Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

Le dollar baisse face à l'euro et au yen

Dernière modification : 21/08/2008

L'euro a frôlé le seuil de 1,49 dollar avant de se stabiliser à 1,4864 dollar. Le billet vert a aussi baissé face au yen. Une dépréciation qui s'explique par l'augmentation du chômage et un secteur financier toujours en crise aux États-Unis.

L'euro s'est nettement apprécié face au dollar jeudi après la publication d'un indice économique meilleur que prévu en Europe, alors qu'aux Etats-Unis des incertitudes ressurgissent sur la santé de l'économie.

 

Vers 18H00 GMT, l'euro valait 1,4864 dollar contre 1,4745 dollar mercredi soir. L'euro a frôlé le seuil de 1,49 dollar, grimpant jusqu'à 1,4896 dollar pour un euro, lors des échanges européens.

 

La monnaie européenne reculait face au yen, à 161,28 yens pour un euro contre 162,07 yens mercredi soir. Le dollar baissait également face à la devise japonaise, à 108,50 yens pour un dollar contre 109,88 yens la veille.

 

"Les investisseurs continuent à acheter des euros et ce mouvement devrait se poursuivre à court terme", a expliqué David Rodriguez, analyste au site d'informations financières DailyFx.com.

 

Alors, qu'il était tombé à son plus bas depuis près de six mois face au dollar à 1,4631 dollar mardi, l'euro a retrouvé de l'entrain jeudi à la suite d'une combinaison d'informations mitigées sur la conjoncture économique aux Etats-Unis.

 

L'activité s'est encore contractée en août dans le secteur industriel de la région de Philadelphie (nord-est des Etats-Unis), quoique à un rythme moins marqué que précédemment.

 

Le marché du travail, signe traditionnel de la vitalité de l'économie, a enregistré une hausse des demandes d'allocations chômage sur les quatre dernières semaines, à 445.750. C'est le niveau le plus élevé depuis plus de six ans.

 

En outre, la finance et le pétrole émettent de nouveaux signaux négatifs.

 

Les rumeurs de nationalisation persistent sur les deux géants du refinancement hypothécaire en difficulté Fannie Mae et Freddie Mac, qui détiennent ou garantissent plus de 40% des prêts au logement aux Etats-Unis.

 

Le baril de pétrole a de son côté rebondi de plus de 5 dollars jeudi à New York, ravivant les craintes sur la consommation, moteur de la croissance américaine.

 

En revanche, dans la zone euro, l'indice PMI composite qui mesure l'activité dans les secteurs manufacturier et des services est ressorti meilleur que prévu.

 

"La stabilisation de l'indice PMI, couplée à des signes d'apaisement du côté de l'inflation, semble s'accorder avec un petit déclin de la croissance prévue au troisième trimestre et avec notre idée selon laquelle la Banque centrale européenne (BCE, ndlr) va maintenir ses taux pour le moment", a commenté Lavinia Santovetti, économiste de la banque Lehman Brothers.

 

La livre britannique baissait face à l'euro, à 79,30 pence pour un euro, mais s'appréciait face au dollar à 1,8743 dollar pour une livre.

 

La devise helvétique était en hausse face à l'euro, à 1,6171 franc suisse pour un euro, comme face à la monnaie américaine, à 1,0878 franc suisse pour un dollar.

 

Le yuan chinois a clôturé à 6,8442 yuan pour un dollar contre 6,8546 yuans mercredi soir.

Première publication : 21/08/2008

COMMENTAIRE(S)