Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Burundi, le leader de l'opposition, qui avait appelé au boycott, élu vice-président de l'assemblée

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Calais: la porte mortelle vers "l'Eldorado"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Faut-il copier la Silicon Valley ?

En savoir plus

FOCUS

Au Bangladesh, les assassinats de libres-penseurs se multiplient

En savoir plus

L'ENTRETIEN

François Morin : "28 banques ont la capacité de déstabiliser le système monétaire et financier mondial"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Gaza, Baalbeck, Tombouctou... La résistance par l’art

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : nouvelle controverse sur le port d'armes, après plusieurs tueries

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

#CecilTheLion : le chasseur devient la proie

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

EDF va prendre le contrôle des réacteurs nucléaires d’Areva

En savoir plus

Moscou se dit prêt à vendre des armes à la Syrie

Dernière modification : 21/08/2008

La Syrie, qui a apporté son soutien à la Russie au lendemain de la crise avec la Géorgie, pourrait acheter des armes auprès de Moscou. Le président Al-Assad a rencontré son homologue russe, jeudi. Israël se dit inquiet.

Des responsables israéliens se sont dits jeudi inquiets d'une possible vente d'armes par la Russie à la Syrie, un des pays voisins avec lequel l'Etat hébreu est formellement en état de guerre.
  
"La Russie a ses propres intérêts dans la région et personne ne veut déstabiliser la région. Compte tenu de cela, je crois qu'il est dans l'intérêt commun de la Russie, d'Israël et des chefs pragmatiques des Etats de la région de ne pas installer cette catégorie de missiles de longue-portée en Syrie", a déclaré la ministre des Affaires étrangères Tzipi Livni lors d'une conférence de presse à Jérusalem.
  
"Nous savons quels sont les liens entre l'Iran et la Syrie, et nous savons quels sont les liens entre la Syrie, le Hezbollah, le Hamas et autres organisations terroristes", a-t-elle ajouté.
  
De son côté, le président israélien Shimon Peres a qualifié de "grave" une éventuelle fourniture de missiles russes en Syrie.
  
De telles armes "mettraient en danger la paix dans le monde et pas seulement le Proche-Orient. Et j'espère que les responsables du monde entier comprendront l'ampleur du danger et agiront en conséquence", a déclaré M. Peres à Dimona, une ville du sud d'Israël où il a choisi de fêter son 85ème anniversaire.
  
Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a annoncé jeudi que son pays était prêt à vendre de nouveaux types d'armement à la Syrie.
  
"Nous sommes prêts à examiner la demande syrienne à propos de l'achat de nouveaux types d'armement", a déclaré M. Lavrov à Sotchi, dans le sud de la Russie, où le président syrien Bachar al-Assad a rencontré son homologue russe Dmitri Medvedev.
  
"Notre position est claire, et le président de la Fédération de Russie l'a confirmée: nous serons prêts à vendre à la Syrie ces armes qui ont avant tout un caractère défensif et ne violent aucunement l'équilibre stratégique des forces dans la région", a ajouté le chef de la diplomatie russe cité par Ria Novosti et Interfax, sans préciser les types d'armement en question.
  
Avant d'entamer une "visite de travail" en Russie, le président syrien avait déclaré à plusieurs journaux russes que son pays était "intéressé par l'achat d'armes" russes.
  

Première publication : 21/08/2008

COMMENTAIRE(S)