie à l’étranger, libérer Khodorkovski pourrait adoucir les angles", analyse Regina Smyth, professeur en sciences politiques spécialiste de la Russie à l’Université de l’Indiana.
 

"Doublement coupable"

Un test d’indépendance politique pour le nouveau président Dmitri Medvedev, tant les déboires juridiques de Mikhael Khodorkovski sont liés à prédécesseur Vladimir Poutine. "Medvedev renforcerait son caractère légaliste à l’opposé de la posture guerrière d’un Poutine", souligne Regina Smyth. Pour l’ancien numéro un russe, "Khodorkovski est doublement coupable : des charges qui pèsent contre lui, et politiquement", résume-t-elle.
 
Lors de son accession au pouvoir en 2000, Vladimir Poutine réunit les oligarques au Kremlin. "Il leur a dit qu’ils pouvaient continuer à diriger leur empire économique, mais sans toucher au politique", raconte Jacques Sapir, directeur d’études à l’EHESS (Ecole des hautes études en sciences sociales).

Mikhael Khodorkovski n’obtempère pas. Il commence à financer des partis d’opposition, lance une croisade anti-corruption et plaide pour la privatisation d’oléoducs. "Mais surtout, il critique la politique étrangère s’attaquant donc au domaine régalien par excellence", souligne Jacques Sapir.
 
Le Kremlin réagit et lance une campagne judiciaire qui aboutit après deux ans, en 2003, au démantèlement de Ioukos et à une peine de huit ans de prison pour son patron.
 
"C’est aussi un symbole qu’on a mis en prison, et un symbole qui pourrait être libéré", estime Regina Smyth. Symbole en Russie et à l’étranger. Car la perception de Mikhael Khodorkovski diffère radicalement qu’on soit Russe ou pas. Intimement lié dans l’esprit russe aux dérives de l’époque de Boris Eltsine, il est considéré comme "le plus grand des voleurs des années 90", selon Jacques Sapir.


Nouvelles charges

 
Mais à l’international, les avocats de l’oligarque le présentent comme un prisonnier politique. "Il est devenu l’acte fondateur de la dérive autoritaire de Vladimir Poutine aux yeux de l’occident", résume Regina Smyth. "Les Russes ne peuvent pas avoir une vision juste, les médias sont contrôlés par le pouvoir", affirme à France 24 Robert Amsterdam, l’avocat canadien de Khodorkovski.


Sa libération anticipée pourrait être un signe que le nouveau président enverrait à l’étranger. Reste qu’elle ne signifierait pas la fin de l’histoire. De nouvelles charges, le vol d'"actions détenues par l'Etat " et le détournement de 350 millions de tonnes de pétrole ont été retenues contre lui fin juin et son nom est cité dans une affaire d’assassinat.
 
"Le pouvoir russe a tout mis en place pour que l’affaire Ioukos ne soit jamais finie", conclut Jacques Sapir.

 

MaJ: Mikhal Khodorkovski n'a finalement pas été libéré à l'issue de l'audience. Ces avocats ont prévenu qu'ils allaient faire appel de la décision dans le délai légal de 10 jour.

Première publication : 20/08/2008

Comments

COMMENTAIRE(S)