Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les oubliés de Mossoul

En savoir plus

DÉBAT

Droit d'asile en France : les enjeux de la réforme

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : les négociations de paix au point mort

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : espoir de paix à Brazzaville

En savoir plus

FOCUS

Sénégal : risque de famine en Casamance

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Maestro", intello mais pas trop !

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Gaza : les enfants, victimes du conflit

En savoir plus

DÉBAT

Israël – Gaza : la guerre s’importe–t-elle en France ?

En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

  • À Paris, un rassemblement pro-palestinien sans heurts

    En savoir plus

  • Tour de France : "Depuis le temps qu'un Italien n'a pas gagné!"

    En savoir plus

  • "Le conflit israélo-palestinien est importé en France depuis longtemps"

    En savoir plus

  • Les députés adoptent la nouvelle carte des régions françaises

    En savoir plus

  • Bagdad accusé d'utiliser des "barrel bombs" contre sa population

    En savoir plus

  • Ukraine : deux avions de chasse de l'armée abattus dans l’est du pays

    En savoir plus

  • Reportage : l'armée israélienne essuie de lourdes pertes à Gaza

    En savoir plus

  • Accident d'avion à Taïwan : au moins 45 morts, dont deux Françaises

    En savoir plus

  • MH17 : les premières dépouilles des victimes sont arrivées aux Pays-Bas

    En savoir plus

  • Une ville chinoise placée en quarantaine après un cas de peste bubonique

    En savoir plus

  • Au Nigeria, la ville de Kaduna secouée par deux explosions meurtrières

    En savoir plus

  • Ryanair contraint de rembourser à la France 9,6 millions d’euros d’aides publiques

    En savoir plus

  • Immigration et droit d'asile : les projets de réforme du gouvernement

    En savoir plus

  • Vente du Mistral à la Russie : Fabius invite Cameron à balayer devant sa porte

    En savoir plus

  • Manifester, une liberté qui reste "la règle"... mais sous haute surveillance

    En savoir plus

  • Après le gel des vols vers Tel Aviv, Israël dénonce une mesure "injustifiée"

    En savoir plus

  • Infographie : l'ultime voyage controversé du Costa Concordia

    En savoir plus

La nourriture gaspillée contribue à la baisse des ressources en eau

Dernière modification : 22/08/2008

Quelque 40 000 milliards d'eau utilisées pour la culture de produits jamais consommés seraient gaspillés, selon l'Institut international de l'eau de Stockholm. Un gâchis qui représente, chaque année, 48,3 milliards de dollars.

La moitié de l'eau utilisée pour l'agriculture est gaspillée, ont affirmé des experts lors d'une conférence internationale à Stockholm qui s'achevait vendredi, soulignant que ce gâchis contribue amplement à la baisse des ressources mondiales en eau.

"Il y a un gâchis d'eau énorme dans la nourriture qui est produite, car 50% de ce qui est cultivé par les agriculteurs, sont perdus ou gaspillés", a expliqué Jan Lundqvist, qui dirige le programme scientifique à l'Institut international de l'eau de Stockholm (SIWI).

"Il faut qu'il y ait un changement de mentalité", a-t-il déclaré à l'AFP.

Des quantités énormes de nourriture et, par conséquent d'eau, sont perdues dans les champs, lors du transport, dans les supermarchés, dans les restaurants et dans les cuisines des foyers, selon le SIWI, qui organisait la Semaine mondiale de l'eau dans la capitale suédoise.

Dans un nouveau rapport intitulé "Economiser l'eau: du champ à la fourchette, réduire le gaspillage dans la chaîne alimentaire", l'institut relève par exemple qu'aux Etats-Unis, 30% de la nourriture, représentant 48,3 milliards de dollars (32,5 milliards d'euros), sont gaspillés chaque année.

"Cela correspond à 40.000 milliards de litres d'eau d'irrigation, assez d'eau pour subvenir aux besoins de 500 millions de personnes", selon le rapport.

La manière, dont la nourriture est gaspillée, dépend largement de la société dans laquelle elle a été produite et consommée.

Dans les pays pauvres, par exemple, les pertes dans l'agriculture sont souvent dues à un manque de structures pour entreposer la nourriture et la conserver au frais, ou à de mauvais moyens de transports.

"Cela peut aussi être une question de culture", selon Jakob Granit, directeur de projet au SIWI. "Dans de nombreux pays, dit-il, il est impensable de manger les restes".

Dans les sociétés plus riches, la majeure partie du gaspillage se fait au moment de la consommation, les changements de régimes alimentaires, et la demande grandissante de produits nécessitant beaucoup d'eau, comme la viande de boeuf, amplifiant le gaspillage d'eau.

"Dans les sociétés urbaines, nous avons perdu le contact avec la réalité. Les gens ne savent pas d'où vient leur nourriture, ni ce qu'il faut pour la produire", a commenté Jan Lundqvist, ajoutant que 10 à 15 tonnes d'eau étaient nécessaires pour produire un seul kilo de viande de boeuf.

"Si l'on jette la moitié de ce kilo, cela signifie que l'on a jeté 7,5 tonnes d'eau", a-t-il dit, relevant que plus de 500 tonnes de viande de boeuf avariée avaient été récemment rappelées aux Etats-Unis.

Tandis que le monde se bat pour nourrir et fournir de l'eau à une population mondiale toujours plus nombreuse, les gouvernements doivent tenter de réduire la quantité de nourriture gaspillée d'au moins 50% d'ici 2025, d'après le rapport du SIWI.

"A moins que l'on change nos pratiques, l'eau va devenir un problème majeur pour la production de nourriture", affirme Pasquale Steduto, chef du département de l'eau à l'Organisation des Nations Unies pour la nourriture et l'agriculture dans un communiqué.

"La motivation principale pour qu'il y ait un changement, c'est le prix", a estimé Jakob Granit. Il indique à titre d'exemple qu'en Suède, la consommation de viande de boeuf a récemment "baissé de 30% car le prix avait augmenté".

M. Granit souligne en outre que l'éducation est également importante pour sensibiliser l'opinion aux conséquences de l'utilisation de l'eau sur l'environnement.

Au Koweït, où l'eau est gratuite, la consommation d'eau par personne et par jour est de 600 litres alors que la moyenne en Suède, où l'eau n'est pas un problème, est de 150 litres. Mais Jan Lundqvist souligne que le pendant optimiste au gaspillage massif est que la "marge de progression est énorme".

Première publication : 22/08/2008

COMMENTAIRE(S)