Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande : une déception pour la gauche ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Kamel Mennour, galeriste

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Marie Le Guen : "Le problème, c’est l’emploi"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Un homme, une femme : la parité vue par la Génération Y

En savoir plus

POLITIQUE

Le Guen : "C’est toute l’Europe qui est malade aujourd’hui"

En savoir plus

FOCUS

Tunisie : quelle place pour l'enseignement religieux?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

FIAC 2014 : l'art contemporain célébré à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Fabrice Arfi, auteur, "Le sens des affaires"

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile réagit à la condamnation d'Oscar Pistorius

En savoir plus

Le grand bond en avant du Portugais Evora

Dernière modification : 21/08/2008

En devenant champion olympique du triple saut grâce à un bond de 17,67 m, Nelson Evora a offert sa première médaille d'or depuis 12 ans au Portugal, un pays d'ordinaire abonné aux performances dans les courses de fond.

Le Portugais Nelson Evora a confirmé son titre mondial en remportant la médaille d'or du triple saut aux jeux Olympiques de Pékin, en devançant jeudi le Britannique Philipps Idowu et le Bahamien Leevan Sands.

Avec un triple bond de 17,67 m, meilleur performance mondiale de l'année, réussi à son quatrième essai, Evora devance le champion du monde en salle de cinq centimètres (17,62).

Sands, grâce à un saut de 17,59 m réussi au 3e essai, monte sur son deuxième podium international après avoir remporté la médaille de bronze des Mondiaux-2003.

Ce titre d'Evora, 24 ans, est le quatrième de l'histoire du Portugal en athlétisme et le premier qui ne concerne ni le marathon, ni le 10.000 m.

Idowu avait pris la tête après le 3e essai mais dès la tentative suivante Evora avait répliqué dans un cooncours très disputé.

Il s'agit du plus faible écart entre le vainqueur et le troisième de l'histoire des finales olympiques (8 cm).

Première publication : 21/08/2008

COMMENTAIRE(S)