Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Surpopulation, discrimination… Le système carcéral américain à l’heure de la réforme

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

La campagne électorale menace-t-elle la reprise ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'écrivain Yasmina Khadra, amoureux de Cuba

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Dilma Roussef : discours émouvant, mais sans plus

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Présidentielle 2017 : "des patrons sans illusion"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Dissimulation fiscale : Apple pourrait écoper d’une amende record

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Jean-Pierre Chevènement embourbé dans les gaffes

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libreville retient son souffle dans l'attente des résultats de la présidentielle

En savoir plus

LE DÉBAT

"Islam de France" : l'équation à résoudre du gouvernement (partie 2)

En savoir plus

Joseph Biden, un colistier démocrate d'expérience

Dernière modification : 25/08/2008

Joseph Biden, sénateur du Delaware et président de la commission des Affaires étrangères du Sénat, est un homme au tempérament bien trempé, mais riche d'une incontestable expérience sur le plan international. Portrait.

Charismatique, impétueux et réputé pour ses discours prolixes, loin de la prudence coutumière en politique, Joseph Biden apporte d’abord à Barack Obama une certaine forme d’expérience.

 

Le colistier du sénateur de l’Illinois permet de démentir ceux qui reprochent à Barack Obama son inexpérience.

 

Jospeh Biden, sénateur du Delaware âgé de 65 ans, est entré en politique alors que Barack Obama avait 11 ans. Fort de 36 années de présence au Sénat, Joseph Biden est président de la très influente commission des Affaires étrangères du Sénat, et peut s’enorgueillir de connaissances réelles en politique internationale.

 

Barack Obama expliquait ainsi les raisons de ce choix dans son annonce du 23 août : "J’attends de mon colistier qu’il soit capable d’assumer la charge présidentielle, et qu’il soit digne de toute ma confiance sur ce point. C’est le premier des critères pour un vice-président. (…) Je souhaite également que le vice-président puisse assumer la politique internationale des Etats-Unis pour moi."

 

Barack Obama peut dormir sur ses deux oreilles, puisque Biden a tous les atouts pour rivaliser avec le républicain John McCain.

 

Joseph Biden a présidé à trois reprises la commission des Affaires étrangères du Sénat. Bien qu’il ait voté en faveur de la guerre en Irak, il fut l’un des premiers hommes politiques américains à s’alarmer des coûts, à long terme, de la présence des troupes américaines en Irak.

 

“Un veritable phénomène”

 

Né en 1942 à Scranton, en Pennsylvanie, dans une famille catholique originaire d’Irlande, la personnalité combative affichée par Biden contrebalance le style mesuré et apaisé d’Obama.

 

Pourtant, ses attaques outrancières n’avaient pas épargné Obama. Pendant la première partie de la campagne 2008, Biden osa affirmer que le sénateur de l’Illinois était "le premier Afro-Américain qui soit éloquent, brillant et propre" - une remarque condescendante, qui fit hurler les électeurs noirs américains.

 

Cette anecdote est classée, c’est de l’histoire ancienne, comme peut l’être son échec, en 1988, dans la course à la Maison Blanche. Le sénateur du Delaware dut, à l’époque, se retirer de la lice, après avoir reconnu que l’un de ses discours n’était qu’un plagiat de Neil Kinnock, alors dirigeant du Parti travailliste britannique.

 

Comme la plupart des vétérans de la politique américaine, Biden a su se remettre de ce faux pas. Il s’est donc excusé pour la remarque parlant d’un Obama "brillant et propre", et s’est même permis d’être plutôt extravagant dans son soutien en faveur du sénateur démocrate de l’Illinois.

 

"Ce que j’essayais de faire, de manière certes maladroite, c’était d’être complémentaire", précisa-t-il au cours de l’émission The Daily Show. "Parce que, finalement, Obama est un type incroyable ! Un véritable phénomène !"

 

Joseph Biden devra désormais mettre au service du candidat démocrate son verbe tonitruant, afin d’affronter les derniers mois d’une course plus que difficile.

Première publication : 23/08/2008

COMMENTAIRE(S)