Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

La nourriture gaspillée contribue à la baisse des ressources en eau

Dernière modification : 22/08/2008

Quelque 40 000 milliards d'eau utilisées pour la culture de produits jamais consommés seraient gaspillés, selon l'Institut international de l'eau de Stockholm. Un gâchis qui représente, chaque année, 48,3 milliards de dollars.

La moitié de l'eau utilisée pour l'agriculture est gaspillée, ont affirmé des experts lors d'une conférence internationale à Stockholm qui s'achevait vendredi, soulignant que ce gâchis contribue amplement à la baisse des ressources mondiales en eau.

"Il y a un gâchis d'eau énorme dans la nourriture qui est produite, car 50% de ce qui est cultivé par les agriculteurs, sont perdus ou gaspillés", a expliqué Jan Lundqvist, qui dirige le programme scientifique à l'Institut international de l'eau de Stockholm (SIWI).

"Il faut qu'il y ait un changement de mentalité", a-t-il déclaré à l'AFP.

Des quantités énormes de nourriture et, par conséquent d'eau, sont perdues dans les champs, lors du transport, dans les supermarchés, dans les restaurants et dans les cuisines des foyers, selon le SIWI, qui organisait la Semaine mondiale de l'eau dans la capitale suédoise.

Dans un nouveau rapport intitulé "Economiser l'eau: du champ à la fourchette, réduire le gaspillage dans la chaîne alimentaire", l'institut relève par exemple qu'aux Etats-Unis, 30% de la nourriture, représentant 48,3 milliards de dollars (32,5 milliards d'euros), sont gaspillés chaque année.

"Cela correspond à 40.000 milliards de litres d'eau d'irrigation, assez d'eau pour subvenir aux besoins de 500 millions de personnes", selon le rapport.

La manière, dont la nourriture est gaspillée, dépend largement de la société dans laquelle elle a été produite et consommée.

Dans les pays pauvres, par exemple, les pertes dans l'agriculture sont souvent dues à un manque de structures pour entreposer la nourriture et la conserver au frais, ou à de mauvais moyens de transports.

"Cela peut aussi être une question de culture", selon Jakob Granit, directeur de projet au SIWI. "Dans de nombreux pays, dit-il, il est impensable de manger les restes".

Dans les sociétés plus riches, la majeure partie du gaspillage se fait au moment de la consommation, les changements de régimes alimentaires, et la demande grandissante de produits nécessitant beaucoup d'eau, comme la viande de boeuf, amplifiant le gaspillage d'eau.

"Dans les sociétés urbaines, nous avons perdu le contact avec la réalité. Les gens ne savent pas d'où vient leur nourriture, ni ce qu'il faut pour la produire", a commenté Jan Lundqvist, ajoutant que 10 à 15 tonnes d'eau étaient nécessaires pour produire un seul kilo de viande de boeuf.

"Si l'on jette la moitié de ce kilo, cela signifie que l'on a jeté 7,5 tonnes d'eau", a-t-il dit, relevant que plus de 500 tonnes de viande de boeuf avariée avaient été récemment rappelées aux Etats-Unis.

Tandis que le monde se bat pour nourrir et fournir de l'eau à une population mondiale toujours plus nombreuse, les gouvernements doivent tenter de réduire la quantité de nourriture gaspillée d'au moins 50% d'ici 2025, d'après le rapport du SIWI.

"A moins que l'on change nos pratiques, l'eau va devenir un problème majeur pour la production de nourriture", affirme Pasquale Steduto, chef du département de l'eau à l'Organisation des Nations Unies pour la nourriture et l'agriculture dans un communiqué.

"La motivation principale pour qu'il y ait un changement, c'est le prix", a estimé Jakob Granit. Il indique à titre d'exemple qu'en Suède, la consommation de viande de boeuf a récemment "baissé de 30% car le prix avait augmenté".

M. Granit souligne en outre que l'éducation est également importante pour sensibiliser l'opinion aux conséquences de l'utilisation de l'eau sur l'environnement.

Au Koweït, où l'eau est gratuite, la consommation d'eau par personne et par jour est de 600 litres alors que la moyenne en Suède, où l'eau n'est pas un problème, est de 150 litres. Mais Jan Lundqvist souligne que le pendant optimiste au gaspillage massif est que la "marge de progression est énorme".

Première publication : 22/08/2008

COMMENTAIRE(S)